in

Bourget: Farida Belghoul repêchée suite à des pressions de la base de l’UOIF

Dans un article publié   le 14 avril dans le   quotidien La Croix,    les dirigeants de l’UOIF  s'étaient montrés particulièrement critiques à l’égard de Farida Belghoul.  Le Président de cette organisation, Amar Lasfar avait ainsi  déclaré : « Il y a une déontologie derrière notre rencontre. L’UOIF est une structure responsable de ce qu’elle dit et fait. Certes, elle respecte la liberté, et nous exprimons notre ras-le-bol quand il le faut, mais nous ne faisons jamais de la polémique pour la polémique », affirme-t-il, regrettant que Farida Belghoul fasse surtout « de la politique ». « Il n’est pas question de retirer ses enfants de l’école publique ».

Dans ce même article, Okacha Ben Ahmed, secrétaire général de l’organisation, s’était  dit opposé aux JRE parce qu’elles « instrumentalisent les enfants sur un sujet qui concerne les adultes ». A la veille du rassemblement du Bourget,  dans un entretien accordé à BFMTV, Tariq Ramadan avait également  critiqué l’action de Farida Belghoul : «Je suis absolument contre cette façon de faire. On a dit n'importe quoi sur la question du genre qui doit être débattue.»

Des propos qui ont choqué la base de l’UOIF qui apprécie particulièrement Farida Belghoul, comme le prouve  un texte publié hier  sur la page Facebook des JRE   (Journées de Retrait de l'École) qui est revenu  sur le revirement de l’UOIF :  « Sous la pression de nombreux parents JRE de France, Farida Belghoul a été repêchée par l'UOIF et a donc participé ce matin lundi au débat organisé par le forum jeunesse. (…) Des centaines de SMS, mails, commentaires sur les réseaux sociaux ont conduit la direction de l'UOIF à faire volte-face. Et cette dernière a réorganisé le débat prévu – puis annulé – en invoquant des problèmes techniques. Farida Belghoul s'y est donc rendue pour ne pas décevoir tous ceux et tous celles qui réclamaient sa présence. »

Ce revirement de l’UOIF démontre clairement la rupture sur le dossier des JRE entre sa base et ses dirigeants  soucieux de ne pas  heurter les pouvoirs publics, mais qui se retrouvent confrontés  à un nouvel acteur de l’Islam de FranceFarida Belghoul,  dont la popularité ne cesse de croître. Un repêchage de dernière minute qui n'a pas empêché  les JRE dirigées par Farida Belghoul de comparer le rassemblement de l’UOIF à « une ambiance de foire "musulmane" dans le plus grand temple européen de la consommation du gadget "islamique". Des marchandises à gogo à vendre, des Corans par-terre, de la musique braillarde dans les allées. La migraine à chaque pas. La spiritualité tuée par la babouche, et le raï."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le fils d’Arnoud Van Doorn, l’ex-député néerlandais d’extrême droite converti à l’islam, est devenu musulman

Les musulmans de Crimée seront-ils déportés?