in

Une première à Londres : deux femmes élues au conseil d’administration d’une importante association musulmane

A quelques encablures d’un Hexagone en proie à des crispations paroxystiques, il existe un royaume insulaire, prisé pour sa campagne verdoyante, où l’herbe semble vraiment plus verte pour les femmes musulmanes…

Dans ce royaume qui préserve jalousement ses singularités, et dont la capitale trépidante jouit d’un fort rayonnement économique mondial qui en a fait le haut-lieu de la finance islamique en Occident, les citoyennes de confession musulmane bénéficient de conditions favorables pour faire sauter bien des verrous, à l’intérieur de leur communauté et de la collectivité.

C’est dans ce contexte propice à l’autonomisation de la gent féminine musulmane, et à son incursion dans des bastions masculins par excellence, notamment celui de la politique, que la Fédération des organisations islamiques de Redbridge (FORMO), un quartier londonien, a décidé d’être à l’avant-garde de la féminisation au sein de son propre conseil d’administration.

Elles sont les figures de proue d’un renouveau auquel elles aspiraient depuis longtemps, les deux femmes de qualité que sont Rayla Javaid et Sultanah Parvin, l’une voilée, l’autre pas, viennent d’être élues, sans l’ombre d’une objection, au comité de direction de l’une des organisations musulmanes phares du royaume britannique.

Publicité
Publicité

« Je me sens honorée d’avoir l’opportunité de contribuer à ce que Redbridge et les institutions confessionnelles musulmanes s’affirment face à toute inégalité structurelle pour faire place aux voix musulmanes, des femmes comme des hommes », a déclaré Sultanah Parvin, enseignante de son état, dans un entretien au Guardian, tandis que Rayla Javaid mettait l’accent sur l’importance de privilégier l’éducation de tous les enfants de Redbrigde, en les incitant à viser l’excellence.

Accueillies chaleureusement par Jas Athwal, le président du conseil des sages de FORMO, et tout à leur joie de pouvoir apporter une plus-value féminine à une association musulmane qui regroupe 16 structures (dont le Ilford Islamic Centre et le Redbridge Islamic Centre) et plus de 20 000 membres, Sultanah Parvin et Rayla Javaid commencent à peine à réaliser leur petite prouesse : elles ont brisé un plafond de verre réputé indestructible avec, oserait-on dire, la bénédiction du royaume de Sa Gracieuse Majesté…

Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. Je suis assez fasciné qu’on mette régulièrement à l’honneur le libéralisme des pays anglo-saxons dans sa dimension culturelle, notamment les États Unis de Trump et en ce moment l’Angleterre de Boris Johnson. J’ai l’impression que le libéralisme dans sa dimension économique fait moins l’unanimité ici. Passons également sur le rôle de ces deux pays dans l’histoire du conflit israélo palestinien, on ne parle pas en effet de politique étrangère.

    Je suis ravi en revanche que l’on suggère ainsi des points de chute aux musulmans qui se sentiraient trop à l’étroit dans notre merveilleux hexagone. Tous en Occident visiblement. Encore un paradoxe. On fait moins en effet la promotion de pays musulmans ici, il me semble. Je serais donc véritablement inquiet quand on ne vantera plus les vertus des États Unis et de l’Angleterre en matière d’épanouissement individuel pour les musulmans. En attendant notre modèle continue à faire envie en Occident et au-delà quoiqu’on en dise. Mais si notre pays venait à manquer réellement d’attractivité, je ne sais pas s’il faudrait le déplorer ou s’en réjouir. Car au final sans doute trop d’appelés et pas assez d’élus pour paraphraser JC. Dans tous les cas, je suis content que notre pays continue à démontrer sa singularité. « Un : pour moi dix mille, s’il est le meilleur » (Héraclite).

  2. Ont-elles du pouvoir de décision ou servent-elles de para-vent à l’islamisme ? C’est à dire que des barbus se cachent derrière.
    Ce genre de grandes annonces me font toujours rire : c’est la réalité derrière qu’il faut regarder, car il y a une tentative évidente de colonisation culturelle et religieuse de nos pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

0

Pas de #MeToo pour ces Palestiniennes emprisonnées en Israël

Enquête ouverte suite à la diffusion de nouvelles images de violences policières