in

Des élections en Libye sous trois mois, le joker du clan Kadhafi

Des élections en Libye en signe de traité de paix ? Tel est le joker sorti de sa manche par Saïf Al-Islam Kadhafi, l’héritier du trône libyen en perdition, qui a offert mardi la primeur de l’information au quotidien italien Corriere della Sera, lors d’un entretien à l’hôtel Radisson Blue de Tripoli : son clan familial est disposé à accepter l’augure d’élections “dans les trois mois” , qui garantiraient “l’intégrité des chefs de l’opposition de ce scrutin“, et sous la supervision d’observateurs internationaux.

Alors que les journalistes italiens attendaient le ministre des Affaires étrangères, Abdelati Al-Obeïdi, quelle ne fut pas leur stupeur de voir débarquer le rejeton de l’autocrate Mouammar Kadhafi, qui affichait une confiance immodérée dans l’avenir : “Je ne doute pas un seul instant que l’écrasante majorité des Libyens soutient mon père et considère les rebelles comme des islamistes fanatiques et fondamentalistes, des terroristes soutenus par des étrangers, des mercenaires à la solde de Sarkozy“, a-t-il lancé crânement.

Quant à savoir quel serait le pays le plus à même d’aider la Libye à amorcer le virage à 180 degrés vers la démocratie, Saïf Al-Islam Kadhafi se tourne vers la France : “On a déjà eu des contacts avec Paris, pour l’instant sans suite. Ce sont eux [les Français] qui impulsent la politique du gouvernement de Benghazi (…). Donc c’est à eux que revient le devoir de chercher une sortie qui soit la moins sanglante possible“, souligne-t-il.

Dauphin d’un régime en plein chambardement, fragilisé de toutes parts par la rébellion qui conforte ses prises de contrôle de localités et par les raids de l’OTAN, Saïf Al-Islam Kadhafi se fait le messager de ce qui semble être un coup de poker, tout en indiquant que son père, âgé de 68 ans, serait prêt à quitter le pouvoir en cas de défaite électorale, mais en aucun cas le territoire libyen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

C’est le blocus de Gaza qui est un scandale, et non la flottille internationale

Nouveau délire de Brigitte Bardot