in

Déclaration du groupe imams-prêtres de Marseille à propos du projet de loi contre le “séparatisme“

LE PROJET DE LOI SUR « LE SEPARATISME » :

CE QUI NOUS INQUIÈTE

Une nouvelle loi est en cours de discussion au Parlement, ces jours-ci. Elle vise à « conforter le respect des principes républicains ». Elle est présentée avec l’objectif de lutter contre ce qui est qualifié de séparatisme et d’atteintes à la citoyenneté. Cet objectif est partagé par notre groupe d’imams et de prêtres * qui se réunit régulièrement depuis plus de dix ans, à Marseille.

Publicité
Publicité
Publicité

Cependant, par plusieurs de ses dispositions, ce projet de loi remet en question l’équilibre de fond instauré par la loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l’État, ce que les modifications précédentes n’avaient jamais fait. Ce projet de loi fait passer d’une laïcité qui vise à protéger les libertés de conscience et de culte comme des libertés publiques à une laïcité de contrôle des cultes au nom de valeurs définies par l’État.

Il nous semble que ce projet de loi vise surtout les fidèles de confession musulmane, même si ses conséquences affecteront les fidèles de toutes les confessions religieuses.

Au-delà de dispositions précises problématiques, nous voulons souligner notre malaise devant un texte qui fait des citoyens croyants et pratiquants des citoyens à part, à surveiller. A l’opposé, nous considérons qu’ils sont une ressource humaine et spirituelle pour la vie commune de notre pays.

Publicité
Publicité
Publicité

Nous nous interrogeons sur l’utilité réelle d’un tel dispositif puisqu’il existe déjà de nombreuses lois permettant de réprimer les propos et comportements haineux, racistes ou antirépublicains.

D’autre part, nous constatons que les idées extrémistes se propagent le plus souvent par les réseaux sociaux beaucoup plus que par les lieux de culte. Par conséquent, la lutte difficile à mener doit viser les auteurs de ces propos et les réseaux qui les diffusent plus que les lieux de culte.

Du fait de notre expérience, ici à Marseille, nous avons conscience de la complexité des situations auxquelles, pour notre part, nous essayons de faire face ensemble. C’est la raison pour laquelle nous tenons à exprimer ensemble notre inquiétude aux élus chargés d’examiner et de voter ce projet de loi.

Nous souhaitons aussi transmettre notre point de vue à nos communautés respectives pour contribuer à une réflexion et un débat que nous appelons de nos vœux.

Marseille, le 18 mars 2021

Messieurs Azzedine Aïnouche, Farid Bourouba, Salim Bouzred, Nassurdine Haïdari, Ahmed N’Dieguene, Mohsen Ngazou, Abdessalem Souiki, Madame Saïda Driouiche.

Publicité
Publicité
Publicité

Pères Thierry Alfano, Jean-Louis Barrain, Philippe Barrucand, Martin Durin, Jean Lahondès, Jean-Pol Lejeune, Christophe Roucou.

*Notre groupe comprend des imams et des prêtres, une croyante musulmane et une croyante catholique.

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Une laïcité garante, est une chose. Une laïcité envahissante est une autre chose.

    La croyance fait l’individu. La justice fait l’état.
    L’islam corrige la laïcité, en la rendant plus naturelle, en respectant le commun des mortels.
    Dans l’islam, il n y a ni guide militaire , ni guide religieux, ni conversion forcée, il y a le dernier jugement et le libre chois de l’homme.

    Une religion, au sens littéraire, est un mode de vie, une culture.
    Une religion, au sens théologique, est une croyance.
    Peut on avoir une croyance, sans mode de vie. Je ne sais pas.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

L’éducation émotionnelle à la lumière du Coran et de la tradition prophétique

M. Moussaoui dénonce les quatre fédérations qui “s’autoproclament comme les seuls porte-voix des musulmans de France “