in

Des supporters écossais de football l’ont brandi haut : “Jérusalem c’est la Palestine, Fuck Trump”

La solidarité avec la Palestine n’est pas un vain mot au pays du chardon. Elle est formidablement fédératrice, indéfectible et à toute épreuve, même celle infligée au Celtic Football Club d’Ecosse pour avoir manifesté un peu trop ostensiblement son attachement à la cause palestinienne.

Il en aurait fallu plus qu’une amende de plusieurs milliers d’euros pour refroidir la ferveur pro-palestinienne des supporters du Celtic Glascow, et les dissuader de montrer à la face du monde leur fidélité sans faille envers une terre de souffrances, depuis des tribunes gagnées par une effervescence anti-Trump d’une rare intensité.

C’est peu dire que la décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, prise par un président américain honteusement inféodé au diktat pro-sioniste, a été l’étincelle qui a mis le feu aux poudres dimanche dans les gradins.

« Jérusalem c’est la Palestine, Fuck Trump », tel était le slogan percutant qui figurait sur des banderoles hissées haut, au milieu d’une forêt de drapeaux palestiniens brandis par une foule écossaise en colère, n’ayant cure d’être à nouveau mise à l’amende.

En tout cas, sur les réseaux sociaux britanniques admiratifs, les fans du Celtic Glasgow, loin d’essuyer un feu nourri de critiques, ont été salués pour leur geste fort de protestation contre une décision incendiaire, et leur nouvelle démonstration de soutien aux Palestiniens qui restera mémorable.

Un florilège de tweets élogieux :

La gratitude de la Palestine

Un dessin satirique, plus fort que les mots, signé Carlos Latuff, un dessinateur brésilien pro-palestinien :

4 commentaires

Laissez un commentaire
  1. L’Irlande du Nord aussi est un grand supporter traditionnel de la Palestine: le drapeau palestinien a été hissé au sommet de l’ Hôtel de Ville de Dublin tout le mois de mai2017.
    Quand on connait ce que les Irlandais ont subi de la part des Anglais ( colonisation, massacres, famine, esclavage, vol de terres et des enfants, génocide etc..) on comprend leur attitude. S’il est un peuple européen que l’on peut se permettre d’aimer, ce sont les très sympathiques Irlandais.
    http://histoirerevisitee.over-blog.com/2014/06/la-traite-des-esclaves-irlandais-au-17e-siecle.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Succès d’une pétition demandant l’exclusion de Finkielkraut de l’Académie française

Ces Maghrébins, héros de la Résistance française