in ,

L’ami de DSK passe par la fenêtre: le Mossad est en deuil

La chronique est discrète sur la mort tragique, jeudi 24 octobre, de Thierry Leyne, l’ami et associé de DSK dans ce qui devait être une aventure financière à au moins deux milliards de cash.Sous la houlette de l’ancien ami de « Dodo la saumure »  voici la promesse d’un coup gagnant au casino de la finance mondiale. C’est au printemps 2013 que Leyne et Strauss-Kahn s’unissent pour créer  « LSK and Partners », une banque d’investissements version « boutique », nous précise le quotidien « L’Opinion ». DSK est alors sorti à peu près intact de son tsunami hôtelier, ayant renoncé à la politique il peut se mobiliser à plein pour la finance.

Leyne, son partenaire âgé à cette époque de 46 ans, n’est pas un vieil ami de DSK. Thierry, un franco-israélien,  lui a été présenté par de puissantes personnalités israéliennes qui ont su convaincre Dominique : « s’associer à Leyne c’était l’assurance d’avoir le soutient total du gouvernent de Jérusalem ».  En Israël, Leyne est  un citoyen discret mais pas totalement ordinaire. Il a été formé à l’Institut de technologie de Haïfa, le Technion qui depuis longtemps a  la réputation d’être l’université des techniciens du Mossad et de l’armée, une pouponnière d’espions. C’est ici qu’à été conçu le « Dôme de fer », bouclier anti missile, c’est aussi ce Technion qui travaille sur de multiples projets d’engins blindés téléguidés, de drones et autres outils d’espionnages ultra secrets. La légende, qui colle à l’institut de technologie, est claire : ceux qui y suivent des cours sont des « étudiants-soldats ». Nos excellent confrères, Ahmed Abbes et Ivar Ekeland  du site « Orient XXI », qui viennent de consacrer un article à cette perle de la connaissance, terminent ainsi leur papier : « Le Technion, ses professeurs, ses chercheurs et ses étudiants sont devenus des rouages essentiels d’une politique dure israélienne,  justifiants les appels internationaux de plus en plus nombreux au boycott académique de cette institution ».

Le Mossad en embuscade

Voilà donc qu’une odeur de Mossad colle à la réputation de Thierry Leyne. Et le premier acte spectaculaire qu’il va accomplir avec DSK renforce le soupçon. Nous somme à Juba en mai 2013. Juba est la capitale du Sud Soudan, entité pour partie chrétienne  « arrachée » aux vilains musulmans du nord. Depuis des années la CIA et le Mossad mettent tout en œuvre pour déstabiliser tout politicien régnant à Khartoum. Et tout en œuvre également pour aider les « rebelles du sud ». Faut-il préciser que cette partie du Soudan est riche en pétrole.

Ce Sud Soudan né, avant que ses partisans n’entament eux-mêmes une guerre fratricide pour le gain du pouvoir, il faut bien lui donner un semblant de structure monétaire… Et qui mieux que Thierry Leyne,  appuyé sur la lourde caution de DSK, peut  lancer une National Credit Bank si utile au  bon démarrage des affaires…

Après ce départ au turbo, la suite est un peu moins glorieuse…  La mise en bourse de LSK, sur le terrain du CAC 40 à Paris, a vécu une cruelle chute qui a divisé  sa valorisation par deux ces soixante derniers jours. Nul ne dit que c’est cette mauvaise météo boursière qui, selon la vieille tradition, a poussé Thierry Leyne à « se jeter » depuis les derniers étages de la plus haute tour de Tel-Aviv.

Sauf, comme dans tous les romans noirs, que des témoins pourtant peu complotistes suggèrent que l’ami de l’ancien boss du FMI aurait pu être poussé dans le vide.

Mondafrique 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’équation chiite dans la problématique du jeu des puissances régionales et internationales

Tunisie : premiers résultats des législatives peut être connus ce lundi (vidéo)