in

Grande- Bretagne : une mosquée du Kent envahie par un commando de “Britain First”

A leurs yeux injectés de haine, si les musulmans doivent être boutés hors du royaume de Sa Gracieuse Majesté, la trêve sacrée du Ramadan n’est faite que pour être brisée, les milices chrétiennes de « Britain First », ce ramassis de fanatiques de l’extrême droite britannique, ont récemment terrorisé un quartier du Kent, au sud-est de Londres, en faisant irruption dans la mosquée locale, leurs rangers aux pieds.

Cela ne leur suffisait pas de profaner une enceinte inviolable, ce commando de brutes épaisses, qui n’étaient pas venu prêcher la bonne parole mais plutôt menacer de vive voix l’imam des lieux, a lancé un ultimatum sous l’objectif d’une caméra (voir photo ci-dessus) donnant sept jours au dignitaire religieux pour qu’il supprime les entrées séparées des hommes et des femmes, et efface la signalétique correspondante.

"Dans ce pays, nous prônons l'égalité. Quand vous respecterez les femmes, nous respecterons vos mosquées", s’emporte un de ces redoutables semeurs de trouble dans la vidéo qui a immortalisé cette invasion sacrilège, avec un sens de la dramatisation poussé à l'extrême.

Cette énième incursion d’une mosquée orchestrée par le groupuscule dirigé et électrisé par Paul Golding, un triste sire du nationalisme d’Outre-Manche, épaulé dans sa « guerre sainte », comme il l’a lui-même revendiqué, par un non moins sinistre illuminé de l’évangélisme chrétien, Jim Dowson, a provoqué un vif émoi mais aussi la colère de la communauté musulmane qui ne tolère plus d’être la cible de prédilection de ces agressions récurrentes d’une rare violence.

"Ce sont des personnes malveillantes et très dangereuses qui cherchent la division", a tenu à témoigner encore sous le choc Syed Alam, qui travaille comme bénévole au sein de la mosquée. "Ils étaient six, cinq hommes et une femme, et se sont montrés très agressifs et menaçants. Ils cherchent à nous faire du mal pour rien, car nous sommes implantés ici depuis 1997, et nous avons toujours eu de bonnes relations avec la population locale", a-t-il précisé.

La communauté musulmane n’est pas la seule à s’insurger contre le règne de la terreur imposé par « Britain First ». Un groupe de citoyens indignés de Dartford, une localité voisine du Kent, vient en effet de lancer la contre-attaque, résolu à battre à son tour le pavé londonien, samedi 19 juillet, pour dénoncer l’extrême dangerosité d’un nationalisme qui tente de raviver une guerre de religion anachronique.

"Nous, en tant que résidents Dartford, trouvons inacceptable que les fascistes aient une plateforme pour répandre leurs messages de haine et d'intolérance dans notre ville. Nous sommes déterminés à faire barrage pacifiquement à « Britain First » afin de leur montrer que leur racisme et l'islamophobie ne sont pas les bienvenus ici. J'espère que tous les résidents de Dartford viendront nombreux nous rejoindre", stipulait le premier communiqué signé des habitants entrés en résistance de Dartford.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gaza: Meyer Habib délire en direct sur France 24 (vidéo)

Gaza: toute la lâcheté de la communauté internationale illustrée sur une photo