Le poil islamique dans la soupe

Depuis que le ridicule ne tue plus dans cette contrée, il y souffle comme un vent de dégel. On s’y dét

par

dimanche 25 janvier 2004

Depuis que le ridicule ne tue plus dans cette contrée, il y souffle comme un vent de dégel. On s’y détend, on s’y délasse, on s’y décrispe et les intentions profondes des uns et des autres se font jour. Après le dévoilement programmé des jeunes musulmanes, voici que Mr Luc Ferry parle de légiférer et d’interdire la « barbe islamique » de jeunes lycéens à peine pubères. Est-ce par souci de parité et de pédagogie ? Apprendre au musulmans l’égalité des sexes : un signe religieux prohibé pour les femmes ne pouvait qu’avoir son pendant pour les hommes. Quel argument osera t-on avance cette fois-ci ? Emanciper ces jeunes garçons d’un excès de pilosité qui les opprimerait ? Ces affreux poils nous rappellent-ils trop notre origine commune ? Tous descendus de l’arbre ! Au fait comment fera t-on pour reconnaître une barbe musulmane sans recourir au délit de faciès ?

Nous hésitions entre le fou rire et la perplexité. Préférant certainement la première option, tellement cette disposition nous paraît énorme et insensée. Hélas, ces derniers temps nous ont appris que plus c’est gros, mieux çà passe. Sous d’autres cieux, n’a t-on pas fait croire à des millions d’américains à d’hypothétiques armes de destructions massives et justifié ainsi une guerre ? Alors sommes nous tout simplement ahuris devant une telle nonchalance dans le déni d’autrui. Peut-être devons nous prendre tout ceci avec sagesse et nous poser à l’ombre des platanes, en ces temps parfaitement sereins, des questions éminemment philosophiques : Où sommes nous ? Où allons nous ? Sont -ils tous tombés sur la tête ?

En tendant l’oreille, l’oracle de Delphes nous susurra cette réponse qui nous apaisa : « Juste avant de servir aux élus de la nation une délicieuse soupe au choux que l’on concocta sagement depuis deux mois, l’œil philosophique de Mr Ferry y aperçut un poil islamique flottant à la surface. Attention c’est petit un poil, mais ça peut faire très mal. Toussotements et étouffements vous guettent si vous avalez de travers . Dans sa grande mansuétude et pour assurer une digestion paisible à ses hôtes Mr Ferry inventa un nouveau jeu : « la chasse aux poils islamiques ». Souhaitons bonne chance au philosophe-ministre qui dans son irrésistible ascension est devenu barbier de Paris.

Publicité

Auteur : Felwine Sarr

commentaires