in

Entretien avec B. Khiari, déléguée nationale du mouvement d’ E. Macron

Bariza Khiari déléguée nationale d’En Marche ! et sénatrice est l’invitée de l’Esprit d’actu. Dans cet entretien, elle revient sur certains aspects du programme d’Emmanuel Macron et explique pourquoi il est important de faire barrage à Marine Le Pen.

8 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Entre B. Khiari (sénatrice française parce que femme arabe comme Rachida Dati ou Vallaud) et Emmanuel Todd le seul intellectuel de renommée internationale qui au prix de sa propre réputation a défendu les musulmans et les arabes et les noirs et les pauvres de France, il n’y a pas de débat
    : “Abstention dans la joie” pour reprendre l’expression d’E.Todd.
    Il faut aussi rappeler qui est B. Khiari une “farouche opposante des « statistiques ethniques », elle est l’une des fondatrices du Club XXIe siècle (aux côtés de Rachida Dati ou Rama Yade)” (source : wikipedia), membre du PS depuis 2004.
    Cette instance élitiste compradore “Le Club XXIe siècle” complètement déconnectée des masses sert presque exclusivement à la promotion des femmes maghrébines et est en quelque sorte un “ordre” qui a continuellement servi ses propres intérêts contre celui des jeunes et moins jeunes de cité en adoubant le racisme anti-arabe du PS : son opposition aux statistiques ethniques est là pour le démontrer, qui reste pourtant la seule mesure qui permettrait de quantifier les impressionnantes discriminations raciales dans la fonction publique et les industries du CAC-40 que subissent les arabes et les noirs français.

    Il faut aussi préciser que E.M va créer une task-force anti-musulmane qui s’attellerait à faire fermer (un peu comme dans l’Allemagne des années 30) les associations sportives, culturelles pour la seule raison qu’elles ont un président musulman et qu’elles soient d’inspiration musulmane.
    La criminalisation du soutien au peuple palestinien risque ainsi de connaître ses “heures les plus sombres”. Toute personne ou association apportant un soutien sans faille en faveur des palestiniens se verra désigné “islamiste radical” et livré à la vindicte publique, et les associations fermées.
    Ce qui se prépare est grave.

    PS: Merci d’inviter E. Todd à cette excellente émission pour qu’il puisse donner son avis, lui qui mérite la juste admiration de tous les musulmans de France pour s’être élevé, seul, tel David contre Goliath, dans un contexte particulièrement désavantageux, contre les injustices auxquelles ils font face quotidiennement.

  2. Tariq :

    “Il faut aussi préciser que E.M va créer une task-force anti-musulmane qui s’attellerait à faire fermer (un peu comme dans l’Allemagne des années 30) les associations sportives, culturelles pour la seule raison qu’elles ont un président musulman et qu’elles soient d’inspiration musulmane.
    La criminalisation du soutien au peuple palestinien risque ainsi de connaître ses “heures les plus sombres”. Toute personne ou association apportant un soutien sans faille en faveur des palestiniens se verra désigné “islamiste radical” et livré à la vindicte publique, et les associations fermées.
    Ce qui se prépare est grave.”

    Je ne suis vraiment pas un pro-Macron, mais alors là faut arrêter le délire ou le complotisme aigu. C’est ce genre de discours qui contribue encore et toujours à assimiler certains musulmans comme des enfants. Ne vous étonnez pas ensuite que vous soyez infantilisé. Un peu de sérieux !
    Et le retour des années 30 ? Rien que ça ?!

    • Abou

      Si on continue effectivement à assimiler les musulmans à des enfants (“jeunes de cité”) cela ne vient pas d’eux-mêmes mais est le fait de leur constante paternalisation. D’ailleurs l’ethnologue Jean Servier avait tenter d’utiliser cette technique d’infantilisation/cuculisation pendant la guerre d’Algérie avec diffusion dans les camions cinéma de dessins-animés “Donald le Canard” et “Lavez-vous les mains” pour essayer de re-créer un “utérus artificiel”.
      (forezhistoire.free.fr/images/colloque-algerie-commère.pdf)

      D’ailleurs l’équipe de Macron ne fait pas autre chose vis-à-vis des “Musulmans de France”
      que de les infantiliser et de les culpabiliser.
      Notamment on a dit à E. Todd qu’il se comportait comme “un enfant” en s’abstenant.
      (cf arrêt sur images)

      Et ces stratégies sont très bien décrites à travers ces 2 liens (texte en français) que vous pourriez consulter pour vous ouvrir l’esprit sur le contrôle mental:

      http://www.syti.net/Manipulations.html
      http://www.syti.net/SilentWeapons.html

      Il y a les complots et les faits :

      voici les faits (et chacun est libre d’en inférer raisonnablement les conséquences qu’il conçoit) :

      http://www.lefigaro.fr/international/2017/03/17/01003-20170317ARTFIG00385-ce-que-prevoit-emmanuel-macron-en-matiere-de-defense.php

      ● Une task-force permanente sera créée pour la lutte antiterroriste, afin, notamment, de «réduire les cloisonnements entre les différents services de renseignements», déclare-t-on dans l’entourage d’Emmanuel Macron, où l’on souligne avoir examiné les exemples européens et américains.

