in

Découverte en Algérie d’un oiseau rare, l’Ababil, mentionné dans le Coran

Un citoyen de Chlef a trouvé, jeudi, un martinet noir (Apus apus), une espèce d’oiseau de la famille des apodidés, également appelé oiseau Ababil, qu’il a remis aux services de la Conservation des forêts de la wilaya. Selon le chargé de l’information auprès de ces services, Mohamed Boughalia rapporte le site Dia Algérie. « Un citoyen a remis à la Conservation des forêts un martinet noir, qui a été examiné et placé sous protection, car il s’agit d’une espèce rare digne d’intérêt », a-t-il indiqué à l’APS. « Un expert en protection des oiseaux a examiné l’oiseau qui se trouve en très bon état », a-t-il ajouté. « Nous ignorons, néanmoins, les raisons de sa chute sur terre, car il s’agit d’un excellent voilier vivant généralement dans les airs, et sur les hauteurs », a précisé le même responsable.Les Ababil sont une espèce d’oiseaux, mentionnés dans le Coran. Ils ont protégé La Mecque de l’armée d’Abraha, roi himyarite, en jetant des pierres sur les éléphants des ennemis qui s’approchaient de la ville. Cet événement, prenant place dans le contexte de la Campagne de l’Eléphant, a eu lieu en 552. « Ababil » est le pluriel d’« ibbil ». Ce mot proviendrait de l’akkadien « ibbiltu », désignant le martinet ou l’hirondelle. Plusieurs médias arabes dont la chaîne Saoudienne Al Arabiya a repris l’information diffusée par l’APS. La vidéo de l’agence algérienne a été également reprise par la chaîne russe RT.

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. Je ne sais rien des oiseaux “Ibbil”, mais si l’article parle bien du martinet noir (Apus apus) il s’agit d’un volatile extrêmement commun dont l’aire de répartition va de la Norvège, à la Sibérie et au sud de l’Afrique, où il migre l’hiver.
    Compte tenu de soin poids (40 à 50 grammes) il est peu probable qu’il puisse porter des “pierres”.
    La seule chose un peu inhabituelle est que l’oiseau se soit trouvé au sol, mais si cela lui arrive, la petitesse de ses pattes et la grandeur de ses ailes l’empêche de pouvoir s’envoler sans aide.
    (https://www.oiseaux.net/oiseaux/martinet.noir.html)

    • A moins que tu sois un érudit savant ornithologue, assener que c’est un oiseau commun, est extrêmement audacieux voir prétentieux, et tout ça en après avoir zieuté 2 minutes sur le net … mais bon s’improviser expert a partir d’une recherche sur le net …. ok voila quoi ….
      Sachant que tu te réfères sur ta photo personnelle tiré de ton site et non pas en discutant avec la source a savoir les personnes qui l’on trouvé et parfaitement identifié.

      Ensuite concernant la logique poids oiseau poids pierre semble logique, toutefois, tu sembles oublier une information de poids si j’ose dire ^^
      Nous sommes à une période dans le Qoran où la sourate a été révélée où les miracles existent, donc tout est possible pour tout âme qui raisonne plus de 2 secondes, pour une entité qui a créer les cieux et la terre et les univers … faire porter une grosse pierre même se fut-ce a un moineau est juste d’une simplicité au regard de ce qu’il a fait, il n’a a dire soit et les choses se font.

      Ensuite recevoir une pluie même de cailloux lestés par des oiseaux d’une tres grande hauteur, imagine les simple dégâts que ça peu occasionné, si tu ne voies toujours pas imagines ce que fait une simple averse de grêlons ^^

      A présent si tu n’y croit pas pas de soucis c’est ton droit le plus naturel.je t’invite juste a porter ton raisonnement un peu plus loin.
      D’ aiileurs si on suit ton raisonnement , la mer rouge ne se serait jamais ouverte pour Moise etc ….. ou l’histoire de Noé, etc …

  2. Absolument Tang, quand notre “chat le goumier” ce disputeur patenté qui n’en est pas à son premier essai, aura trouvé ici, matière à polémiquer qui nourrira ce besoin qu’il en a de vouloir briller. Il rejoint ce colle est haut pt’air, zorro crasse, le spécialiste du tout polémique, qui a finit par atteindre les dubitatif(s), et autre Patrice qui n’en ont qu’à relever aujourd’hui, chez les intervenants, les “fôtes” d’orthographes ou les tournures de phrases, pour y aller du dernier commentaire ou serait-ce celui du bon mot.

