in

A ne pas manquer: « Nous, Français musulmans », le documentaire d’Arte qui sera diffusé le 14 janvier

Arte diffusera le 14 janvier « Nous, Français musulmans « , un documentaire  de Romain Icard. A voir absolument!

Parmi les intervenants, on retrouve  notamment des personnalités connues des lecteurs  d’Oumma, comme  Ghaleb Bencheikh Mohamed Bajrafil, Bernard Godard, Didier Leschi, Taoufik Barboucha, Abdennour Bidar,  Eva Janadin,  Hakim El Karoui

 

Publicité
Publicité
Publicité

Dossier de presse Arte

Comment vit-on l’islam en France ? En deux volets et à partir d’un sondage dédié de l’institut Ipsos, une photographie inédite des Français musulmans, loin des fantasmes d’un débat irrationnel.

Soirée présentée par Émilie Aubry

Publicité
Publicité
Publicité

L’ enquête d’Ipsos spécialement réalisée pour ce documentaire auprès de 1513 personnes représentatives de la société française – musulmans et non-musulmans – et au travers de soixante-quinze questions, bat en brèche nombre d’idées reçues dans un débat sensible, hystérisé par l’amalgame entre islam, islamisme, identité et insécurité. À partir de ces résultats, le film recueille la parole d’une majorité silencieuse de musulmans, citoyens français résolument attachés aux valeurs de la République, quand les regards restent braqués sur un islam rigoriste – et sa frange radicalisée – visible et pourtant très minoritaire dans le pays. Mettant en perspective les enseignements de ce sondage inédit, citoyens engagés, imams, islamologues, sociologues ou encore philosophes dessinent le portrait nuancé et multiple d’une communauté très largement apaisée, à rebours des fantasmes entretenus par la rumeur politicomédiatique, a fortiori depuis les attentats de 2015. Une réflexion éclairante, qui n’occulte cependant pas les points de tension.

Retrouvez ci-dessous deux extraits téléchargeables du documentaire :

Episode 1 –  Du public à l’intime
Episode 2 –  De l’intime au public

 

Entretien avec le réalisateur Romain Icard

Publicité
Publicité
Publicité

Pour ce vaste panorama des musulmans de France, vous avez commandé un sondage à l’institut Ipsos. Pourquoi ce parti pris ?

Romain Icard : Sonder les Français, qu’ils soient musulmans ou pas, nous a paru la meilleure méthode pour approcher leur(s) réalité(s). Que pensent-ils ? Que disent-ils ? Nous voulions recueillir une parole posée et des réponses précises sur le rapport au religieux, à la laïcité, à la femme, au travail ou à la discrimination – loin de l’hystérisation à laquelle on assiste souvent. Pour corréler cette analyse chiffrée, nous avons interrogé des témoins qui, par leur expérience, leur engagement associatif ou leur expertise universitaire, portent depuis des années une réflexion sur ce sujet. Nous avons fait le choix d’écarter ceux qui, d’ordinaire, monopolisent et parasitent le débat.

Le film dessine le portrait d’une communauté plutôt apaisée…

Absolument. Comme le dit l’imam Mohamed Bajrafil, si elle ne l’était pas, le pays serait à feu et à sang, et sans occulter le traumatisme causé par les attentats, nous n’en sommes pas là. En confondant religion, radicalité et questions socio-économiques – notamment la ghettoïsation des banlieues –, on convoque un schisme présumé entre islam et République et on montre du doigt une communauté qui serait à couteaux tirés avec la société française. Or, la majorité des six millions de Français musulmans exprime un attachement fort aux valeurs de la République et à la laïcité. Proches de la population globale, ils aspirent surtout à l’anonymat et à n’être plus l’objet d’un débat national permanent, ce qui les blesse énormément. L’enquête éclaire en outre la diversité des pratiques religieuses : il existe des islams de France.

Vous retracez les étapes de la crispation, depuis la Marche des beurs en 1983.

