in ,

Autodafé du Coran en Suède : des arbitres, footballeurs et supporters irakiens brandissent le Coran en signe de protestation

Geste hautement symbolique qui témoigne de l’outrage ressenti dans l’ensemble du monde arabe et musulman, dans les allées du pouvoir comme sur les terrains de football, des arbitres, joueurs et supporters irakiens ont exprimé, samedi dernier, leur indignation et vif ressentiment de la plus belle et noble manière qui soit.

Ils ont brandi, comme un seul homme, des exemplaires du Coran lors d’un match de la Ligue 1, en signe de protestation contre la nouvelle provocation sacrilège commise en Suède : l’autodafé du Saint Coran devant la Grande Mosquée de Stockholm, et plus infâme encore, le jour même de l’Aïd Al-Adha. (voir ci-dessous)

Comble de l’odieux, celui qui a sciemment mis le feu aux poudres, non sans jubilation, avec l’assentiment des autorités suédoises, n’est autre qu’un Irakien réfugié en Suède, l’incendiaire Salwan Momika. La justice irakienne demande aujourd’hui son extradition

Sous l’avalanche de condamnations, la Suède qui, sous couvert de « liberté d’expression », avait consenti à cet acte islamophobe dont elle ne pouvait décemment ignorer le caractère éminemment offensant et inflammable, a fini par le condamner sans réserve. 

Publicité
Publicité
Publicité

L’Union Européenne, par la voix de la porte-parole pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Nabila Massrali, a également haussé le ton, réprouvant fermement un acte « offensant, irrespectueux et manifestement de provocation ». 

« Les manifestations de racisme, de xénophobie et d’intolérance qui y sont associées n’ont pas leur place en Europe », a-t-elle déclaré, ajoutant : « L’UE se joint au ministère suédois des Affaires étrangères dans son ferme rejet de l’incendie d’un Coran par un individu en Suède. Cet acte ne reflète en aucun cas les opinions de l’Union européenne. Il est encore plus déplorable qu’un tel acte ait été commis lors de l’importante célébration musulmane de l’Aïd al Adha».

En Irak, samedi dernier, avant que ne soit donné le signal du coup d’envoi de la rencontre opposant le club d’Al-Shorta à celui d’Al-Qasim, l’émotion était à son comble sur la verte pelouse et dans les tribunes.

Les arbitres et les joueurs, imités par leurs fervents supporters, sont apparus tenant chacun un exemplaire du Saint Coran, avant de le hisser haut, certains l’embrassant même. Au même moment, depuis les gradins en effervescence, un groupe de fans a déroulé une banderole sur laquelle était inscrit en toutes lettres : « Le Coran est notre loi éternelle, et sa défense est obligatoire pour tout musulman ».

Quand l’expression de la légitime colère honore ceux qui la laissent éclater au grand jour.

Publicité
Publicité
Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Palestine occupée : nouveau massacre israélien à Jénine ! ASSEZ !

La famille de Nahel porte plainte contre Jean Messiha pour escroquerie en bande organisée