Quick officialise sa diversification halal

Tempête dans un verre d’eau. Les élus locaux peuvent toujours crier à la discrimination à tous les micro

mercredi 1 septembre 2010

Quick officialise sa diversification halal

Tempête dans un verre d’eau. Les élus locaux peuvent toujours crier à la discrimination à tous les micros, Quick ne dérogera pas à un business plan très prometteur qui a fait du halal son plat de résistance. L’annonce officielle de la diversification de son offre culinaire est tombée hier, fruit d’une expérimentation très fructueuse qualifiée de « réussite commerciale ».

Tout est dit. Quand la politique, par son petit bout de la lorgnette, discerne une nouvelle forme de reddition à l’islamisation de la société française, les responsables du n°2 de la restauration rapide, qui ne sont pas musulmans et ne peuvent être suspectés de prosélytisme souterrain, répondent de manière cartésienne, brandissant leur chiffre d’affaire à l’appui.

"Dans ces restaurants, il y a eu un doublement des ventes" et une hausse de la fréquentation, s’est félicité à l’AFP Jacques-Edouard Charret, président de Quick. La formule halal figure dès maintenant au menu de 14 nouveaux restaurants, ce qui portera leur nombre final à 22, soit 6% du réseau en France.

Plus de la majorité (10) de ces établissements se trouve en Ile-de-France, principalement dans le département de Seine-Saint-Denis (Montreuil, La Courneuve, Saint-Ouen, Sevran, Rosny). Deux restaurants sont dans le Val-de-Marne (Créteil et Villeneuve-Saint-Georges), deux en Seine-et-Marne (Chelles et Dammarie-lès-lys), un à Reims (Marne), un dans le quartier de Hautepierre à Strasbourg, un à Creil-Nogent (Oise) et un à Kingersheim (Haut-Rhin).

Soucieux néanmoins de calmer le jeu face à des maires enclins à voir du communautarisme partout, surtout quand il s’agit des musulmans, Quick ne veut pas se montrer plus royaliste que le roi et proposera, d’ici à la fin de l’année, dans ses établissements à thème, un hamburger traditionnel pré-emballé et réchauffé sur place, ainsi que les salades habituelles et de la bière.

Et, malgré cela, si les édiles se repliaient dans leurs mauvaises certitudes, il y a un argument massue qui devrait les inviter à plus de circonspection : grâce au halal, Quick va créer 25 emplois dans chacun de ses restaurants. Quand l’emploi se fait denrée rare, et que la politique brille par son impuissance, qui dit mieux ?

Publicité

commentaires