in

2019: année de tous les dangers en Algérie?

2019: année de tous les dangers en Algérie?

2019: année de tous les dangers en Algérie?Seconde partie de l'entretien avec Soufiane Djilali, président du parti politique algérien Jil Jadid (Nouvelle génération) et coordinateur national du mouvement citoyen Mouwatana. Il explique dans cette interview pourquoi l'année 2019 en Algérie risque d'être particulièrement difficile sur le plan économique et social, et expose les conditions indispensables pour une réelle alternative au système politique algérien.

Publiée par Oumma.com sur Mardi 5 février 2019

Publicité

Seconde partie de l’entretien avec Soufiane Djilali, président du parti politique algérien  Jil Jadid (Nouvelle génération) et coordinateur national du mouvement citoyen Mouwatana. Il explique dans cette interview pourquoi l’année 2019 en Algérie risque d’être particulièrement difficile sur le plan économique et social, et expose les conditions indispensables pour une réelle alternative au système politique algérien.

Publicité

10 commentaires

Laissez un commentaire
  1. La force de nos ennemis provient de notre faiblesse ! Nos ennemis qui nous combattent sans relâche depuis 1400 ans puisent leurs forces et leurs richesses de notre éloignement des enseignements de la plus sage des créatures et cela depuis 500 ans!!!!
    Arrêtons de grâce de nous justifier en permanence auprès de ceux et celles qui par conscience ou inconscience nous vouent une haine irraisonnée et veulent notre perte et celle de l humanité toute entière.

  2. un fameux général algerien déclara un jour qu’il était prêt à faire plus d un million de morts pour garder le pouvoir c est dire à quel point un algérien de surcroît militaire donc nationaliste qui est supposé aimer sa patrie et ses frères et sœurs de sang est capable de dire et peut être même de faire ( bel exemple avec le clan des bachards) Alors imaginez vous un seul instant ce qu un Occident au bord d un cataclysme social avec ses réseaux espions pourraient provoquer comme divisions et catastrophes dans ce pays!!!

  3. Ici en Algérie, on a appris à ne faire que rarement confiance en quelqu’un qui ne fait que lire son message d’une feuille posée en face de lui.
    La situation est tellement claire et flagrante que ce dont les gents on besoin, c’est de courage, d’intégrité et de sacrifice.
    Djilali ! joue un peu plus haut ou un peu plus bas. Çà, ça s’appelle prendre le bâton par le milieu. C’est viser à prendre sans se compromettre. Boukrouh l’a déjà fait avant toi, en misant sur une nage dans le sens du courant, le FMI, l’OMC et autres moyens de soumission de son peuple, et en faisant de l’islamisme l’épouvantail de sa guerre fantasmatique. Les autres, les grands, ont déjà eu une expérience avec un premier Karzai et ne voulaient pas d’un autre lécheur.
    Laisse tomber ce bout de papier Djilali. L’histoire ne se trompe pas. L’histoire donne juste le temps au temps et les algériens ont appris, entre temps, à attendre.

  4. Pourquoi les vrais partis de l’opposition ne s’entendent Ils pas pour mettre fin au massacre ? Pourquoi vous même vous ne vous rapprochez pas des personnes qui partagent vos valeurs pour former une alliance pour sauver l’Algérie ?…

  5. Certes …mais encore ? Quel programme en matière économique et sociale, quels rapports de propriété, quelle politique de développement, quel rapport avec le secteur privé, quel rôle pour le secteur public, quelles alliances internationales, quelle monnaie, quel type de banques, quel rapport au crédit et à la dette, quels secteurs économiques privilégiés, quels objectifs sociaux, quelle base sociale du pouvoir ? Il faut en discuter avant les changements et pas après ! Car si on a des réponses avant, les gens peuvent alors penser qu’il vaut la peine de se mobiliser, sinon ils resteront passifs. Et si des changements ont lieu sans programmes, alors ce sera par la force des choses les élites déjà possédantes qui le prendront en main …pour que les choses changent sans que rien ne change. Comme ce fut déjà le cas en 1988 et comme ledit printemps arabe l’a encore démontré.

    • Ok je veux bien que des pays veulent mettre la main sur Algérie, mais la faute au pouvoir qui nous représente pour la cinquième fois le même président alors commencer par balayer devant votre porte !!!!!

      Kamel

      • Mr Leroy, certains pays Arabes sont les agents des sionistes et sous la coupe des USA désordre créer pour leurs intérêts et les autres pour l’intérêt de leurs poches .
        Vous avez tendance à nous mettre dans le même sac et c’est ce que je vous reproche, il y a de plus en plus de Maghrébins qui prennent conscience de la manipulation de leurs chef d’état.
        Je dis Maghrébin car je me considère pas comme Arabe et encore moins de Etat voyou de Arabie Saoudite.

        Kamel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Deux Saoudiens battus à coups de bâton pour leur danse jugée “indécente”

Le pape et l’imam d’Al-Azar appellent les fidèles à la tolérance