in

Maroc : une tenniswoman israélienne joue en cachette

Un petit tour au Maroc et puis s’en va, loin des caméras et du public, la joueuse de tennis professionnelle, l’israélienne Shahar Peer, a tapé dans la balle en catimini lors du tournoi international de Fès, après avoir suscité une ola d’indignation.

Dans la foulée de l’annulation du festival de danse orientale, prévu du 10 au 14 Mai à Marrakech     en raison de danseuses du ventre venues d’Israël, la résistance marocaine s’organise contre l’insupportable impunité de la politique expansionniste israélienne, et s’attaque à ses délégations quelles qu’elles soient, artistique ou en l’occurrence sportive, qui osent fouler le sol du royaume de l’Atlas comme si de rien n’était.

Persona non grata, la participation de Shahar Peer au Grand Prix Lalla Meryem a mis les nerfs à vif des militants du mouvement Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS Maroc) contre Israël qui, à défaut d’obtenir son forfait, ont fait pression sur les organisateurs du tournoi pour qu’elle soit reléguée sur des cours secondaires, là où les flashes ne crépitent plus…

Condamnée à jouer en cachette sur la terre battue du Maroc lors de ses deux petites prestations, Shahar Peer n’ en est pas à sa première sanction pour s’être produite en pays arabo-musulman, puisqu’en 2009, elle avait été interdite de participation au tournoi de Dubaï pour "des raisons de sécurité", et avait reçu une indemnité de 300 000 dollars.

Les militants marocains, quant à eux, sont convaincus de la portée dissuasive de leur action, susceptible d'éveiller les consciences et de faire des émules au Maroc surtout, mais ailleurs aussi : "Nous ne devons pas recevoir d’artistes ou de sportifs de ce pays comme si de rien n’était. Il est anormal de faire comme si tout allait bien. Voilà des gens qui font subir un apartheid au peuple palestinien. Nous ne devons pas les recevoir mais aussi marquer une solidarité avec le peuple palestinien", a expliqué  à Yabiladi Sion Assidon, de BDS Maroc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gérard Longuet considère “Marine Le Pen comme un interlocuteur de l’UMP”

Le ministre Bertrand exploite politiquement une rencontre avec une femme en niqab