in ,

Etats-Unis : un couple musulman, aveugle et malvoyant, édite un Coran en braille et en anglais

Née aveugle, c’est en écoutant les sourates du Coran traduites en anglais, et non pas en les lisant, que Yadira Thabatah a franchi le pas de la conversion à l’islam, il y a 13 ans de cela, non sans avoir éprouvé l’immense regret d’avoir dû désobéir à l’injonction divine « Iqra » (« Lis ! ») pour répondre à son inclination du cœur.

Dès lors, l’envie irrésistible de parcourir le livre sacré de l’islam, non pas des yeux, mais à l’aide de ses doigts délicatement posés dessus, ne l’a jamais quittée. Elle n’a même fait que croître au fil des années, notamment après avoir uni son destin à celui de Nadir Thabatah, 33 ans, qui souffrait lui aussi d’une déficience visuelle importante : la malvoyance.

Publicité

Installé à Fort Worth, au Texas, ce jeune couple musulman pas tout à fait comme les autres qui, chaque jour que Dieu fait, remercie le Très-Haut de lui avoir donné quatre beaux enfants, à la vue parfaitement normale, s’est mis en quête d’un Coran adapté à son handicap. Un exemplaire d’une grande rareté, non seulement traduit de l’arabe en anglais le plus fidèlement possible, sans en dénaturer le sens originel, mais aussi transcrit en braille.

Au fur et à mesure de leur véritable quête du Graal, Yadira et Nadir Thabatah ont dû se rendre à l’évidence que cet ouvrage de qualité, dans lequel ils plaçaient tous leurs espoirs, était introuvable de l’autre côté de l’Atlantique. Car s’il existe, depuis près de 30 ans, des exemplaires du Noble Coran en braille et en langue arabe, des versions du Texte révélé en braille et dans la langue de Shakespeare, sans être truffées d’inexactitudes, sont en revanche une denrée rare.

« J’en ai pleuré à l’époque, car je suis une lectrice par nature », a récemment confié Yadira dans un entretien à la presse locale, en évoquant la frustration ressentie à l’idée de ne pouvoir réaliser son souhait le plus cher : lire enfin la parole d’Allah. Un souhait ardent partagé par nombre de ses coreligionnaires américains, aveugles comme elle, qu’elle n’était pas non plus en mesure d’exaucer, à son grand désespoir.

Publicité

« Comment voulez-vous que les musulmans aveugles puissent acquérir un certain niveau de foi, s’ils ne peuvent même pas lire leur propre livre ? », a interrogé pour sa part son mari Nadir, en faisant preuve d’un bon sens indéniable, avant de révéler la solution trouvée et mise en œuvre à deux.

Début 2017, reclus dans le garage de leur maison transformé en atelier, ils ont travaillé d’arrache-pied à la conception d’un Coran répondant à leurs aspirations profondes, dont ils pourraient s’imprégner des préceptes en usant du sens du toucher. Au terme de huit longs mois de labeur, le mari et la femme, qui s’étaient adjoints le concours précieux de compétences extérieures, ont lancé une grande collecte de fonds en ligne afin de pouvoir acheter le matériel nécessaire pour l’éditer en plusieurs centaines d’exemplaires.

Dans la foulée, ils fondèrent une association à but non lucratif « Islam by Touch », dont la vocation première est de distribuer gratuitement leur édition du Coran aux fidèles atteints de cécité ou malvoyants, ainsi qu’aux mosquées américaines qui leur en font la demande. Plus de 200 exemplaires ont été ainsi expédiés vers une vingtaine de centres islamiques disséminés à travers le pays, tandis qu’ils apportaient la touche finale à une application spécifique permettant à leurs coreligionnaires, frappés du même mal qu’eux, de mieux appréhender leur religion.

Au-delà d’avoir réussi à matérialiser un rêve de lecture qui leur paraissait inaccessible, Yadira et Nadir Thabatah sont heureux de contribuer à lutter contre la stigmatisation, voire l’ostracisme, subis par les musulmans aveugles et malvoyants au sein de la communauté musulmane. Ils se targuent même d’être des non-voyants qui ne ferment pas les yeux sur une injustice taboue et néanmoins criante.

Publicité

«  Nous oeuvrons aussi à la disparition de la stigmatisation envers nos frères et sœurs aveugles et malvoyants. Il s’agit d’égalité et de justice ! », clament-ils en chœur. « Nous voulons créer un lien fort entre musulmans voyants et non-voyants », assurent-ils, avant de s’atteler à nouveau à l’impression hebdomadaire de trois à quatre Corans en braille, en mettant du cœur à l’ouvrage.

Publicité
Publicité
Publicité

2 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Les handicapés ,avec les handicapés ,les sourd-muets avec les sourd-muets,les aveugles avec les aveugles ,c’est quoi ce phénomène auquel aucune culture n’échappe?c’est de la ségrégation? c’est du pragmatisme?qui nous a enseigné cela ?qui nous interdit cela? ….pas de réponse hélas!

  2. Chapeau bas !
    أَفَلَمْ يَسِيرُوا فِي الْأَرْضِ فَتَكُونَ لَهُمْ قُلُوبٌ يَعْقِلُونَ بِهَا أَوْ آذَانٌ يَسْمَعُونَ بِهَا ۖ فَإِنَّهَا لَا تَعْمَى الْأَبْصَارُ وَلَٰكِن تَعْمَى الْقُلُوبُ الَّتِي فِي الصُّدُورِ (46)
    [46] Que ne parcourent-ils la Terre pour acquérir des cœurs aptes à comprendre et des oreilles aptes à entendre? En vérité, ce ne sont pas les yeux qui se trouvent atteints de cécité, mais ce sont les cœurs qui battent dans les poitrines qui s’aveuglent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Amnesty: Les conclusions de l’enquête de l’ONU sur les homicides à Gaza doivent ouvrir la voie à la justice pour les crimes de guerre

Tariq Ramadan reste mis en examen pour viols