in

DSK dans la tourmente au Luxembourg : il a laissé un passif de 100 millions d’euros

C’est une sacrée ardoise que vient de laisser au Luxembourg l’ex-directeur du FMI, à qui il faudrait beaucoup d’huile de coude pour redorer son blason terni ! DSK, l’ex-champion de la gauche caviar intarissable d’éloges sur ses qualités de gestionnaire, n’est manifestement plus l’économiste distingué qu’il était, si l’on en juge par le passif de 100 millions d’euros et les 150 créanciers, dont le fisc luxembourgeois, qu’il a totalisés avant de quitter, le 20 octobre, la présidence de la société d’investissement luxembourgeoise LSK, pour cause de… faillite !

"Le montant des créances de LSK et de sa branche de gestion d'actifs Assya Asset Management, enregistrées au Tribunal de commerce de Luxembourg, où les sociétés ont été déclarées en faillite et en liquidation en novembre, atteint pratiquement les 100 millions d'euros", a déclaré à l'AFP un représentant des créanciers sous couvert d’anonymat.

Fidèle à sa ligne de défense qu’il applique à chaque fois que le vent du scandale souffle sur sa silhouette massive, jusqu’à le faire vaciller de son piédestal, DSK feint l’innocence, et tout comme il ignorait que les call girls du Carlton de Lille, dont il était un client assidu, faisaient commerce de leurs charmes au sein d’un réseau de prostitution, il ignorait également l’ampleur des engagements financiers de la société qu’il présidait, faisant endosser à son défunt associé, le franco-israélien Thierry Leyne, qui a mis fin à ses jours le 26 octobre dernier, l’entière responsabilité de la banqueroute annoncée.

Mais il semble que son art consommé de tomber des nues peine à convaincre le Luxembourg qui, selon la presse locale, a engagé des poursuites administratives à l’encontre des anciens dirigeants de LSK, dont il était la figure de proue, pour qu'ils remboursent les impôts impayés sur les salaires, pour un montant de 75.000 euros.

Après avoir été remis en selle par ses cercles d’influence et tenté de se racheter une improbable virginité, des marches de Cannes, à ses conférences au Maroc, en passant par le Grand-Duché de Luxembourg, DSK est a nouveau pris dans la tourmente d’une affaire retentissante qui risque fort de lui empoisonner la vie, telle une énième casserole qu’il traînera comme un boulet, et peut-être même jusque devant les tribunaux où ses innombrables turpitudes l’ont conduit, de New York à Lille…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Allemagne : une nouvelle mosquée incendiée par des mains criminelles

Les ventes de Charlie Hebdo ont rechuté en kiosques