in

5e mandat de Bouteflika: une bagarre a failli éclater entre députés algériens

La contestation contre le 5e mandat de Bouteflika est passée de la rue à l’Assemblée Populaire Nationale (APN), dont le président Mouad Bouchareb, connu pour “son grand amour pour le débat et la démocratie”, a ordonné aux députés d’éviter de critiquer Abdelaziz Bouteflika, un président  apparemment intouchable aux yeux du patron de cette simple chambre d’enregistrement qu’est l’ APN.

Yassine Aissiouane, député de l’opposition du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie, a alors cherché à s’exprimer. Ce dernier  a vu soudainement son micro avoir quelques problèmes techniques, au point d’être inaudible. Le très démocrate patron de l’Assemblée a dû certainement appuyer sur le bouton “off”… Outre ces problèmes de son, le député de l’opposition, particulièrement en colère, a été contraint de hausser la voix contre d’autres députés bien décidés à l’empêcher d’intervenir: « Nous  ne sommes pas dans un poulailler” , a alors crié Yassine Aissiouane, avant de s’adresser avec diplomatie à un autre député: “ferme ta bouche!” .

La suite est un incroyable désordre, qui a failli se terminer par une bagarre générale entre pro et anti-Bouteflika.

Publicité
Publicité

15 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Une bouffée de liberté pour détendre un peu l’atmosphère, après nous revenons à notre ancienne experte en tout. experte en socialisme, experte capitalisme, experte en démocratie, experte en… Pourquoi alors chercher ailleurs?

  2. Mwé le “deputé” si il voulait une discussion calme il aurait pas du commencer par une provocation. Ensuite le president a fait son job. A la phrase “vous vous comportez comme des…” ip a coupé car la suite aurait pu vraiment faire degenerer lassembler en bataille royale.

    L’opposition a besoin de talentuer orateur pas de se mec sans diplomatie

  3. Il fauta arrêter de critiquer les morts-vivants. Ils ne sont pas tous mauvais.
    Ceci dit, vu le niveau de la concurrence, on peut comprendre le choix en faveur du zombie.
    Sinon, juste une question. Les gens votent vraiment? Comme dans les démocraties? Bizarre.

    • @patrice
      bizarre, vous avez dit bizarre ?
      Effectivement (vu de l’extérieur) cela parait étrange, et je partage votre perplexité sur le processus électoral en Algérie.
      Le contexte, extrêmement compliqué dans lequel se déroule ce scrutin, rend l’analyse particulièrement difficile, surtout pour ceux qui ne vivent pas la réalité concrète de ce pays.
      S’aventurer à porter un commentaire sur ce sujet c’est me semble-t-il prendre le risque de dire une énorme “c……ie”!
      seuls peut-être la réalité chiffrée échappe à ce risque (quoi que)
      Algérie 42 millions d’habitants
      45% de la population a moins de 25 ans
      23 millions d’électeurs
      age de vote : 19 ans
      taux de participation:
      législatives 2017 : environ 35% pour élire 462 députés.
      présidentielles 2014 environ 51%
      L’abstention et le vote blanc sont quasiment en passe d’être majoritaires dans la plupart des élections.
      D’après Abdou Semmar rédacteur d’Algérie Focus, un nombre très important d’Algériens, surtout les jeunes, ne croient plus à l’efficacité du vote, et privilégient désormais les réseaux sociaux, pour faire bouger les choses.
      Ce faisant, les plus influençables s’exposent inévitablement à l’explosion des “fak-news” notamment au travers de Face Book qui fait un véritable carton chez les moins de 25 ans.
      La presse Algérienne est entièrement soumise à la tutelle de l’état, que ce soit au travers de l’action d’une police politique qui ne veut pas dire son nom, ou sous la pression financière des agences de communication, dont la plupart sont détenues en sous-main par des affidés du pouvoir.
      En France la presse est loin d’être irréprochable, puis qu’à l’exception de quelques titres (dont le Canard) elle est totalement dans les mains des lobbys.
      En Algérie, il semble bien que dans ce domaine précis le lobby majeur soit l’Etat.
      Ces quelques éléments exposés, ne sont qu’une partie de la réalité électorale Algérienne, qui en comporte beaucoup d’autres plus difficiles encore à aborder, rendant la grille de lecture carrément impossible à décrypter , vue de l’extérieur (sauf bien entendu à être un expert de la question)
      Je souhaite beaucoup de courage à mes amis Algériens, en particulier aux progressistes qui luttent pour maintenir vivante la Démocratie, et je salue leur courage devant les innombrables difficultés auxquelles ils doivent faire face.
      Bien cordialement à tous

    • Fidèle à ton image, pathétique. Dans ton pays d’origine c’est un Dieu qui règne et les pseudos députés non qu’à fermer leur bouche c’est tellement plus simple ! “Si ça t’intéresse Missioux li touristes, assis-toi là ! Si si ! Si pas cher madam’ ” Mirci madam’ ” Et ça cire et ça cire et ça cire…

  4. QUE ce soit n’importe ou au Maghreb , il est vrai que nous avons le sang chaud et on vient de le constater une fois de plus dans cet hémicycle .Yassine Aissiouane a pété un câble et il a raison ! Pourquoi on lui coupe le micro ? Le droit d’expression n’est pas réservé qu’au parti Bouteflika et c’est un vrai manque de civisme que d’agir ainsi ! Bonjour a tout les imazighene au passage !!!!!!!!!!!!!

  5. وَقُل لِّعِبَادِي يَقُولُوا الَّتِي هِيَ أَحْسَنُ ۚ إِنَّ الشَّيْطَانَ يَنزَغُ بَيْنَهُمْ ۚ إِنَّ الشَّيْطَانَ كَانَ لِلْإِنسَانِ عَدُوًّا مُّبِينًا (53)
    53 Et dis à Mes serviteurs d’employer dans leurs propos des mots aimables, car Satan sème la discorde entre eux. Satan est certes, pour l’homme, un ennemi déclaré[mortel].

    Comme d’hab les « élus » se montrent à la hauteur des enjeux … Pathétique.
    Il y a des manifestations dans le pays, j’y suis et j’y resterai toujours opposé mais elles sont là, pacifiques responsables et bon enfant jusque là, pourvu que ça dure. Et le premier devoir des autorités, de l’armée, des services de sécurité et de ceux qui aiment vraiment leur pays et son peuple, est de tout faire pour qu’elles ne dégénèrent jamais.
    De tout faire pour qu’aucun salopard de sniper téléguidé par des officines qui ne « veulent que notre bien », ne tire sur la foule.
    De tout faire pour qu’aucun « chauffeur de salle à la BHL» de quelque obédience que ce soit ne puisse réussir à faire couler la moindre goutte de sang.
    De tout faire pour éviter qu’un fake de vidéo à la « benghazi » n’instille durablement la fitna parmi nous.
    Un seul décès, un seul et nous aurons tous perdu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

La diaspora algérienne contre le 5ème mandat: nouveaux rassemblements ce week-end à Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Montréal

Rencontre avec Jean Préau, candidat aux élections européennes sur la liste de l’Union des Démocrates Musulmans Français