in

Le chanteur Bono appelle à la démission de Aung San Suu Kyi

Hissée sur un piédestal par une communauté internationale qui la saluait en héroïne des temps modernes, la chute de la mythifiée Aung San Suu Kyi n’en est que plus lourde depuis que ses laudateurs ont cessé de chanter ses louanges pour s’offusquer de son silence coupable devant le génocide des Rohingyas.

Il aurait pu composer un hymne à sa gloire lorsque, assignée à résidence, elle incarnait la résistance à la junte militaire au pouvoir en Birmanie, Bono, le leader du groupe irlandais U2, ne se fera plus l’ardent avocat de celle qui l’a longtemps fasciné, car il a fini par ouvrir les yeux sur son inertie impardonnable.

Le temps où il incitait ses fans à porter des masques de la nobelisée de la Paix pendant ses concerts appartient désormais au passé, l’heure est venue pour lui d’entonner l’air de l’appel à la démission sur la musique grinçante de l’écoeurement.

Publicité
Publicité
Publicité

Car Bono se dit en effet « écoeuré » par les images montrant la fuite éperdue vers le Bangladesh de la minorité musulmane martyre du Myanmar, après avoir découvert avec effroi l’ampleur et la sauvagerie des massacres de masse perpétrés à son encontre.

« J’en ai été malade, parce que je n’arrivais pas à croire qu’une telle horreur se passait réellement. Mais un nettoyage ethnique s’est bel et bien produit », a-t-il confié avec consternation dans le dernier numéro du Rolling Stone magazine. « Aung San Suu Kyi doit démissionner », poursuit-il, renchérissant : « Elle devrait, à tout le moins, s’exprimer davantage. Et si les gens autour d’elle ne l’écoutent pas, alors elle devrait démissionner ».

Il en aura fallu des morts et des atrocités avant que l’ode à Aung San Suu Kyi soit enfin couverte par des notes dissonantes…

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Appel au viol d’Ahed Tamimi, et incarcération des membres de sa famille

La riposte d’un couple palestinien contre Trump : prénommer ses triplés Jérusalem, Capitale et Palestine