À la marche pour l’égalité des droits et contre le racisme, qui soulevait la question de l’intégration à travers des cahiers de doléances empruntés à la révolution française, la réponse est venue de la société civile avec le slogan «Touche pas à mon pote». La dimension religieuse a été introduite un peu plus tard dans cette revendication d’équité sociale, et on est entrés dans un biais dont on ne parvient plus à sortir : que fait-on aujourd’hui de cette population confrontée à la précarité et à la discrimination ? En 2015, après l’attentat de Charlie Hebdo et l’émotion qui nous a saisis, partagée par la quasi-totalité de la communauté, «Je suis Charlie» s’est imposé en injonction. Il ne s’agit pas d’affirmer que ce credo a confisqué la discussion, mais il est important que des gens travaillant sur ces questions, et pas seulement des musulmans, puissent dire : on n’a pas le droit de ne pas éprouver d’empathie pour les victimes mais on a le droit de ne pas être Charlie. Mes interlocuteurs ont mal vécu l’amalgame entre islam et islamisme qui a résulté de cette situation.

Comment dépasser ces points de friction ?

Les théologiens musulmans, notamment français, doivent offrir une alternative à l’influence de pays étrangers et à une lecture archaïque des textes. Nous sommes peut-être en train de devenir un pays d’histoire islamo-judéo-chrétienne et la France doit s’accepter plurielle. L’islam en France doit aussi travailler sur la question de la femme, c’est incontestable, même si, comme le rappelle l’historien et philosophe Marcel Gauchet, aucune religion n’est émancipatrice en la matière.

Propos recueillis par Sylvie Dauvillier

 

 

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. Décevant ce reportage, je pensais qu’il allait vraiment parler des musulmans français mais c’etait plutôt la perception de l’islam en France par les non musulmans, avec les explications et analyses de musulmans. Vraiment dècevant!

  2. Bravo !
    C’est louable de donner la parole et de recueillir le point de vu de ceux sur qui on projette des propagandes farfelues, des accusations imbéciles qui n’ont rien à voir avec la laïcité ou la République mais avec des méthodes de manipulations de haine dans des buts divers et variés mais qui convergent sur une finalité qui n’a rien à voir avec la défense des intérêts de la France…
    On a changé d’époque, la marche vers le droit et les valeurs est interrompue …
    Nous allons vers une société consumériste des libertés publiques de pacotille … La liberté d’expression remplacée l’insulte décomplexée, les médias confisqués par une élite, la liberté de la presse étouffée dans l’œuf, notre liberté individuelle sous haute surveillance en permanence … Sans nous en apercevoir … Nous glissons …
    Le projecteur braqué sur le voisin … L’arbre qui cache la foret …
    C’est un peu le système facile américain (dont l’opinion se réveille)… Et nous serions bien de ne pas nous en respirer …
    La première chose à protéger c’est la liberté individuelle et quand on protège la tienne, je sais qu’on protège la mienne …
    What else !

    • vous êtes la première à faire de la propagande farfelue… Pour ce qui est des insultes décomplexée, vous n’êtes pas la dernière. Donc les belles paroles, on se les applique à soi-même avant de l’exiger des autres. Ca s’appelle l’éducation et manifestement ça n’est pas votre truc…

  3. ce  » documentaire  » ou plutôt propagande pro immigration est télécommandé par ce site, donc je n’attends rien de celui-ci. Ils sont bien habillés et s’expriment en bon français, c’est donc totalement orienté. Qu’il fasse la même chose avec des caïds des cités, on verra bien l’accueil. Et pour ce qui est de la richesse de l’immigration : Ils deviennent riches dès qu’ils arrivent en France ? Personnellement ils ne m’ont jamais enrichi aussi bien au propre qu’au figuré. C’est même le contraire…

    • euh mon gars…. mon fils est né en france, comme moi, et qu’il soit bien habillé ou pas, qu’il soit malin ou pas, il pourrait aller fouiner dans le recoin de tes ancêtres pour mettre en doute ta légitimité à être ici. C’est une honte, des gens brillant s’expriment, ils ont une pensée claire, intelligente, et vous les ramenez aux caîd des citées ? Vous êtes littéralement coincé , enfermé dans vos jugements, vous êtes dangereux.

