in

“Dieu au féminin ?”

Dieu se déclinerait-il au féminin en islam ? Dans cette religion supposée être machiste ? Des études sérieuses montrent que l’islam accorde à la femme toute son autonomie ontologique, spirituelle et juridique, et que le Prophète peut véritablement être qualifié de ‘‘féministe’’ – dans le contexte de son époque bien sûr. Mais le vieux fond arabe patriarcal, misogyne, a vite repris le dessus ; ce fut au demeurant le lot de tout le bassin méditerranéen.

Dieu au féminin ? Donnons-en des indices, qui s’imposent de plus en plus dans certains milieux musulmans. Ainsi chaque sourate s’ouvre-t-elle sur la formule que l’on traduit communément par « Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux (Rahman), le Très Miséricordieux (Rahîm). Or, la racine sémitique RHM signifie la matrice féminine, l’utérus. C’est cette fonction enveloppante, protectrice, maternelle, de Dieu qui est suggérée par ce verset coranique : « Ma Miséricorde enveloppe toute chose » (7 : 156) ou encore par une parole du Prophète assurant que Dieu serait plus clément avec les humains au jour du Jugement que cette femme ne l’était avec son enfant qu’elle était en train d’allaiter et devant laquelle il passait. Dans sa traduction du Coran, André Chouraqui traduisait d’ailleurs la formule précitée par : « Au nom d’Allah, le Matriciant, le Matriciel », et certaines musulmanes féministes refusent de L’appeler au masculin (« Lui »), se concentrant sur le Nom (Allâh, Dieu, God…) qui, selon elles, est au-delà de toute sexualisation.

On notera encore que le musulman, lorsque son prénom comporte un Nom divin, n’en est que le serviteur, par exemple : « serviteur du Majestueux » (‘abd al-Jalîl), alors que la musulmane, elle, porte directement le Nom avec la désinence féminine, par exemple : « Majestueuse » (Jalîla).

Les soufis, qui voient dans la femme le support de contemplation de Dieu le plus accompli, ont par évidence exploré cette fibre féminine du Divin. Par une alchimie du langage dont ils ont le secret, ils ‘‘remontent’’ vers l’Essence divine – le terme est de genre féminin en arabe comme en français – en donnant à celle-ci divers prénoms féminins. Ils transmuent de la sorte sur le plan spirituel la poésie de l’amour profane, la poésie érotique, si célébrée dans la culture arabe.

Il y a Mayya, Salmâ, Lubnâ, toutes symboles de l’Essence. Ibn ‘Arabî (m. 1240), lui, a connu Nizhâm (« Harmonie »), alors qu’il tournait autour de la Kaaba, à La Mecque. Elle lui révèle l’Éternel féminin qui mène à Dieu. Mais la plus courtisée est sans conteste Laylâ, la nuit, la nocturne, la mystérieuse. Les soufis se sont souvent identifiés à Majnûn, le « fou de Laylâ », perdu dans la contemplation de sa belle (Cette histoire a inspiré à Louis Aragon Le Fou d’Elsa, dans lequel l’amant est, à l’instar de
Majnûn, l’objet d’une transfiguration).

Mais souvent ces prénoms cèdent la place à l’allusif pronom « Elle » (hiyâ) qui, dans les poèmes soufis, signe le Féminin absolu.

Point d’étonnement, dès lors, à ce qu’Ibn ‘Arabî et l’émir Abd el-Kader, son disciple à travers le temps, accordent un rang métaphysique et cosmique tout particulier à la ‘‘femme’’, miroir du Divin. À leurs yeux, la femme accomplie détient même la précellence sur l’homme…

En partenariat avec la Fondation Conscience Soufie 

4 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Declarer qu’Allah n’est ni masculin ni feminin est une evidence, et de meme pour la position sur les droits de la femme de la part du Prophete (saw). Apres il faut arreter avec le delire soufi, en particulier les interpretations qui se perdent entre lexicographie (voire philologie) et pure spiritualite. Le premier, le vrai soufi etait le Prophete (saw) en personne, jamais il (saw) n’a noye son message dans des divagations pseudo-metaphysiques et autres rituels de confreries. Enfin dans le cas precis de Ibn Arabi, sa rencontre avec Nizham est plus du domaine symbolique de l’unite primordiale retrouvee grace a l’union du masculin et du feminin qu’une espece de preuve d’un Dieu feminise. Denoncer le machisme de certaines cultures islamiques est une chose (necessaire!), se perdre dans une rhetorique theologico-feministe en est une autre qui eloigne dangereusement de l’islam.

  2. Le sexe est une création d’Allah.
    Les arabes avant l’Islam, croyaient au dieu d’Ibrahim et Ismael , leur problème et qu’ils faisaient des statuts.
    Ils tuaient le nouveau né de sexe féminin, et ne gardaient que les garçons,
    Les noms masculins pour eux et les noms féminins pour nommer les statuts.
    Sans parler religion, à moi l’homme et à dieu la femme, ce n’est pas équitable.
    Moralité le féminisme , les arabes avant l’Islam n’en voulaient pas et pour s’en débarrasser , féminisent la volonté d’Allah.
    Les Chrétiens, otage du féminisme, et c’est pour cela qu’ils féminisent dieu.
    La vérité est simple, Allah a crée le male et la femelle et le principe de complémentarité. Le Coran compare la relation male femelle à la relation nuit journée.
    Personne n’a jamais comparé la nuit à la journée , on dit toujours qu’elles se complètent pour former le jour du calendrier.

  3. Salam,

    Allah n’est pas engendré et n’a pas engendré. Donc la logique veut qu’Il n’a pas de genre.

    Il a doté ses créatures de sexes féminins et masculins afin qu’ils se reproduisent, mais Il ne ressemble à aucune créature et il est Seul et Unique.

    Alors pourquoi vouloir lui coller un genre sexuel ? C’est quoi cette nouvelle maladie mentale ?

    Le féminisme vous fait tourner en bourrique au point de vouloir féminiser Allah ? Ce n’est pas parce qu’il a les meilleures qualités qu’il a donné aux humains et bien plus qu’il faut le mettre à notre niveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« Jour de colère » en défense d’Al-Aqsa

Les Hui: communauté musulmane chinoise