in

Bachar Houli, le talentueux footballeur australien : un exemple pour les jeunes sportifs musulmans en herbe

Charismatique, talentueux et très chaleureux, Bachar Houli, 27 ans, le premier footballeur australien de confession musulmane à jouer dans la cour des grands, au sein de l’Australian Football League (AFL), incarne un symbole de réussite pour la jeune génération musulmane de l’autre bout du monde, férue de “footy”et de son ballon ovale, et c’est avec l’effervescence des grands jours que les écoles islamiques de Sydney l’attendaient, lors de leur grand tournoi interne.

Devant plus de deux cent élèves admiratifs qui n’avaient d’yeux que pour lui, après avoir donné le meilleur d’eux-mêmes chaussés de leurs crampons, le célèbre milieu de terrain d’origine libanaise a remis aux vainqueurs, non sans fierté et émotion, le trophée à la belle transparence portant son nom : la « Bachar Houli Cup ».

Quand je regarde la communauté, je vois une formidable énergie et du talent à revendre ! C’est fantastique !”, s’est exclamé, fortement impressionné, Bachar Houli, heureux d’avoir mis à profit sa journée de repos pour aller à la rencontre de la relève sportive musulmane des plus prometteuses. “Il est essentiel d’éduquer ces jeunes garçons au fort potentiel en leur insufflant les valeurs fondamentales de la persévérance, de l’effort et de l’assiduité au travail“, a-t-il ajouté, en souhaitant que son implication auprès d’eux ait  un impact positif  sur leur propre évolution, mais aussi plus largement, sur l’ensemble de la communauté musulmane australienne.

Si nous parvenons à créer un bon leadership au sein de ces jeunes footballeurs et à fédérer la communauté autour d’eux, tout le monde sera gagnant “, a-t-il clamé avec un enthousiasme très communicatif.

Cette compétition a eu également les honneurs du milieu de terrain de l’équipe des Giants, Stephen Coniglio, qui a salué l’initiative et ses répercussions : “Il y a environ seulement 2% des joueurs de l’AFL qui sont issus de milieux multiculturels. Il est crucial de progresser dans ce sens, et l’ouest de Sydney représente à cet égard un vivier clé de talents“, a-t-il souligné.

Bachar Houli, ce parrain d’honneur adulé des jeunes footballeurs musulmans, nourrit l’espoir que sa présence, bienveillante et stimulante, portera ses fruits. Pour le professeur Andrew Rutherford, intarissable d’éloges, c’est déjà une certitude pleinement acquise : “Bachar Houli, avec une poignée d’autres sportifs de sa dimension, est une lumière qui brille“, a  déclaré ce dernier avec un certain lyrisme, convaincu que nombreux sont les collégiens et lycéens qui dribbleront sur ses pas avec dextérité, confiance en soi, et en ayant développé le sens du dépassement de soi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quand les catholiques de Lille offraient en 1972 une mosquée aux musulmans

Les musulmans d’Ecosse vent debout contre le projet de loi sur le suicide assisté