in

François Bayrou : “La laïcité est souvent utilisée non pas pour vivre ensemble, mais pour vivre les uns contre les autres “

« La laïcité est utilisée non pas pour vivre ensemble, mais pour vivre les uns contre les autres », a dénoncé dimanche 27 octobre François Bayrou, maire de Pau et président du MoDem, invité de Questions politiques.

Publicité

15 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Re-salam, François Bayrou est probablement la voix de la vraie France, aucun homme politique n’est plus Français que lui. Avant lesprésidentielles de 2012, c’était peut-être en 2011, un patient m’a parlé de François Bayroux, un homme simple, classe ouvrière en province, ou bien il était déjà retraité, je ne me souviens plus maintenant. Il me disait de François Bayrou, en substance, c’était le cri du cœur,

    “Lui, il est Français au moins!”, ça veut dire ce que ça veut dire.

    Cet homme n’a pas désigné Marine Le Penn comme symbole de la Francité, de l’identité Française donc, parce que n’étant pas fédérative elle est donc peu Française moyenne et probablement pas dans la composition de son électorat. Cet homme n’était pas incommodé des gens d’origine étrangère visible, ce sont d’autres qui l’inquiétaient, il se méfait de Nicolas Sarkozi. La vraie France si on peut dire ne nous est pashostile, mais on l’a rendu folle de propagande dissociante. Qu’on n’aille pas croire que tout est déjà gagné du côté des Zemmouriens autrement nommés Nationaux-Sionistes. S’interroge-t-on sur le point de savoir si la France nous aime, je connais mieux que les statistiques et sondages dont on nous parle, résultat naturel d’un battage médiatique qui frôle l’illégalité ou la dépasse souvent, mieux qu’un sondage, la prévalence du métissage est un indice et un sondage plus fort que les sondages d’avance fabriqués.

    Croissant de lune.

    • Salam mon frère. En parlant de vrai français foncièrement plus tolérant et plein de bon sens, j’ai découvert Michel Sardou https://youtu.be/mfg3RXFLy3Y
      Je pense qu’en effet le peuple français est à la base majoritairement tolérant mais l’intense et odieux battage médiatique de ces 15/20 dernières années commence à porter ses fruits hélas ! Le combat n’est pas fini nous n’avons pas (ou très peu) accès aux médias mais la où on peut faire la différence c’est dans nos relations au quotidien avec nos voisins, nos collègues, au supermarché, dans les administrations…En montrant un visage exemplaire de gentillesse, de respect…Et si certains d’entre nous sont à la hauteur, il faut dire que certains donnent à voir un spectacle exécrable. Fi Amanillah

  2. Combien de fois faudra-t-il redire que la laïcité n’est pas un concept opérant pour appréhender l’islamisme ?

    La laïcité c’est en gros la neutralité de l’Etat et des collectivités publiques à l’égard de toutes les religions et convictions. Mais ce n’est pas la neutralité de la société, du social, du culturel ou du politique.

    Or, c’est dans le champ du social, du culturel et du politique que l’islamisme se déploie en vue de conquérir des positions…et dans le but de faire prévaloir sa conception de la vie en société.

    C’est là qu’est la cause du conflit :

    – parce que l’islam est plus qu’une religion, c’est aussi une loi civique que les islamistes transforment en idéologie politique au service de leur utopie ;
    – et parce que l’islam ne s’est jamais pensé dans une situation minoritaire durable.

    Pourtant il va falloir s’y mettre, les gars..

    En effet, ce ne peut pas marcher dans une configuration française où la sharia ne pourra jamais prévaloir et où les musulmans resteront minoritaires. D’ailleurs, la sharia, ça ne marche pas même là où elle est en vigueur. Les Iraniens en ont ras-le-bol, de la sharia…Ils sont en train de devenir agnostiques, dans la république islamique…

    Conclusion : il y aura conflit et foirage en série tant qu’il y aura des islamistes déraisonnables refusant de tenir compte de cette réalité. Heureusement, je vois plutôt autour de moi des musulmans raisonnables…enfin surtout des musulmanes qui ont bien compris comment arbitrer entre leur religion et la condition féminine…Mesdames les musulmanes-sans-le-voile, et pourtant si dignes et respectables, tenez bon, vous êtes l’avenir de ces messieurs…

    Question aux messieurs musulmans : est-ce qu’il y a une sourate qui dit “Oh, frères, ne soyez pas psycho-rigides…” ?

