in

Nouveau délire de Brigitte Bardot

Ses coups de semonce sombrent à chaque fois davantage dans la vulgarité, au point de flétrir irrémédiablement son image évanescente d’icône du septième art : Brigitte Bardot, la virulente prêtresse de la cause animale, fait à nouveau parler d’elle en signant une lettre ouverte incendiaire au président de la République.

Poussée à son paroxysme, sa rage noire se déchaîne contre les corridas, mais se laisse emporter par un sectarisme à fleur de peau qui porte une fois encore l’estocade aux musulmans et à l’Aïd-el-Kebir, dans une tonalité haineuse qui l’a traînée à cinq reprises devant le tribunal correctionnel de Paris : “les pratiques de l’Aïd-el-Kebir qui feront couler dans quelques mois plus de sang encore sur nos terres“, écrit-elle dans une plume trempée dans l’acide.

30 ans de régression ont fait de la France une fosse à purin où toute la merde des autres cultures est venue polluer la nôtre !” fulmine la légende du cinéma qui, à l’âge de la grande maturité, a fait de la violence verbale sa marque de fabrique.

Exutoire d’un racisme viscéral, la missive de BB frappe fort et au plus haut sommet de l’Etat, dont Frédéric Mitterrand qui n’échappe pas à ses propos acérés et scabreux : “Monsieur Mitterrand tente de justifier l’injustifiable en parlant de pratiques observées en France, la zoophilie qui relève du même article 521-1 du code Pénal, donc punie des mêmes peines, est également une pratique perverse observée dans notre pays, aura-t-elle droit elle aussi à une inscription au patrimoine immatériel de la France ?

C’est par une sommation qu’elle conclut son réquisitoire contre l’inertie de Nicolas Sarkozy : “Montrez que vous n’êtes pas totalement dénué de courage, relevez ce pays qui se noie dans la honte !” Mais en l’état, qui fait le plus honte aux valeurs républicaines ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des élections en Libye sous trois mois, le joker du clan Kadhafi

De la Syrie et des cris qu’on n’entend pas