in

Le Front National soutient la LDJ

Pour que les choses soient claires, la patronne du Front National Marine Le Pen a apporté vendredi son soutien aux fascistes de la Ligue de Défense Juive (LDJ), dont l’éventuelle dissolution commence à être évoquée par le gouvernement et les médias conventionnels.
Invitée de RTL, Le Pen a ainsi déclaré :« S’il existe une Ligue de défense juive, c’est qu’il y a un grand nombre de juifs qui se sentent en insécurité. Ils ont le sentiment que monte un nouvel antisémitisme en France et qui est le fait de confrontations communautaires. »
Le soutien de l’extrême-droite française à la milice sioniste n’a en réalité rien d’un scoop.C’est en effet l’extrême-droite qui, en France, a historiquement fait de la politique à coups de couteaux, barres de fer, quand ce n’était pas d’armes à feu, en guise de programme.
Des Ligues fascistes des années 1930 à l’OAS de la guerre d’Algérie, en passant par la Milice sous l’Occupation, sans parler du tristement célèbre DPS (Département Protection Sécurité) du Front National dans les années 1990, la liste est longue.
Il est d’ailleurs symptomatique qu’outre Marine Le Pen, un autre politicien d’extrême-droite, le député UMP Claude Goasguen, se fasse l’avocat de la LDJ. Ultra-sioniste, Goasguen, qui a hurlé publiquement sa haine des Palestiniens, « peuple de barbares », fut lui-même dans sa jeunesse membre d’Occident, un groupuscule néo-nazi fondé sur le recours systématique à la violence physique.
CAPJPO-EUROPALESTINE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des quadruplés naissent à Gaza

Tremblement de terre à Alger, 6 morts et 420 blessés