    • Combien de fois faudra-t-il répéter que le foulard n’est pas un signe politique. Vous ergotez sans maîtriser votre sujet à l’image de ceux qui font des débats sur le foulard sans inviter les premières concernées. Une femme portant un foulard en France en 2019 ça déroute, ça dérange certains alors comme on ne peut l’interdire sur le terrain de la liberté religieuse on l’attaque sous l’angle du signe politique et pour justifier tout ça on rentre dans des contorsions intellectuelles, gymnastique réthorique en faisant des amalgames odieux et insupportables. L’argument ne tient pas la route en tout cas dans la très grande majorité des cas et je sais de quoi je parle (beaucoup de femmes avec et sans foulard dans ma propre famille), en fait beaucoup sont écoeurées par la politique (on comprend pourquoi) comme beaucoup de français d’ailleurs. Et si vous pensez que les musulmanes sans foulard soutiennent une interdiction vous vous trompez lourdement… Vous pensez que les femmes avec un foulard subissent la pression de leur entourage masculin (encore un préjugé) : il y a parmi elles des femmes brillantes, indépendantes (medecins, ingénieures de haut niveau), c’est une insulte à leur intelligence, vous ne tiendrez pas une minute dans un débat face à ces dames (encore une fois je parle en connaissance de cause). L’Islam politique est certes un échec dans beaucoup de pays mais ce que veulent les musulmans de France (dans leur immense majorité) c’est juste vivre leur foi paisiblement sans visée politique : ils ne veulent rien imposer à personne mais veulent qu’on respecte leur liberté de culte.

      • Vos médecins et ingénieurs toutes voiles dehors, ça ne pèse vraiment pas lourd quand on sait ce qui se passe dans les quartiers où les islamistes ont imposé leur loi et par conséquent le voile aux femmes mères de famille et sans instruction.

        On sait aussi ce qu’on dit aux non-musulmans et ce qu’on se dit entre musulmans. Si vous croyez qu’on ignore le double discours…

        Le temps de la naïveté est passé. C’est ça la réalité crue que les Français ont à l’esprit : l’islam des banlieues perdues de la République qui fait le terreau de l’islamisme, les mosquées où l’on propage le rejet de notre culture et de nos lois. Derrière le voile, c’est ça qui se profile dans l’esprit de nombreux Français.

        Il est urgent que les musulmans prennent conscience de la dégradation de leur image dans le pays et remédient à ces dérives qui sont en train de discréditer l’islam et la communauté musulmane. Ca fait 30 ans qu’on entend la même chose. On sature.

        Et ce n’est pas le communiqué du CFCM qui changera quoi que ce soit. Les représentants de l’islam en France ou ceux qui se donnent comme tels ne sont pas à la hauteur, ni de la gravité de la crise ni des attentes du pays. Ils sont bien trop divisés pour ça…

        Demandez-vous pourquoi la communauté musulmane est la seule en France qui pose de telles difficultés d’adaptation. Ni les chrétiens orientaux, ni les boudhistes, ni les juifs, n’en posent autant. Et pourtant, certaines de ces communautés (chinois, vietnamiens, autres indochinois, indiens…sri-lankais) ne sont pas issues de la rive sud de notre commune Méditerranée mais de l’extrême-Asie, d’un tout autre univers culturel. Et elle s’adaptent parfaitement.

        Demandez-vous pourquoi …Ce n’est pas à moi de vous donner la réponse.

