in

Réaction du CFCM aux propos de Darmanin qui annonce “la mort du CFCM”

Invité du Grand Jury LCI/RTL/Le Figaro, ce dimanche 12 décembre 2021, le ministre de l’Intérieur, chargé des Cultes, Gérald Darmanin, a fait une déclaration surprenante en annonçant la mort du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) qu’il qualifie de représentation de l’islam consulaire. Cette déclaration n’est pas acceptable, ni sur la forme ni sur le fond.

Des propos de cette gravité ne peuvent être tenus par un ministre de la République dans un langage approximatif, au détour d’une réponse à une question d’un journaliste. Que signifie la mort de l’instance représentative du culte musulman en France, qui est une association régie par une loi française, celle du 1er juillet 1901 ?

La rupture unilatérale du dialogue entre les pouvoirs publics et l’instance représentative du culte musulman n’a jamais été signifiée au CFCM. Les conseils régionaux et départementaux du culte musulman continuent de dialoguer avec les pouvoirs publics, notamment les préfets. Au niveau national, le CFCM est toujours le représentant du culte musulman devant différentes commissions nationales et européennes, et auprès des autres cultes. Il continue de désigner les aumôniers et de saisir les pouvoirs publics sur différentes questions liées au culte. Il représente le culte musulman dans toutes les cérémonies officielles.

Publicité

L’action du CFCM en direction des mosquées, au sein des hôpitaux et auprès des détenus, tout au long de la crise sanitaire, a été saluée par tout le monde. La commission sénatoriale l’a rappelé explicitement dans son rapport. Depuis des mois, le CFCM n’a cessé de multiplier ses actions pour lutter contre la radicalisation. C’est au sein du CFCM que la charte des principes pour l’islam de France a été rédigée. Les textes fondateurs du projet du Conseil National des imams y ont été élaborés. Malgré la faiblesse de ses moyens et les tentatives de déstabilisation dont il a été victime, le CFCM a tenu bon.

Aussi, l’annonce faite par le ministre de l’Intérieur n’est pas justifiée, et est en rupture totale avec les règles et usages en vigueur dans un État de Droit comme le nôtre.

Après avoir évoqué les trois fédérations non signataires de la charte, le ministre de l’Intérieur tire la conclusion : « Et donc le CFCM qui est encore présidé par un des présidents de cette fédération n’est plus un interlocuteur ». Ces propos laissent clairement entendre que le président du CFCM, Mohammed MOUSSAOUI, n’a pas signé la charte alors même qu’il en a été le coordinateur et le premier signataire, et induisent ainsi l’opinion publique en erreur.

Publicité

Par ailleurs, affirmer, comme le fait Monsieur le ministre, que le Président de la République aurait fait signer la charte aux responsables musulmans, pourrait laisser entendre que les termes de cette charte auraient été imposés par le Président de la République.

Or, il faut rappeler que cette Charte a été rédigée par l’ensemble des huit fédérations composant le CFCM et elles en sont les auteurs. Les trois fédérations non signataires pour le moment en font partie.

Pour rappel, les trois fédérations (CCMTF, CIMG et Foi et Pratique), membres statutaires du CFCM et partenaires de longue date des pouvoirs publics, ont toujours participé activement aux travaux du CFCM et son dialogue avec l’État. Ces fédérations ont montré leurs bonnes volontés de vouloir avancer sur le sujet de la Charte en demandant à plusieurs reprises et notamment encore la semaine dernière une audience auprès du Ministre de l’Intérieur. Elles attendent toujours une réponse de sa part.

La signature de la charte, aussi importante soit-elle, ne peut pas nous renseigner parfaitement sur l’identité d’une organisation et de son corpus idéologique. La République doit traiter ces sujets importants avec une grande rigueur et une analyse profonde des faits et des situations dans un cadre légal.

Le Ministre annonce vouloir mettre en place une organisation du culte musulman à l’allemande, en convoquant à un forum « une centaine de cet islam de France parmi lesquels, il y aura des femmes, parmi lesquels il y aura des laïcs, parmi lesquels il y aura des gens de la société civile ».

Il faut rappeler que le CFCM a été créé pour représenter le culte musulman en France et non les musulmans de France. Une représentation des musulmans de France serait contraire au fondement laïc de la République et un glissement vers un communautarisme qui ne dit pas son nom.  De ce point de vue, la France, grande Nation et pionnière en la matière, ne peut se réduire à copier l’expérience allemande. Les contextes et les objectifs ne sont pas les mêmes.

Publicité

La représentation du culte musulman doit être l’émanation des responsables musulmans. L’État a besoin d’interlocuteurs représentatifs des cultes. Mais, l’État laïc n’a pas à organiser les cultes. Tout action du gouvernement qui crée le vide institutionnel en matière de dialogue avec le culte musulman ne peut être que préjudiciable à tous.

Le CFCM a décidé de tirer toutes les leçons de ses expériences et erreurs passées, et a procédé à la création de conseils départementaux du culte musulman, débarrassés de toute référence aux pays d’origine ou aux fédérations d’affiliation, en s’appuyant uniquement sur les acteurs du terrain. Cette orientation majeure permettra une nouvelle réorganisation du culte musulman, à même de répondre aux attentes des musulmans de France et à leur aspiration à une totale indépendance de toute forme d’ingérence.

Le concept de l’« islam consulaire » et des imams détachés, par son imprécision et son évocation à géométrie variable, ne permet pas de voir de manière claire la coopération, pourtant officielle, entre la France et certains pays étrangers en matière de culte. Cette coopération est régie par des engagements bilatéraux entre la France et certains pays, notamment l’Algérie, le Maroc et la Turquie. Notre pays est souverain dans ses décisions et a toute la latitude pour faire respecter ou de revoir le cadre de ces accords bilatéraux.