  4. Espérons qu’on donne la parole à des gens de culture musulmane, mais qui ont changé de religion, ou sont devenus athées, ou simplement, comme la plupart des Français, sont indifférents face aux religions.
    Hélas, ces gens, face à la « religion de paix et de tolérance », risqueraient quelques ennuis de santé.

  5. Sans avoir vu ce film je peux vous donner la conclusion de cette grande oeuvre.
    Peuples d’occident de France et d’ailleurs, vous devez accepter une migration de masse musulmane, qui sera d’une grande richesse pour vos sociétés en manque de vraies et belles valeurs que l’on retrouve partout ou l’Islam règne sans partage.

    J’ai bon ? 🙂

  6. Le problème de la France, c’est qu’il n’y a plus de consensus social sur ce qu’est la France, la République, la souveraineté nationale, la culture nationale, les institutions, les rapports entre les classes, les valeurs communes, le rapport aux traditions françaises, le rapport aux pays plus puissants que la France, le rapport à l’Europe, le rapport aux racines méditerranéennes de la France, l’héritage colonial, le régime politique, le système social et économique, la laïcité, le laïcisme, le catholicisme, etc. bref, il n’y a plus de ciment en France ni d’accord sur ce qui divise et sur la façon d’accepter des médiations …Dans ce contexte, l’islam stigmatisé sert de révélateur du malaise et il sert à …ne pas répondre aux problèmes que les pouvoirs ne savent pas ou ne veulent pas résoudre. Le kebab empêche de penser aux macdos, l’arabe empêche de porter un regard critique sur l’english globish et la peur du terrorisme souvent instrumentalisé par les grandes puissances empêche de poser la question de l’OTAN et de sa nouvelle guerre froide contre toujours de nouveaux ennemis, Iran, Russie, Chine, Syrie, etc et avec des appuis musulmans problématiques, pétromonarchistes ou autres.

  7. Nous sommes peut-être en train de devenir un pays d’histoire islamo-judéo-chrétienne et la France doit s’accepter plurielle

    N’importe quoi. L’islam avant 1970 c’était exotique. C’était un truc d’orientaliste en mal d’aventure. Rien à voir avec l’histoire de France. C’est un mensonge que l’on essaye de nous faire avaler. Ce site y participe grandement avec toutes ses approximations et mensonges historiques. Propagande d’islamo gauchiste sans intérêt.

    • Absolument d’accord. La France est un processus qui a abouti à la laïcité et à la république avec une religion clé, le christianisme. Ses racines sont chrétiennes, son tronc est républicain, sa cime est laïque, empêchant toute nouvelle religion d’influer sur son évolution. Ça n’a aucun sens d’imaginer que tel nombre de musulmans amorcerait une histoire différente, sauf à imaginer que la république, ses valeurs puissent être transformées par une nouvelle religion. Ce qui revient fondamentalement à plomber la laïcité. Accepter la pluralité religieuse se réduit à respecter la laïcité. Sûrement pas à nous vendre qu’elle va « enrichir » notre société et modifier notre trajectoire historique. Pour aller vers quoi d’ailleurs ? Une théocratie basée sur un syncrétisme religieux où les dogmes fusionneraient harmonieusement alors qu’ils se tirent la bourre par essence pour s’affirmer comme seul véritable monothéisme. Je regarderai néanmoins cette émission le cas échéant. Certains intervenants m’intéressent. Il y a une chose dans cet article qui est au plus près de la vérité : arrêter dans notre pays de parler de religion et appliquer strictement l’état de droit, respecter la culture française au lieu de la repeindre à coup de repentance, aligner la société sur des règles de civilité, des coutumes à réactiver face à des neo français qui veulent imposer les leurs, sans considération spécifique pour leur religion ou leur ethnie et qui débarqueraient s’imaginant reconstruire ici ce qui prévalaient dans le pays qu’ils ont quitté. Aucun pays n’est une page blanche. Pas plus la France qu’une autre contrée.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Riposte de l’Iran : les gardiens de la révolution ont attaqué deux bases militaires américaines

En 2011, Donald Trump accusait Barack Obama de vouloir faire la guerre à l’Iran pour être réélu