        • J’ai grandi et j’ai vécu jusque récemment encore dans un “quartier” d’une grande ville et je ne vois pas de quoi vous parlez, je fréquente les mosquées et je n’y entend pas prêcher le rejet de l’autre bien au contraire. Je veux bien croire que ce que vous décrivez existe notamment dans certaines banlieues parisiennes mais dans ce cas il ne faut pas généraliser. Une grande majorité de musulmans sont bien intégrés et vivent leur foi paisiblement, ils demandent juste à être acceptés tels qu’ils sont. Ils ne sont pas moins français que les autres (leurs ancêtres ont payé le prix du sang lors des 2 guerres ainsi que le prix de la sueur pour reconstruire la France) et nous mêmes français musulmans contribuons avec le reste de la communauté nationale au dynamisme et au rayonnement de la France au quotidien. Oui le vivre ensemble demande des efforts de part et d’autre, il sucite des interrogations, des craintes mais avons nous d’autre choix que de relever ce défi ensemble ? La liberté ne peut pas être à sens unique. Il vous faut accepter qu’on peut être français et musulman pratiquant. Quant aux extrémistes il va leur falloir accepter qu’ici on est France, il s’y trouve des athées, des chrétiens, des juifs…dont ils doivent respecter les us et coutumes et tout ceci est me semble-t-il déjà bien encadré par la loi (liberté : de culte, de religion, de conscience…)

          • Vous répondez à côté de la vraie question. Une fois de plus, c’est l’esquive si courante chez les musulmans.

            La question, comme je l’ai dit, n’est pas la question de la religion en France. Là , les règles sont fixées par la laïcité, la liberté de culte et de conscience (à supposer que ces libertés soient respectées dans toutes les religions, et en ce qui concerne l’islam, ce n’est pas le cas, en France dans une partie de l’islam, et bien sûr très largement hors de France, dans les pays islamiques).

            La question qui provoque de fortes réactions de rejet, c’est l’islam politique ou islamisme, qui instrumentalise la religion, les signes et les moeurs de l’islam à ses propres fins, pour imposer en France un droit de cité islamique au sein de la société comme c’est déjà le cas ailleurs en Europe.

            Si les musulmans veulent être regardés comme des français ayant une religion parmi les autres, et non comme un corps étranger retranché dans une communauté suspectée de “séparatisme” politique télécommandée depuis les pays islamiques étrangers via leurs consulats, à défaut de pouvoir imposer une hégémonie puisque les musulmans sont et resteront minoritaires, il leur appartient de traiter cette question au lieu de faire comme vous : de faire comme si elle n’existait pas ou comme si elle était le fait d’extrémistes.

            Car le fait est là : l’islamisme et sa forme extrême, le radicalisme islamiste violent, prend racine dans l’islam. Il vous appartient de comprendre pourquoi il en est ainsi en vous interrogeant sur les fondements métaphysiques et anthropologiques de l’islam (pourquoi le concept de personne n’a pas le même sens en islam que dans la civilisation européenne de culture chrétienne, pourquoi l’impossibilité de la séparation du politique et du religieux, pourquoi la théologie politique dans l’islam, pourquoi l’absence de liberté de conscience puisque l’homme est censé naître musulman, pourquoi l’islamisme exige-t-il et impose-t-il comme loi sociale le respect de prescriptions religieuses dont la raison donnerait à penser qu’elles sont secondaires – tenue, alimentation- au regard des nécessités d’une adaptation aux moeurs du pays où l’on vit, pourquoi les musulmans ne parviennent-ils pas à penser l’islam en situation d’une religion minoritaire dans un pays non-musulman et faut-il toujours qu’ils recréent des sortes de mini-Etats islamiques dans leurs communautés ou leurs quartiers ? ).

            Ce qui est inquiétant, c’est le refus obstiné des musulmans de scruter cela, de faire cet effort de raison critique sur leur religion, ses fondements et ses excroissances monstrueuses comme si ce n’était pas leur problème, d’abord. Car enfin, si Dieu est un, et si sa Sagesse est une, pourquoi l’islam et l’islam politique donnent-ils tant d’exemples de pratiques déraisonnables et parfois mêmes ridicules ?

