in

Elisez votre personnalité préférée de l’année 2014

2014 n'est déjà plus qu’un souvenir, de ceux qui hantent longtemps la mémoire, endeuillé par la dévastation planifiée de Gaza et l’horreur du massacre de plus de 2 000 Gazaouis, mais aussi immortalisé par l’islamophobie, cette hydre dont les têtes renaissent toujours, dans un Hexagone devenu, année après année, le terreau fertile de son surgissement perpétuel et de sa violence décuplée, et l’on se demande déjà quelle empreinte laissera 2015 à nos sombres pensées.

Des pensées certes assombries, mais qu'illumine heureusement l'aura des dix hommes et femmes de renom, de talent, de conviction, qui ont, à nos yeux, marqué l’année écoulée de la plus belle et noble manière qui soit, tout en faisant les heures enrichissantes et alternatives d’Oumma.com et OummaTV.

Dix hommes et femmes d’exception, de toutes origines et confessions qui, chacun dans son domaine d’excellence, s’éclairent au flambeau de l’intelligence, de la tolérance, du courage, de la combativité, de la persévérance, et de l’exemplarité, reléguant la tyrannie intellectuelle pernicieuse, les amalgames ravageurs et les discriminations criantes dans d’épaisses ténèbres.

Pour la troisième année consécutive, c’est à vous, Chers Oummanautes, de faire le bon choix et de voter en ligne pour la personnalité qui a votre préférence. Cliquez sans tarder sur le nom de votre candidat(e) favori(te) et rendez-vous le 12 janvier pour découvrir le lauréat(e) 2014 de notre grand classement Oumma.com.

Majed Bamya

Figure de proue de la génération montante des diplomates palestiniens, né en exil, aux Emirats arabes unis, et globe-trotter malgré lui dès son plus jeune âge, de la Tunisie à la Jordanie, en passant par la France, l’histoire personnelle de Majed Bamya s’est retrouvée prise au piège des tumultes de la grande Histoire, l'emportant loin de Jaffa, la terre natale de sa famille, dans le tourbillon terrifiant de la Nakba qui a condamné ses proches, comme des milliers d’autres, à l’exode éternel. Son diplôme de droit en poche obtenu en France, le très prometteur secrétaire général de l'Union générale des étudiants palestiniens a décidé très tôt d’être acteur de son propre destin, rêvant d’écrire une nouvelle page de la souveraineté de la Palestine, marquée au fer rouge de la tragédie depuis trop longtemps. Après avoir fait ses classes à Bruxelles et être rentré au pays en 2012, le nouveau visage de la diplomatie palestinienne donne la pleine mesure de son talent au sein du ministère des Affaires étrangères, où il s’acquitte de sa mission dédiée aux siens, jetés dans les gêoles israéliennes, avec le sens du devoir et des responsabilités qui le caractérise. Il crève l’écran de la petite lucarne cathodique à chacune de ses interventions télévisuelles, Majed Bamya s’est illustré, depuis l’été sanglant à Gaza, comme un diplomate incorruptible et animé d’un volontarisme politique sans faille.

Mohamed Bajrafil

Depuis ses Comores natales, où il fut initié dès son plus âge aux sciences religieuses par son père, Sheikh Mouhammad Soighir, l’un des plus illustres disciples de l’ancien grand Mufti de l’archipel, l’imam Mohamed Bajrafil avait de qui tenir et l’a brillamment prouvé en France, où ses prêches résonnèrent dans de nombreux coeurs, au point d’en faire un imam conférencier incontournable et très sollicité. Les mosquées de Corbeil Essonnes, puis de Vigneux-sur-Seine, d’Ivry-sur-Seine, et de Montreuil ne s’y sont pas trompées et lui ont très vite confié l’insigne honneur d’officier le Vendredi, récompensant ainsi un guide spirituel de premier plan, toujours de bon conseil et chantre du dialogue interreligieux, et une personnalité appréciée de tous les fidèles. Fort de sa remarquable prestation télévisuelle, en octobre dernier, dans l’émission de France  2 « Envoyé Spécial », au cours de laquelle il a rétabli la vérité sur l’islam face à son odieux dévoiement par Daesh, Mohamed Bajrafil s’est imposé aux yeux de tous comme l’exacte antithèse de Chalghoumi, « l’imam » déconsidéré à bien des égards.