      [
      —–> https://www.nytimes.com/2017/03/06/nyregion/nypd-spying-muslims-surveillance-lawsuit.html
      “””
      The proposed settlement would restore safeguards that were stripped away after the Sept. 11, 2001, terrorist attacks. The city argued that outside oversight of its intelligence-gathering made the city less safe. At the time, Judge Haight agreed.
      What followed was a decade of spying on Muslim neighborhoods. With help from the C.I.A., the department built a web of informants around the city and beyond. Detectives compiled files on people who appeared to have changed their names for religious reasons, and designated mosques as potential terrorist organizations, allowing the department to record sermons and watch entire congregations without ever filing charges.
      As part of that effort, the city created the Demographics Unit, a secret squad of plainclothes officers that eavesdropped on conversations in cafes, making notes about political conversations. They chatted to store owners about their views on drone strikes and international affairs and made a note when they saw Qurans, religious calendars or customers gathering after attending nearby mosques. It was regarded as a “human mapping” program to look for possible signs of radicalization. In 2014, the police commissioner at the time, William J. Bratton, disbanded that squad as unnecessary
      “””
      ]
      ———————————————

      http://www.islamophobie.net/articles/2017/05/02/le-ccif-une-nouvelle-fois-mis-en-cause-par-en-marche

      “””
      Dans son discours du 1er mai à la Villette, Emmanuel Macron prononçait les phrases suivantes:

      “Nous démantèlerons les associations qui ne respectent pas les lois de la République et poussent à la haine de la République”.
      Cette affirmation, sans précision sur les associations visées, laissait flotter une menace quant aux objectifs précis du candidat d’En Marche. Quelques minutes plus tard, un utilisateur twitter rendait publique une déclaration en off de Pierre le Texier, chargé de la communication digitale et des “Jeunes avec Macron”, plaçant explicitement le CCIF dans le viseur du mouvement En Marche.
      Le chargé de communication était interrogé sur les propos d’Aurore Bergé (autre cadre d’En Marche, qui avait précédemment demandé la dissolution du CCIF et déclaré “Je persiste et je signe. Le communautarisme n’a pas sa place dans la république. Le CCIF est un danger.”).
      Pierre le Texier répondait alors :
      “Ce n’est pas la position officielle du mouvement dans le sens où il ne s’agit pas d’un communiqué, mais oui, En Marche n’a aucune complaisance vis-à-vis des organisations comme le CCIF qui ont des positions pouvant porter atteinte aux lois de la République.”
      “””

      ——————————————-
      répression BDS

      https://www.i24news.tv/fr/actu/international/europe/135870-170124-macron-en-visite-au-liban-rejette-le-mouvement-bds-contre-israel

      “””
      Le président du mouvement En Marche, coqueluche des sondages, a également exprimé son rejet du mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) contre Israël à l’occasion de cet événement.”Le boycott d’Israël a été condamné par la France et il n’est pas question de revenir là-dessus”, a-t-il dit, en référence à un arrêt de la Cour de Cassation de 2015 qui a rendu illégal ce mouvement.Le candidat ne s’est pas prononcé sur l’idée d’une reconnaissance d’un Etat palestinien par la France avant qu’un accord de paix n’ait été conclu entre les parties. et a rejeté toute pression sur Israël.
      “””

