in

Des étudiantes voilées de Leeds humiliées et refoulées par une conductrice d’autocar

Lorsqu’elles montèrent à bord de l’autocar de la National Express pour rallier la ville de Leeds, cinq amies inséparables de Manchester ignoraient qu’elles avaient pris place dans un bus en folie, conduite par une femme en plein délirium islamophobe qui les a humiliées, poussées à bout, avant de les forcer à descendre du véhicule à grands cris et sans ménagement.   

Yusra Ahmed

Yusra Ahmed, l’une des cinq étudiantes britanniques voilées inscrites à l’université de Leeds, peine à se remettre de l’incroyable hostilité dont a fait preuve à leur encontre cette conductrice hors de contrôle, et plutôt que de taire l’excès de zèle mû par le racisme primaire qui les a pris pour cible, elle a dénoncé cette agression odieuse sur sa page Facebook. Grand bien lui en a pris, puisque son récit des faits en a révolté plus d’un, dont nombre de jeunes femmes non musulmanes qui l’ont immédiatement assurée de tout leur soutien.

Tout a commencé lorsque le chauffeur d’autocar en jupon, le regard menaçant, s’est approchée de ces jeunes filles sans histoire pour vérifier leur ticket nerveusement, et avec une attention soutenue sur laquelle flottait le parfum entêtant de la suspicion, les faisant passer pour des intruses, sujettes à caution, aux yeux des autres passagers qui attendaient avec impatience que le bus démarre.

Ce contrôle tatillon à l’excès ne s’est pas arrêté là, la conductrice, en total dérapage incontrôlé, se mettant à hurler qu’il était interdit de manger du curry à bord de son véhicule, sourde aux dénégations des étudiantes musulmanes qui s’époumonaient en vain à lui expliquer que leurs sacs contenaient du riz et des lasagnes froides, et qu’elles n’avaient nullement l’intention de les consommer à l’intérieur du bus.

Rien n’y a fait, Yusra Ahmed et ses camarades, sidérées et affolées à la fois devant la mauvaise foi et la fureur exacerbées de leur agresseuse, proposèrent alors de donner une partie de la nourriture à des sans-abri qui se trouvaient à proximité de l’arrêt de bus. Loin de calmer les ardeurs de la conductrice, cette tentative de compromis la fit sortir de ses gonds, celle-ci se mettant à vociférer de plus belle : « ça pue le curry à bord ! ».   

A bout de nerfs, et s’entendant dire qu’elles allaient devoir sortir du véhicule, les cinq amies, mortifiées, finirent par la traiter de « raciste ». Un nom d’oiseau qui lui allait si bien mais qui aggrava leur cas, puisqu’elles se retrouvèrent jetées dehors comme de vulgaires fraudeuses, et comble de l’impensable, furent contraintes par un agent de sécurité, arrivé sur ses entrefaites, de présenter des excuses à la conductrice.

« Elle s’est autorisée à se déchaîner contre nous parce que nous étions visiblement musulmanes. C’est tellement facile et dans l’air du temps », a vivement déploré Yusra Ahmed sur les réseaux sociaux, en précisant que ses amies et elle-même ont immédiatement porté plainte, tout en se désolant de ne pas avoir été contactée par la compagnie d’autocars.

Du côté de la National Express, un communiqué officiel a assuré que « les comportements inacceptables du personnel sont pris très au sérieux, le traitement de cette plainte particulièrement grave étant jugé prioritaire ». Reste à savoir si le bus en folie et sa conductrice aveuglée par son aversion pour l'islam seront mis d’urgence sur une voie de garage…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quand Jean Sarkozy faisait le Ramadan (vidéo)

Seifeddine Rezgui, le tueur de Sousse était sous cocaïne