in

Grande-Bretagne : l’excellence sinon rien, pour l’école musulmane pour filles de Coventry

Inspiré par la formidable réussite du lycée musulman pour filles Tauheedul, au cœur de la ville industrielle de Blackburn, consacré lycée de l’année en 2012, ainsi que par la rigueur et les qualités humaines de ses brillantes élèves encensées par l’éducation nationale britannique, un établissement secondaire musulman vient d’ouvrir ses portes à Coventry, près de Birmingham, plein d’espoir et de hautes ambitions pour les jeunes filles qui en seront l’âme et en feront la fierté.

Visant l’excellence et ne s’interdisant aucun rêve professionnel, même ceux qui impliquent de briser certains plafonds de verre pour se matérialiser, cette école fraîchement sortie de terre encourage toutes les vocations, notamment parmi les plus nobles et prestigieuses, auprès de collégiennes et lycéennes promises à un bel avenir qui  trouveront là un tremplin inespéré vers les meilleures universités.

Plaçant la barre de l’enseignement toujours plus haut, les écoles islamiques, encore très minoritaires au Royaume-Uni sur les 590 structures confessionnelles existantes et majoritairement chrétiennes, continuent leur remarquable percée académique qui en font des temples du savoir et du savoir-être incomparables, et c’est dans cette droite ligne que s’inscrit l’établissement dirigé par Asiyah Ravat. " Nous voulons le meilleur pour nos élèves et je me plais souvent à dire que devant moi, dans nos classes, il y aura peut-être la future Premier ministre, ou de grandes chirurgiennes, voire avocates", a déclaré, le 13 septembre dernier, la principale qui aspire à tirer vers le haut la fine fleur musulmane, en veillant à inculquer une éthique et des règles de bienséance qui en feront des futures étudiantes armées pour se surpasser sur les bancs des facultés.

Elles étaient 100 jeunes filles, de 11 à 17 ans, à franchir le seuil du collège-lycée musulman de Coventry en cette rentrée de septembre fébrilement attendue, toutes ayant bu les paroles de Asiyah Ravat, lorsque celle-ci leur a prédit un avenir radieux si elles se montrent à la hauteur de la confiance placée en elles.

"Les enseignants se soucient vraiment de nous et veulent nous offrir toutes les chances de réussite" s’est exclamée la petite Aisha Islam qui, du haut de ses 11 printemps, a les yeux qui brillent à la seule évocation de l’université, tandis que ses amies Rumaysa Ali, 12 ans, et Lamees Ahmedabagi, 11 ans, sont visiblement ravies d’intégrer une école pour filles qui s'est fixée pour objectif de les pousser à aller au bout de leurs rêves.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edwy Plenel dénonce la stigmatisation des musulmans (vidéo)

Le Maire de Saint-Mandé qualifie “d’intolérable” l’agression de deux deux ados d’origine algérienne par des jeunes juifs