in

Conseil des imams: Hafiz, le recteur qui se contredit plus vite que son ombre

Depuis son élection controversée à la  tête de la Grande Mosquée de Paris, le recteur  Chems-eddine Hafiz a démontré une incroyable capacité à dire une chose et son contraire. Capable d’improbables  revirements, le recteur qui se contredit  plus vite que son ombre vient encore de virevolter, en opérant une invraisemblable volte-face dont il a le secret. Quel crédit peut-on encore  accorder à ce Lucky Luke de l’Islam de France?

Retour en arrière pour ceux qui ont raté un épisode du feuilleton des nombreuses contradictions du virevoltant recteur. Coup de tonnerre dans le minaret,  le lundi 28  décembre 2020,   la Grande Mosquée de Paris publiait un communiqué  annonçant  son retrait du projet du « Conseil national des imams ». Son recteur, Chems-Eddine Hafiz, avait   justifié ce départ  en mettant en cause la  «composante islamiste au sein du CFCM, notamment celle liée à des régimes étrangers hostiles à la France». Six fédérations membres du CFCM avaient aussitôt   réagi déplorant “l’extrême gravité des accusations” du recteur de la Grande Mosquée de Paris.

Or,  plus de deux semaines après le départ du recteur, le CFCM  publie   un communiqué où l’on apprend que le vibrionnant   recteur Hafiz est de retour à la table des négociations en présence des mêmes islamistes  qu’il dénonçait fin décembre comme étant « liés à des régimes étrangers hostiles à la France. »

Publicité
Publicité
Publicité

Le dernier communiqué du CFCM  indique que   « Le président du CFCM, M. Mohammed MOUSSAOUI et ses vice-présidents, M. Chems-eddine HAFIZ et M. Ibrahim ALCI, ont rencontré ce samedi 16 janvier 2021 le ministre de l’intérieur, M. Gérald DARMANIN, pour lui faire part de l’état d’avancement des travaux concernant la charte des principes de l’Islam de France. » (…) le projet de texte sera soumis à l’ensemble des fédérations composant le CFCM. Dès sa validation, une audience auprès du Président de la République sera sollicitée pour la mise en place officielle du Conseil National des Imams. » 

Mais comment  le  « fluctuant  Hafiz » va -t-il justifier cet énième revirement ?  Certainement  qu’après avoir  claqué  une porte insonore, notre recteur « moustachu »  qui s’est par ailleurs  autoproclamé musulman éclairé , va nous expliquer qu’il est  revenu par la fenêtre, muni de sa torche afin d’éclairer  les « islamistes barbus » du CFCM , pour  finir par les faire plier comme l’a déjà  rapporté un article  paru hier  dans le JDD signé Mohamed Sifaoui, véritable attaché de presse de la Grande Mosquée  de Paris et proche de Hafiz. Le storytelling religieux peut se poursuivre…

Publicité
Publicité
Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Ouïghours : après Huawei, Alibaba accusé d’être au service de la répression chinoise

Tunisie : des heurts entre policiers et manifestants