            C’est inquiétant parce que si cet effort de questionnement critique ne peut pas être accompli chez nous, il le sera encore moins dans les pays islamiques où la liberté d’expression, de conscience et plus généralement les libertés politiques ne sont pas garanties…

  3. Oui à la laïcité de 1905 : l’état n’a pas de religion et reconnaît simplement des citoyens auxquels il garantit la liberté de religion (ou non religion) et de culte dans la limite de l’ordre public. Tout esprit sensé voit bien que c’est la seule option à même de garantir la paix civile en France. Non à ce que veulent en faire certains extrémistes (eh oui les extrémistes ne sont pas l’apanage des seuls musulmans ou chrétiens ou juifs) : une laïcité de combat (on sait contre qui) disait celui éternellement attaché a un état confessionnel criminel, une laïcité qui veut laicisé l’espace public, effacer/bannir toute forme de religiosité, une laïcité oppressive. Mais malheureusement il semble qu’a notre epoque les extrémistes de tout bord ont le vent en poupe, ils vont finir par arriver à leur fin. Un grand homme disait “soit nous vivons tous ensemble comme des frères soit nous mourrons tous ensemble comme des idiots”.

    • Salam mon frère Tarek, oui à la laïcité de 1905 dis-tu, mais tu l’idéalises, tu l’élève à un niveau intemporel alors qu’elle n’est peut-être que fortuite et contextuelle. Pendant qu’en métropole on séparait l’église de l’état, on utilisait fort bien les missionnaires dans les colonies, pas seulement en tant que missionnaires. Mais aussi en tant qu’agents militaires et indics comme un qui est peut-être sanctifié. Il n’a converti personne ou peu de gens, mais il a nuitamment renseigné l’armée. Voilà la laïcité de 1905 mise en pratique, quand les idées se ramassent sur les faits. Oui, dans l’absolu, la laïcité, la laïcité, mais on n’est pas dans l’absolu, Dieu seul est dans l’absolu, pas les hommes, pas les gouvernances, pas les lois des gouvernances. Donc la laïcité de 1905 est une chose toute humaine, parfois bonne parfois mauvaise, tant aux Chrétiens d’abord en ce temps-là qu’aux Musulmans à présent, elle laisse les protestants et les juifs à peu près tranquilles et ne limite en rien la Franc-Maçonnerie qui est à la fois une sorte de culte, et un communautarisme politique occulte dont les membres agissent sans se montrer.

      Croissant de lune.

  4. L’un de mes plus grands regrets est d’avoir voté pour lui en 2002 au premier tour des élections présidentiel. Il n’a cessé de démontré depuis que sont “ailleurs” est en fait un “nulle part”.
    Opposant systématique à tout pouvoir élu, quelque soit sa couleur, il commence toujours par “un pied dedans un pied dehors” avant de se retirer.
    C’est un politicien professionnel déçu et aigri par ses échecs électoraux aux présidentiels, pour moi ses interventions dans le domaine politique sont nulles et non avenues.

  5. Qui se met derrière la laïcité pour cacher son salafisme?, musulmans ou chrétiens.

    Je dois reconnaître que la laïcité n’est pas vraiment le problème en France,
    ailleurs oui.

    La chrétienté ne reconnait pas le libre culte, alors on se cache derrière la laïcité, pour dire la loi 1905, les principes de la laïcité, le salafisme musulman.
    alors que le problème reste le salafisme chrétien.

    Qui a inventé le miroir ?

    • Ils croivent nous la mettre à l’envers effectivement. Ils font tout pour qu’on abondonne notre religion sous couvert de fausse tolérance. Ils ont échoué. Le sujet est désormais : l’islam et les musulmans en tant qu’identité et racines françaises.

      • “l’islam et les musulmans en tant qu’identité et racines françaises”, si ça s’est pas un programme politique…En tout cas je doute fort que ce genre de position apaise les esprits.

        • Il est là le problème et nulle part ailleurs. Pourquoi n’accepteriez-vous pas que l’islam et les musulmanes aient des racines à côté des autres racines. Vous voyez que c’est vous l’intolérant et le problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Qu’est-ce que que le communautarisme ?

Riyad : une Saoudienne interpellée après s’être laissée aller à des pas de danse audacieux