Le "waterboarding", une torture largement éprouvée par la CIA

A raison de 266 fois, on peut raisonnablement avancer que les interrogateurs chevronnés de la CIA ont eu larg

lundi 20 avril 2009

A raison de 266 fois, on peut raisonnablement avancer que les interrogateurs chevronnés de la CIA ont eu largement recours à l’effroyable technique du waterboarding, dont le raffinement inhumain consiste à infliger un simulacre de noyade.

Ainsi, le New York Times, se référant à une note du ministère de la justice remontant à 2005, rapporte que deux prisonniers ont été des victimes privilégiées de cet art américain consommé d’un autre âge, il s’agit de Khalid Sheik Mohamed, le cerveau des attentats du 11 septembre 2001, qui l’a endurée à 183 reprises, et d’Abou Zoubaydah, membre présumé d’Al-Qaida, à 83 reprises.

En 2007, Un ancien officier de la CIA, John Kiriakou, avait affirmé sur ABC News qu’Abou Zubaydah n’avait été soumis qu’à 35 secondes de ce supplice avant de révéler ses secrets…

Désavouant la position de son prédécesseur, lequel se refusait à ranger le waterboarding dans les sévices les plus barbares, le président Barack Obama a dorénavant interdit l’usage de cette pratique pour extorquer des aveux pour le moins forcés.

Un bémol cependant : sa volonté de ne pas poursuivre les agents de la CIA ayant usé de cette méthode et d’autres subtilités musclées du genre.

Publicité

commentaires