Les musulmans de France, comme tous les citoyens d’autres confessions, bénéficient des apports de ce type d’accords. Le culte musulman ne fait pas exception. Il s’adapte aux changements dictés par l’évolution du contexte et essaie de mettre en place des alternatives. Celles-ci nécessitent des moyens, du temps et un climat de sérénité.

Le CFCM, tout en reconnaissant la nécessité de poursuivre son évolution avec une étape cruciale, celle de la création, le 9 janvier prochain, du Conseil National des Imams par les imams eux-mêmes, et loin de toute référence aux origines ou aux affiliations, ne peut que déplorer cette nouvelle gestion des rapports avec le culte musulman hors du cadre juridique qui régit les rapports de l’État avec les cultes.

Le texte, intitulé « principes et fondements juridiques régissant les rapports entre les pouvoirs publics et le culte musulman », signé le 28 janvier 2000 par le ministre de l’Intérieur, représentant l’État et les responsables musulmans, reste le texte référent en la matière.

Le CFCM
Paris, le 13 décembre 2021

Publicité

7 commentaires

Laissez un commentaire
  1. @ Euskalduna91

    En orient, il y a depuis longtemps les adorateurs de satan (ils l’appellent Taous), et meme aujourd’hui. L’islam ne l’est a pas exterminé, (pourtant, le coran dit que Lucifer est l’ennemi de l’homme).

    L’ennemi de l’islam est la réalité à deux visages.

    Des gens qui ont une croyance ( le visage qu’on montre à soi meme) et qui passent pour athées (le visage qu’on montre aux gens).

    On veut nous faire croire que Lucifer est synonyme d’intelligence et non de ruse, synonyme de libèrté et non de passion, synonyme de lutte et non de terre brulée.

    L’ordre mondial, tel qu’il est posé reste l’ennemi de l’islam, ce n’est un secret pour personne.

  2. Je suis convaincu que jamais l’Islam n’a été autant en danger qu’aujourd’hui, même aux pires périodes des colonisations ou croisades. Nous sommes face à un Nouvel Ordre Mondial qui est en train de s’installer et qui doit pour se faire broyer toutes les religions, toutes les cultures. Faites des recherches vous-même et je suis ouvert toute discussion bien sûr., autour de nomsz comme Davos, Schwab, Soros, Gates, etc. Bien sûr lorsque l’on parle de ces sujets, faute de réponse sur le fond, on se contente de qualifier de “complotiste”…..
    L’Eglise catholique est déjà en état de mort cérébrale et à mon sens le dernier rempart reste l’Islam. Je précise que j’étais chrétien et que je suis actuellement “entre deux eaux”….

    En tout cas, je pense qu’Il faut mettre l’Islam en état de défense idéologiquement, spiriuellement, etc….

    Je serais ravi d’échanger sur ces sujets essentiels et de partager nos opinions et impressions Je ne peux pas développer davantage dans le cadre d’un commentaire,…
    !

  3. Un ordre qui construit une socièté fait d’individus, détruit tous les cultes.

    Dans l’islam, la prière, la zakat , le pelirinage ne sont pas des actes individuels.
    Il n y a, dans l’islam, que le ramadan qui reste un acte individuel.

  4. Allez, le CFCM, vous écrivez,

    “Par ailleurs, affirmer, comme le fait Monsieur le ministre, que le Président de la République aurait fait signer la charte aux responsables musulmans,
    pourrait laisser entendre que les termes de cette charte auraient été imposés par le Président de la République.” Fin de citation. Ah parce que ça s’est passé comment alors, de qui vous moquez-vous? C’est la charte lamentable qui vous a rendu inaudible et méprisé des Musulmans, vous a rendu infonctionel et donc inutile. Si donc le gouvernement Français s’aperçoit enfin de son erreur, il vous en veut de n’avoir pas osé le détromper, eh bien il vous mesure comme n’importe qui vous mesurera, des souffre-douleurs à qui on ne doit pas d’excuses.

    Pensiez-vous nous faire pleurer, moi c’est raté, je ne pleures pas sur ceux qui ont porté tort aux Musulmans, ceux qui par exemple ne se sont pas mis en quatre s’agissant des lieux réservés dans les cimetières, vous avez jeté les Musulmans morts à la poubelle parce que pour vous ça compte moins que de diuscutailler avec des journalistes et vous écouter parler.

    J’ignore s’il y a un nouveau projet de représentation des Musulmans de France et d’ailleurs en faut-il? J’ignore si des changements apporteront plus de mal ou plus de bien, mais on ne peut vraiment plus vous supporter ni souffrir votre dolorisme. Rendes mainrtenant les clefs du CFCM à ses vrais propriétaires, faites-vous oublier. Plaise à Allah que le sort des Musulmans de France s’approche ne serait-ce qu’un peu de la situation Allemande.

    Personne n’a plus besoin de vous, disparaissez dignement.

    Croissant de lune.

  5. Cette structure a été créée par l’état et il n’est pas étonnant que l’état veuille y mettre fin puisqu’elle n’a pas porté les fruits escomptés. C’est aussi simple qur ça. Ce n’est pas l’échec du CFCM, mais l’échec de l’état à vouloir imposer une structure par le haut. Seulement, pour en créer d’autres, il souhaite simplifier le paysage institutionnel…mais en refaisant la même bêtise – néo ou postcolonialiste :imposer des personnages qui ne vivent pas au cœur des principaux défis que rencontrent les musulmans en France : l’aliénation politique des musulmans!

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Renvoi de l’enseignante voilée au Québec : Justin Trudeau s’oppose à la loi 21 qui lui a coûté son poste

Hégire et Exode : quelles articulations ?