      http://quartiersxxi.org/liberte-d-expression-et-criminalisation-de-bds-en-france

      “””
      L’appareil judiciaire aux ordres
      La première pierre à l’édifice de la criminalisation de BDS est posée par Michèle Alliot-Marie qui, avec la promulgation de la circulaire du 12 février 2010, permet aux procureurs de la République de poursuivre en justice les militants qui appellent au boycott pour le motif d’« incitation à la haine ». Le gouvernement assimile sans complexe les militants qui usent d’un outil traditionnel à la lutte de libération à des tenants de l’antisémitisme.
      Ainsi, plusieurs procès se sont succédé. En 2011, 12 militants de Mulhouse ont été poursuivis pour avoir distribué des tracts appelant au boycott de produits israéliens dans un supermarché. Après une relaxe en première instance, ils sont condamnés en appel en 2013 et par la Cour de cassation en 2015 pour avoir « provoqué à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée », sur la base de la loi de 1972 contre le racisme, qui prévoit jusqu’à un an d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende. Ils sont condamnés à 30 000 euros d’amende. La France, en recourant à la loi de 1972, est le seul pays qui punit pénalement l’appel au boycott, étant même plus sévère qu’Israël qui ne prévoit pas d’emprisonnement dans sa lutte visant à empêcher sa propre délégitimation. Ces condamnations donnent alors des ailes à des organisations sionistes (BNCVA) ou institutionnelles (LICRA) qui ont, à Toulouse, poursuivi des militants pour « entrave à l’activité économique » suite à la distribution de tracts devant un supermarché. Le procès commencera en juin 2016.
      “””

      • Tariq,

        Si les gens sont lobotomisés par la TV ou les medias mainstream c’est qu’ils sont libotomisable. Personne ne vous force à regarder les show tv ou la tv realité. L’instruction et le savoir sont largement accesible. Encore plus qu’à n’importe quelle autre periode passée.

        Ensuite, rien dans tous ce que vous ennoncez (ou liens envoyés) ne justifie “un retour des annees 30” pour les musulmans.
        Et en matiere de lutte antiterroriste, si on peut désapprouver certaines méthodes, il convient de regarder ce qui se fait ailleurs. Dans la plupart des pays arabes ça ne lesine pas dans les moyens. Allez leur parler de libertés individuelles aux dirigeants algerien, saoudien ou egyptien. C’est aussi ça le pragmatisme.
        Le complotisme a ses limites un moment donné.

        • Abou

          – Vous n’avez pas bien compris le point sur l’infantilisation et la paternalisation ou alors je me suis mal exprimé.

          – Le savoir est effectivement largement accessible au plus grand nombre (surtout en langue anglaise d’ailleurs) et c’est la raison pour laquelle il faut amorcer dès aujourd’hui un changement radical des logiciels institutionnels racistes de la Vème République, car ce qui tend aujourd’hui à différencier 2 français avec un même bagage intellectuel mais dont l’un travaille et l’autre non, c’est justement la race et/ou la religion vraie ou supposée.

          – Je suis d’accord avec vous : rien ne “justifie” un retour aux années 30, c’est exactement le sens de mon propos (d’ailleurs rien ne justifie les années 30 non plus). Mais je crois que vous faites allusion à l’analogie. Il y a en effet des points de similitudes inquiétants contre lesquels toute personne de conscience, qui connaît l’histoire, se doit d’alerter.

          – Enfin la torture que vous semblez préconiser, pour ne pas parler des méthodes d’élimination physique pure et simple n’est pas efficace pour lutter contre le terrorisme bien au contraire elle l’exacerbe.
          La partie de l’article du NYT suggérait qu’une task-force qui prendrait pour cible tous les musulmans serait voué à l’échec.

          – J’aurais eu tendance à dire que le complotisme ne connait pas de limites.
          Il s’agira pour vous de ne pas voir du complotisme dans toute analyse dont le contenu échappe à votre entendement.

          • Tariq,

            – si j’ai très bien compris votre allusion à l’infantilisation dont sont victime les musulmans. Seulement nous n’avons pas les mêmes conclusions. Votre propos, s’il est valable dans certains cas (paternalisation à outrance dès “jeunes issus de l’immigration”), la faute en incombe aux politiques dans ce cas. Pas de soucis. En revanche avec les associations musulmanes, l’infantilisme dont ils sont l’objet, la faute est largement imputable à ces associations. Qu’ont fait ces associations en terme de lobbying ou simplement en terme de représentativité afin de peser et demeurer un acteur incontournable pour le politique ? L’Etat a dû créer le CFCM, cette coquille vide, afin d’avoir un interlocuteur (je serais d’accord avec vous pour parler de neo-colonialisme).
            Enfin l’infantilisation dont je vous accusais à cause de vos propos initial : l’exagération dans le constat. A force de dire que c’est la faute des autres, on perd en crédibilité. Faut pas s’étonner ensuite si on vous infantilise.

            – il y a des discriminations. Je ne dis pas le contraire.

            – pour la lutte antiterroriste, j’ai du mal m’exprimer. En France ils ont encore le soucis des libertés individuelles (et c’est tant mieux) contrairement aux pays arabes. Je pointais aussi les méthodes de ces pays qui n’ont que faire des dommages collatéraux (voir le carnage des militaires algériens dans la prise d’otages de In Amenas).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le hijab, accessoire de mode, fait débat parmi les femmes musulmanes

Marine Le Pen visée par des œufs en Bretagne