in

Etats-Unis : une entreprise licencie sept employés musulmans suite à un litige sur les horaires de prière

Se targuant d’être la « faucheuse de la Maison Blanche », l’entreprise Ariens Co., implantée dans le Wisconsin et réputée pour ses souffleuses à neige et ses tracteurs de pelouse, essuie un feu nourri de critiques pour avoir licencié sept employés de confession musulmane, suite à un litige inextricable sur les horaires de prière qui a abouti à une impasse aujourd’hui dénoncée par le Conseil des relations américano-islamiques (CAIR).

A son paroxysme depuis début janvier, ce conflit interne qui a poussé quatorze salariés musulmans à la démission, en plus de leurs sept collègues et coreligionnaires limogés sèchement, a été sciemment attisé par la direction de la firme selon les responsables du CAIR qui ne se satisfont pas de la déclaration du porte-parole d’Ariens, jugée un peu trop sournoise pour être honnête.

« Nous aurions aimé garder plus d’employés, mais nous respectons leur décision », a indiqué ce dernier en échouant à convaincre de sa bonne foi, ou plutôt de celle des véritables décisionnaires.

« L’objectif inavouable était de s’en séparer, de les éliminer purement et simplement », a rétorqué le porte-parole du CAIR, en remettant publiquement en cause la version officielle. « Si cette société, qui a toujours appliqué en son sein une politique d’accommodements religieux, avait vraiment voulu conserver ces employés musulmans recrutés l’été dernier, il y avait des solutions à mettre en place qui auraient pu convenir aux deux parties », a-t-il insisté, en désapprouvant vivement la manière dont « la faucheuse » des hautes sphères s’emploie à faucher, telle de la mauvaise herbe encombrante, de malheureux ouvriers musulmans qui n'avaient ni fauté, ni démérité, en se parant de surcroît de toutes les vertus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sonia, la femme qui a discuté avec Abaaoud et qui a permis de le neutraliser (vidéo)

Une jeune nigériane lance “Hijarbie”, la poupée voilée