 

Michèle Sibony

"Il est scandaleux qu’on n’arrête pas Israël ! Comme si les Etats-Unis ou l’Union Européenne n’avaient pas les moyens de le faire", ou encore "La perversité ça consiste à faire croire qu’on n’a pas les moyens d’agir. Israël n’a que les pouvoirs qu’on lui prête". Ces deux phrases percutantes qui ont claqué dans le grand concert de l’hypocrisie internationale, alors que la fureur exterminatrice du gouvernement de Netanyahou mettait une fois encore Gaza à feu et à sang, ont été prononcées par une infatigable militante pour la paix, professeur de lettres de son état, que l’on peut difficilement taxer d’antisémitisme de par sa confession juive et son attachement à Israël, où elle a fait ses études et noué des amitiés indéfectibles : Michèle Sibony, la vice-présidente de l’Union juive française pour la paix (UJFP), dont elle est un maillon fort depuis la deuxième Intifada. A la tête de son association qui prône le vivre ensemble en France comme au Proche-Orient, elle a été de toutes les manifestations de solidarité pro-palestiniennes, donnant à entendre une autre voix juive, éclairée et humaniste, dans le vacarme pro-israélien ambiant, et s'élevant avec force au-dessus des médias-mensonges.

Taoufik Barboucha

Son parcours sans faute parle pour lui, et sans aller jusqu’en Chine pour chercher le savoir, il n’en a pas moins redonné ses lettres de noblesse au précepte coranique qui fait de l’acquisition des connaissances une obligation pour chaque musulman, Taoufik Barboucha, un ingénieur spécialisé dans la Banque & Finance, préside aux destinées de Renovo, l’association qui vise l’excellence académique et l’épanouissement spirituel pour les élèves musulmans les plus méritants, leur faisant toucher du doigt un rêve de réussite qui leur paraissait inaccessible. Comparant Renovo à un « modeste bateau » du renouveau éducatif, à bord duquel la future élite musulmane est encouragée à embarquer pour mettre le cap sur les écoles prestigieuses que sont Polytechnique, HEC, Sciences Po, Paris Descartes, les grandes écoles d’ingénieur, les écoles supérieures de Commerce, Médecine…,Taoufik Barboucha, ce capitaine entreprenant qui voit loin et grand pour les générations à venir, a hissé haut les voiles, déterminé, son gouvernail bien en main, à mener ses promotions d’étudiants à bon port.

Saïd Bouamama

Said BouamamaIl a battu le pavé lors de l’emblématique "Marche pour l'égalité et contre le racisme" en 1983, dont il n’a cessé de récuser l’appellation médiatique "Marche des Beurs" par trop racoleuse et dépréciative, Saïd Bouamama, ce brillant sociologue engagé, doublé d’un militant associatif de la première heure, n’est pas homme à coucher sur le papier ses fines analyses sur l’immigration, les discriminations et le racisme sans se frotter au terrain. Auteur prolifique qui se passionne depuis des années pour des thèmes chers à son cœur, ce docteur en socio-économie, né à Roubaix et d’origine algérienne, dont les travaux sur la sociologie des dominations s’exerçant sur les personnes immigrées et issues de l’immigration post-coloniale font autorité, monte sur tous les fronts, s’insurgeant contre les diverses formes de domination, y compris sexiste et de classe, démystifiant les impostures intellectuelles, démontant la propagande politico-médiatique, dénonçant le fléau de l’islamophobie, et prenant fait et cause pour la cause palestinienne, avec la même fougue, intégrité et pertinence.

Bilal Jouan

Bilal JouanSon expérience fructueuse dans le secteur de la restauration ethnique alliée à ses qualités managériales indéniables ont fait de Bilal Jouan le co-fondateur idéal d’Achahada, l’organisme de certification halal réputé pour son haut niveau d’exigence, tant sur le plan de la qualité de la viande certifiée que de ses prestations d’authentification confiées à des certificateurs aguerris. Depuis 2009, et en dépit du climat ambiant pollué par la diabolisation du halal et les fraudes à répétition, ce professionnel reconnu n’a pas ménagé ses efforts pour assainir ce secteur de la suspicion qui l'entourait et de ses dérives, se faisant fort qu'Achahada soit le premier à révolutionner ses usages en refusant de vérifier tout produit carné contenant de la Viande Séparée Mécaniquement (VSM). Protéger le droit fondamental des musulmans à consommer halal, revaloriser les grands principes du halal, certifier des produits carnés issus uniquement de l’abattage rituel, sans étourdissement préalable, ni électronarcose avant ou après saignée, telle est la ligne directrice que s’est fixée Achahada et dont son co-fondateur se fait le meilleur ambassadeur. Il a relevé les défis de taille qui se posaient à lui avec passion, rigueur et éthique, Bilal Jouan continue de tracer son sillon, fort de la confiance accrue des consommateurs musulmans, de loin sa plus belle récompense.

Ismahane Chouder

Ismahane ChouderDe tous les combats, sous son hijab qui n’a ni phagocyté ses neurones, ni aliéné son libre arbitre, Ismahane Chouder cumule plusieurs casquettes dans le champ associatif, oeuvrant avec panache à la réduction des préjugés, tenaces et ravivés à dessein, qui diabolisent le voile et les citoyennes qui l’arborent, se dressant avec détermination contre la circulaire Chatel qui fait des mamans d’élèves voilées les nouvelles pestiférées des cours décole et de la République, luttant sans relâche contre l’islamophobie institutionnalisée et ses conséquences désastreuses, tout en contribuant à l'éclosion du féminisme musulman qui, n’en déplaise à nos féministes préférées des médias, toujours promptes à lui dénier toute légitimité, avance à l’échelle internationale. Collectif des féministes pour l'Égalité (CFPE), Participation et spiritualité musulmanes (PSM), membre fondatrice du collectif Mamans toutes égales (MTE) et secrétaire générale de la Commission Islam et Laïcité, c’est peu dire qu’Ismahane Chouder tord magnifiquement le cou à bien des fantasmes, apportant sa pierre à l’édifice national de manière constructive, confiante dans ses valeurs et nourrie de ses références musulmanes.

