in

«Etre femme à Gaza» : le bel hommage à sept femmes palestiniennes remarquables

Elles se prénomment Andlib, Nadia, Naoum, Nour, Mouna, Meryem et Taghrid, sont armées d’une volonté inébranlable et portées par l’attachement indéfectible qui les lie à leur terre. Ces sept Palestiniennes remarquables jouent un rôle crucial à Gaza, au sein d’associations où elles défendent inlassablement les droits humains et des femmes, mais aussi auprès de leurs concitoyens qu’elles aident le plus efficacement possible, selon leur domaine de compétences et avec une rare abnégation. 

A la fois femmes, épouses, mères et résistantes dans l’âme, ayant investi le champ associatif, éducatif, institutionnel, politique, culturel, juridique et médiatique, animées d’un sens aigu du devoir et des responsabilités, elles sont sur tous les fronts et méritaient bien, à ce titre, un coup de projecteur. 

Grâce au réalisateur palestinien Mohamed Madhoun et au scénario signé de Ziad Medoukhl’universitaire, écrivain et poète francophone*, c’est désormais chose faite. Dans la continuité de leur collaboration fructueuse qui a permis à deux beaux court-métrages de voir le jour – « Etre jeune à Gaza » et « Les oliviers poussent encore à Gaza »nous avons le plaisir de diffuser leur nouvel opus tourné, en janvier dernier, dans l’enclave palestinienne martyre : « Etre femme à Gaza ». (voir ci-dessous)

Publicité

Elles sont universitaires, avocates, journaliste-reporters, fonctionnaires, dirigent des associations dédiées aux femmes ou en sont des bénévoles très dévouées, Andlib, Nadia, Naoum, Nour, Mouna, Meryem et Taghrid sont les grands témoins d’un documentaire qui rend hommage à leur intelligence, leur dynamisme, leur créativité, leur courage et leur humanité.

Autant de qualités précieuses dont elles font preuve, alors qu’elles sont confrontées à des défis de taille, à la souffrance et à la mort, dans la plus grande prison à ciel ouvert du monde. « Une femme forte signifie une société forte », déclare avec conviction la doyenne d’entre elles, le Dr Meryem Abou Daka.

« Ce film est un puissant témoignage de l’amour immuable des Palestiniens pour la vie, malgré les mesures atroces de l’occupation israélienne, le chômage endémique, l’absence de perspectives. Il fait la démonstration, à travers ces femmes déterminées et impliquées, que la vie est plus forte que tout dans notre région qui vit sous le joug cruel de l’oppression », souligne Ziad Medoukh non sans émotion.

Publicité

*A (re) découvrir : notre interview audio de Ziad Medoukh en novembre 2021 : « La situation à Gaza est catastrophique»

Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

L’homme : soumis à Dieu ou à ses passions ?

M6 et l’islam radical : « On nous a présenté un sujet factice »