Le Parti de Gauche et la laïcité : ou comment dire tout et son contraire

Tout comme M Le Pen, J-F Copé et les autres, le PG s’indigne du fait que des Musulmans fassent la prière d

par

mercredi 22 décembre 2010

Sur le site du Parti de Gauche, on peut s’entraîner à la gymnastique mentale en essayant de trouver une once de cohérence dans sa position sur l’islam et la laïcité.

Le titre et la première partie de sa déclaration sur les propos de Marine Le Pen sur les Musulmans qui font la prière dans la rue sont plutôt prometteurs. Je me félicite que les camarades s’opposent à la tenue d’un rassemblement islamophobe à Paris le 18 décembre.

Malheureusement leur position est contradictoire :

(...) Bien sur l’occupation du domaine public illégale et sans autorisation, à des fins de célébration du culte doit cesser. En effet, c’est une atteinte intolérable à la liberté absolue de conscience des populations, et une intrusion religieuse dans l’espace public contraire à la laïcité. Le Parti de Gauche avait d’ailleurs dénoncé l’article de la Charte européenne annexée au projet de Constitution européenne qui voulait instituer une liberté de pratiquer le culte « en public ou en privé ».

Des socialistes qui s’opposent à la liberté de culte, c’est ahurissant. Bien sûr, ils ne sont pas islamophobes : ils sont contre cette liberté pour tous ! Ils prétendent même que faire la prière dans la rue est "une atteinte intolérable ( !) à la liberté absolue (sic) de conscience".

Le parti de J-L Mélenchon nous prend-il à ce point pour des imbéciles ? Il y a même de quoi sérieusement dégoûter du concept de la laïcité !

Tout comme M Le Pen, J-F Copé et les autres, le PG s’indigne du fait que des Musulmans fassent la prière dans la rue, mais en utilisant un autre raisonnement et en étendant son indignation à d’autres manifestations comme les traditionnelles, et parfois traditionnalistes, processions catholiques à la Pentecôte (bon peut-être pas celles-là parce qu’elles ont bien obtenu toutes les autorisation préfectorales et ne sont donc pas "illégales").

(...) Affirmer que l’Islam met en danger notre République est une pure affabulation contraire aux principes même de la République laïque qui, précisément, accueille toutes les femmes et hommes sans aucune distinction.

Oui, mais quel accueil ? "Installez-vous chez nous, ou grandissez dans nos cités, à condition que vous ne vous fassiez pas remarquer par vos signes distinctifs et que vous ne nous embêtiez pas avec vos histoires de religion." D’accord, je caricature un peu, mais à peine. Et surtout, même avec toutes les précautions du langage employé, quelle étroitesse d’esprit !

En l’occurrence, bien sûr, et tout le monde le sait, c’est de la liberté des Musulmans qu’il s’agit. On n’a jamais autant parlé de la "laïcité" (mot qui commence sérieusement à me gonfler) depuis qu’il y a une présence musulmane visible dans nos villes. Un hasard ? Je vous laisse deviner mon opinion. Le cri de bataille "Défendons la laïcité" est devenu dans ce pays un mot de code pour "mettons les Musulmans à leur place".

Il y en a qui trouvent qu’une simple décoration architecturale - le minaret - est une "atteinte à la laïcité". Porter un foulard pour couvrir ses cheveux aussi. Il y a quasi-unanimité de Marine Le Pen à J-L Mélenchon que prier dans la rue - qui peut seulement à la limite, mais ce n’est vraiment pas un problème insupérable, gêner la circulation et poser des problèmes de sécurité, surtout pour les participants - est "insupportable" (B Hamon du Parti socialiste).

La seule conclusion posssible est-il que les camarades sont devenus fous ? Ou, beaucoup plus grave, sont-ils paniqués face à la progression du Front National dans les sondages et décidés de le rattraper sur son propre terrain ?

Enfin pour finir sur le Parti de Gauche, avec qui je peux me retrouver sur d’autres questions, on trouve également sur leur site un article scandaleux qui se félicite du licenciement d’une salariée d’une crèche à Mantes-La-Jolie pour cause de port du foulard.

Exiger que "cesse" la prière dans la rue, applaudir quand une puéricultrice est licenciée pour faute grave parce qu’elle a l’outrecuidance de porter un simple foulard, approuver l’interdiction du foulard à l’école et du niqab dans la rue - et on ose affirmer qu’il faut combattre Marine Le Pen !

Enfin, et pour répondre à une critique, je n’assimile aucunement Mélenchon à Le Pen. Le dirigeant du PG a récemment attiré la foudre de commentateurs et de politiciens de droite et du PS pour son "populisme", certains le comparant carrément à la dirigeante du Front National. Cela, c’est vraiment intolérable et je le défendrai jusqu’au bout. Je me demande si ce serait utile de porter plainte pour diffamation. Quand il fustige les banquiers et défendent les travailleurs en lutte il a entièrement raison et ce n’est pas parce que Le Pen essaie de se poser en champion du peuple contre l’establishment qu’il doit se taire.

Mais sur la question qui nous concerne ici, je trouve vraiment que trop, c’est trop.

Publicité

Auteur : Colin Falconer

commentaires