Youssef Boussoumah

Youssef BoussoumahQuand il quitte sa salle de classe où il enseigne, depuis des années, l’histoire-géographie à des générations successives de collégiens, Youssef Boussoumah troque son costume de fonctionnaire pour la cuirasse du militant pur et dur, à la fois figure charismatique des milieux  d'extrême gauche et de la cause palestinienne, ne désarmant jamais devant l’adversité. Membre dirigeant du Parti des Indigènes de la République (PIR), émanation directe du Mouvement des Indigènes de la République (MIR), porté sur les fonts baptismaux en 2005, Youssef Boussoumah a fait de la protestation anti-raciste le combat de sa vie, s’illustrant en porte-étendard du droit au retour des Palestiniens et des missions civiles internationales pour la protection du peuple palestinien. L’effroyable été 2014 à Gaza, son champ de ruines s’étendant à perte de vue et son immense mare de sang, l’ont fait repartir de plus belle en croisade contre les massacres israéliens et la scandaleuse impunité d'un Etat criminel, brandissant haut la bannière de la solidarité dans des manifestations pro-palestiniennes qui ont fait trembler les allées du pouvoir, de par leur ampleur et leur caractère extraordinairement fédérateur.

Brigitte Kadri

Brigitte KadriDrapée dans sa robe d’avocate pour défendre des causes justes, Me Brigitte Kadri est une administrée du Raincy heureuse depuis que ses clients, gérants d’Orty Gym, le club de fitness réservé aux femmes et installé, comme elle, dans le « Petit Neuilly du 93 », ont obtenu gain de cause contre Eric Raoult, l’ex-maire UMP, à l’issue d’un bras de fer judiciaire qu’elle a remporté avec maestria, déterminée à mettre un terme au règne du clientélisme, du trafic d’influence et de la discrimination religieuse. "C’est un abus de pouvoir caractérisé ! Je suis révoltée par le véritable harcèlement de la Ville du Raincy et de son maire, Eric Raoult, à l’encontre du couple de gérants d’Orty Gym !", s’indignait-elle en mars dernier sur notre site, dénonçant l’acharnement d’un édile populiste contre un couple de musulmans contraint de fermer boutique. Heureusement, le temps et Brigitte Kadri ont travaillé pour les gérants d’Orty Gym, car Eric Raoult, désavoué par les urnes lors des dernières municipales, ne dicte plus sa loi au Raincy, tandis que la justice a statué le 19 décembre en faveur de la réouverture du club de fitness. Tout est bien qui finit bien mais, pour Me Kadri, justice sera vraiment rendue lorsque des sanctions exemplaires puniront tous ceux, sans distinction, qui bafouent les droits et libertés fondamentales des Français de confession musulmane.

Edwy Plenel

Edwy PlenelIl revient non pas en deuxième semaine, mais pour la deuxième année consécutive, Edwy Plenel, le célèbre co-fondateur et directeur du site Mediapart, encensé par ceux qui sont en quête de sens et de vérité dans un microcosme médiatique de toutes les duplicités, s’est imposé à nous comme une évidence par son cri d’alarme poussé dans son dernier ouvrage « Pour les musulmans », résolument à contre-courant de la doxa dominante. "Je demande que nous admettions nos compatriotes musulmans, ils sont notre histoire, ils sont le résultat de notre propre projection sur le monde", exhorte-t-il à tous les micros pour expliquer son cri du cœur sincère et son élan de solidarité non moins désintéressé envers une frange de la population française régulièrement livrée à la vindicte, quand elle n’est pas sommée de s’indigner ou de se justifier sur commande par des directeurs de conscience inféodés au système, repris par de vieux réflexes coloniaux. Sa probité et sa hauteur de vue détonnent à ce point dans un Hexagone où les éditocrates du parisianisme, les Cassandre alarmistes, les nostalgiques enfiévrés et autres philosophes d’opérette refont le monde à la pâle lueur de leur tyrannie intellectuelle et de leurs seuls intérêts, qu’Edwy Plenel, ce preux chevalier des temps modernes, méritait bien de figurer à nouveau dans notre sélection !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3755 enfants enlevés par l’armée israélienne ces quatre dernières années, dont 1266 enfants rien qu’en 2014

Saint-Quentin: Une fille voilée s’est vu refuser l’accès à la cafétéria du bowling