in

Gérard Longuet considère “Marine Le Pen comme un interlocuteur de l’UMP”

Si seulement le présent s’éclairait à la lueur du passé pour en tirer de précieux enseignements,  la face du monde, et plus modestement de la France en serait profondément changée… Mais chimère que tout cela, puisque des ténèbres d’hier jaillit une lumière obscure qui enveloppe nos villes et nos villages, en proie à la nostalgie pernicieuse d’une francité perdue.

La petite phrase du libéral bon teint, Gérard Longuet, ministre de la Défense à la légitimité trouble et troublante, sur Marine Le Pen, n’en finit plus de rebondir par ricochets dans la mare hexagonale, agitée par de forts remous protectionnistes et xénophobes.

A l’aune de son lourd passif de militant d’extrême droite, ayant contribué à la fondation d’Occident, en 1964, avec ses deux acolytes de l’époque, Alain Madelin et Patrick Devedjian, et de son soutien à la candidature à la présidentielle de Jean-Louis Tixier-Vignancour, l’avocat de l’OAS, l’homme révèle une face sombre qui ne présage rien de bon.

Regaillardi par le franc succès de la révolution « Bleu Marine » de l’héritière du FN,  ce dernier a confié au journal d’extrême droite Minute que "la présidente du Front national pourrait désormais être un interlocuteur de l’UMP". Cette parole décomplexée et nauséabonde, qui sonne le glas de la droite dite traditionnelle, fait tomber des digues que l’on pensait naïvement insubmersibles.

François Hollande n’a pas tardé à réagir en déclarant que Gérard Longuet devrait être déchu de son prestigieux maroquin régalien, si Nicolas Sarkozy et ses sbires avaient réellement la volonté de ne "faire aucune compromission à l'égard du Front national". Autant dire que ces belles résolutions de pacotille, martelées à toutes les tribunes par le locataire de l'Elysée, sont sacrifiées sans regret sur l’autel des petits calculs politiciens, qui additionnent  les voix de l’UMP et du FN avec voracité.

Il faut plus que jamais se méfier de l’eau cocardière qui dort, et qui cherche à inonder le pays tout entier de sa passion dévastatrice pour la France, sous l’influence de la vieille garde des ultras de l'extrême droite qui gravitent autour de Sarkozy, de Patrick Buisson, son proche conseiller, à Gérard Longuet, entre autres. C'est derrière le voile des isoloirs que cette méfiance pourra s'exprimer dimanche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Neuf tombes profanées dans le carré musulman de Carros, dans les Alpes-Maritimes

Maroc : une tenniswoman israélienne joue en cachette