    C’est exactement ce qu’en disait un ami juif sur Facebook, à propos de l’épisode de l’araignée qui sauvât le Prophète (saws) et Abu Bakr d’une mort certaine, et repris dans un billet par Saad Khiari. “La tradition juive parle aussi de David et de l’araignée” avançât-il, et de rajouter et c’est là que le bât blesse puisqu’il prend d’emblée ses distances tout en y allant d’une polémique: “mais loin de moi l’idée de dire si qui que soit, a copié sur l’autre” Et à cela je répondis: “Était-il besoin de le dire, quand le coran parle de tous les prophètes et que par conséquent, ce qui est valable pour l’un , l’est forcément pour les autres puisque tout provient de Dieu?

    Tu as compris fou lent, le hasard ici, c’est ce qui permit à cette incommensurable propension à semer la zizanie, d’avoir trouver dans le présent sujet, matière à le faire.

    Bien que “Saül”, il dut trouver sa pitance et c’est ainsi qu’il devint pain et qu’à partir, Paul est mique !

  3. foulan >> Pour votre culture personnelle, cette espèce précisément est citée par son nom propre (tairan ababila, tarmihim bi hijaratin …. Les oiseaux Ababil jetaient ou lâchaient des pierres …), dans la sourate de l’ éléphant, tout simplement, voilà pourquoi il est fait mention de la référence au saint Qoran, et le fait de sa rareté souligne l’information. Il ne faut pas y voir de quelconque malice sous prétexte que cela touche la religion de l’islam … de même que cela aurait pu être cité dans l’Évangile ou le Talmud.

    • En faite le hasard si hasard à lieu (sachant que le hasard n’existe pas vraiment..mais c’est là un autre et vaste sujet), que c’est tombé durant la période de Ramadan, période durant laquelle en Islam le Qoran a été révélé à notre prophète bien aimé Mohamed, pais et bénédictions soir sur lui. Ce qui assoit le caractère exceptionnel de l’information ou de l’anecdote 🙂

  4. Comme par hasard il s’agirait d’un oiseau qui aurait été cité dans le Coran. L’information comme quoi il s’agit d’un oiseau rare est déjà l’information principale. Le reste est très hypothétique eu égard aux milliers d’espèces d’oiseaux, sans compter les milliers d’espèces déjà disparues.
    Bref, « miracles scientifiques du coran » et concordisme ont encore de beaux jours devant eux

    • En faite le hasard si hasard à lieu (sachant que le hasard n’existe pas vraiment..mais c’est là un autre et vaste sujet), que c’est tombé durant la période de Ramadan, période durant laquelle en Islam le Qoran a été révélé à notre prophète bien aimé Mohamed, paix et bénédictions soient sur lui. Ce qui assoit le caractère exceptionnel de l’information ou de l’anecdote 🙂

      Pour votre culture personnelle, cette espèce précisément, est citée par son nom propre (tairan ababila, tarmihim bi hijaratin …. Les oiseaux Ababil jetaient ou lâchaient des pierres …), dans la sourate de l’ éléphant, tout simplement, voilà pourquoi il est fait mention de la référence au saint Qoran, et le fait de sa rareté souligne l’information. Il ne faut pas y voir de quelconque malice sous prétexte que cela touche la religion de l’islam … de même que cela aurait pu être cité dans l’Évangile ou le Talmud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

0

Sur les traces des Prophètes

Covid-19 : pourquoi le scénario catastrophe n’a pas eu lieu en Afrique