in

Etats-Unis : une Américaine musulmane écrit une nouvelle page de la politique locale

Dans l’Amérique de Trump où souffle le vent mauvais du suprémacisme blanc, de l’islamophobie et de la xénophobie, la localité de Wakefield, en plein cœur du Massachusetts, serait-elle épargnée par ses violents tourbillons qui balayent tout sur leur passage, y compris une certaine idée des  valeurs cardinales américaines ?

Il faut le croire si l’on en juge par le résultat d’une élection locale qui a créé l’événement dans cette ville de 26 000 habitants, majoritairement blanche, irlandaise et italienne depuis plusieurs générations, et au-delà dans le Grand Boston : la nomination de la première femme musulmane au Conseil d’administration des « Selectmen », un vénérable conseil des sages chargé de définir les politiques publiques, de veiller au recouvrement des taxes, de proposer des budgets, de superviser certains organismes bénévoles…

Chaleureuse, compétente et éprise de justice, Mehreen Butt, 40 ans, avocate de formation, peut s’enorgueillir d’écrire une nouvelle page de l’histoire du comté où ses parents pakistanais élirent domicile, il y a près de cinquante ans de cela. Une réussite exemplaire dont se félicite Ann Santos, membre du fameux aréopage, laquelle observe avec satisfaction que sa candidature a fait l’unanimité, sans être parasitée par les polémiques, stériles et bruyantes, liées à la religion ou à ses origines.

A Wakefield, l’intolérance n’est pas la bienvenue, seuls les nouveaux arrivants, d’où qu’ils viennent, le sont ! Cet heureux constat en réjouit plus d’un, en particulier Stephen Maio, 55 ans, une éminente figure locale qui n’a de cesse d’inciter ses concitoyens à cultiver cette spécificité.

Tout au long de sa campagne de terrain menée tambour battant, Mehreen Butt, forte de son excellent bilan aux commandes des politiques publiques de Rosie’s Place à Boston, le premier centre d’hébergement pour femmes du pays, et de sa notoriété grandissante, a eu à cœur de faire honneur à son éducation et aux belles valeurs musulmanes inculquées par ses parents. « Pour être respectés, soyez dignes de respect. Traitez les autres comme vous souhaiteriez être traités, et ne laissez pas au bord de la route, ceux qui ont besoin de votre aide », clame-t-elle avec émotion, en se disant fière d’avoir été élevée à la lueur de si nobles principes.

Désireuse d’être sur tous les fronts et d’œuvrer dans l’intérêt général, les habitants de Wakefield ont assurément trouvé en Mehreen Butt la « Selectman » idéale qui, loin de reculer devant les défis qui ne manqueront pas de jalonner 2018, s’enthousiasme au contraire à l’idée de leur faire face pour mieux les relever.

 

7 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Bravo Madame!
    ça nous fait plaisir que vous soyez élue par des amércains qui n’ont vu en vous qu’une femme pleine de ressources et de dynamisme et de bonne foi. Qua Allah puisse multiplier vos exmeples!
    je suis fière de vous, vos parenyts le sont aussi, tous les musulmans du monde et Allah aime le musulman actif et fort!
    salut!

  2. Très juste, mais avouez que dans cette Amérique des années Trump, cela constitue un exploit à contre-courant de l’air de temps. Hommage aux âmes de bonne volonté qui n’ont écouté que leur cœur et leur raison. Espérons que cette sélection suscite la curiosité des agités des extrêmes pour voir de plus près à quoi est due cette préférence de leurs concitoyens, coloration de la peau mise de côté.

  3. Quand oumma.com aura compris que leurs articles sur la réussite de quelques femmes musulmanes en politique en occident cachent une forêt de discrimination envers les hommes musulmans, on aura avancé.

    • Quand les hommes auront compris que leur acceptation au sein du reste de l’humanité ne dépend que de leur attitude générale en tant que musulman, on aura avancé…

      …et l’Islam projettera une image plus positive et invitante.

      • L’Islam ne projettera JAMAIS une image plus positive et invitante, car il est écrit dans ses textes fondateurs et il est gravé à jamais dans ses pratiques ancestrales que les femmes sont inférieures à l’homme, que la liberté de religion n’existe pas (peine de mort pour l’apostat), que l’orientation sexuelle est un crime, que les femmes héritent moins qu’un homme, qu’une femme adultère sera battue à mort, que l’excision peut être accepté pour préserver “les bonnes mœurs”, que l’assassinat d’un musulman par un autre musulman peut être justifié (meurtre des petits enfants du prophète Mohamed), etc., etc.

        Toutes les femmes musulmanes qui réussissent en occident y parviennent parce que la démocratie occidentale leur donne des droits qu’elles n’auront jamais dans aucune société musulmane.

        Se réjouir du succès d’un musulmane en occident est parfaitement ridicule, de dont vous vous réjouissez c’est tout simplement “être musulmane ne l’a pas empêché de réussir”, c’est tout. L’Islam n’y est pour rien, comme le christianisme n’y est pour rien si c’est une chrétienne qui réussit.

    • Très juste, mais avouez que dans cette Amérique des années Trump, cela constitue un exploit à contre-courant de l’air de temps. Hommage aux âmes de bonne volonté qui n’ont écouté que leur cœur et leur raison. Espérons que cette sélection suscite la curiosité des agités des extrêmes pour voir de plus près à quoi est due cette préférence de leurs concitoyens, coloration de la peau mise de côté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La révélation de The Voice est musulmane

Tariq Ramadan disculpé par un alibi capital et non vérifié ?