in

La police australienne recrute des agents de confession musulmane

Les recrues musulmanes, femmes et hommes, jeunes et moins jeunes, sont les bienvenues dans la police nationale australienne, notamment dans les vastes étendues de l’Australie-Occidentale, le plus grand Etat du pays, où leur profil est activement recherché, leur vocation fortement encouragée, et leur intégration facilitée avec le même empressement.

L’institution policière cherche à étoffer ses rangs en faisant preuve d’une ouverture notable à l’égard de citoyens encore trop souvent considérés comme de seconde zone, et pire encore, comme d'éternels suspects dont la loyauté est sujette à caution. Cette nouvelle politique de recrutement s’inscrit dans la continuité du dialogue serein amorcé avec les représentants les plus éminents de l’islam régional, dont le commissaire Stephen Brown fut l’un des principaux artisans et le médiateur incontournable.

Devant huit hauts dignitaires religieux qui étaient tout ouïe et, une fois n’est pas coutume, buvaient du petit lait, celui-ci s’est félicité de la "contribution significative apportée par les Australiens de confession musulmane à la richesse de la mosaïque culturelle qu’est l’Australie", en insistant sur l’importance que revêt l’enrôlement des musulmans dans les forces de l’ordre.

"Il nous est apparu crucial aujourd’hui, compte tenu de l’exacerbation du sentiment anti-musulmans, de recruter des Australiens musulmans dans la police, afin que notre institution reflète la pluralité culturelle et cultuelle de notre grand pays sans exclusive, et qu’elle puisse jouer un rôle majeur dans la réduction des préjugés et des gouffres d’incompréhension, en interne comme à l’extérieur", a déclaré Stephen Brown, en se réjouissant que son grand projet, au coeur d’enjeux de société majeurs, remporte l’adhésion de l'ensemble de ses interlocuteurs musulmans, sans l'ombre d'une réticence, ni d'une objection.

"Je suis aussi australienne que vous, même si je porte un voile sur ma tête. Je suis persuadée que si vous apprenez à connaître quelqu'un comme moi ou n'importe quel autre musulman, vous finirez par réaliser que nous avons en commun bien plus de valeurs que de différences irréconciliables", a souligné une figure locale, Shameema Kolia, la très dynamique fondatrice d’une association islamique dédiée à la jeunesse.

Shameema Kolia répondant à la presse nationale

A l’heure où des abominations sont commises sous un étendard qui fait gravement offense à l’islam, le Cheikh Mehtar a rappelé avec solennité que les préceptes coraniques en réprouvent ne serait-ce même que l’idée funeste. "Nous dénonçons catégoriquement toutes les formes d'extrémisme ou de terrorisme. Nous ne soutenons aucun groupe qui, tel l’ISIS, provoque un chaos nuisant à l'existence paisible et harmonieuse de l'homme", a-t-il martelé, en invitant le plus grand nombre à participer, le 25 octobre prochain, à la grande opération organisée par la mosquée Masjid Ibrahim, ce phare prestigieux qui rayonne dans l'immense territoire de l'Australie Occidentale : une journée portes ouvertes contre l'ignorance tristement banalisée et les fantasmes noircis à dessein.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La boxeuse voilée aux coups de poing redoutables ( vidéo)

Pourquoi choisir entre la culpabilisation et le silence?