Islam et violence

L’Islam, et les religions en général sont là pour éveiller la conscience du citoyen, afin que ce dernier

dimanche 22 juin 2008

Comme vous tous, nous sommes préoccupés par l’évolution de la situation internationale. Ce qui se passe aujourd’hui concerne chacun d’entre nous et le concernera plus encore demain. La violence appelle la violence et nous savons qu’au cours de l’histoire de l’humanité qu’elle n’a apporté aucune solution durable et équitable. Elle ne fait le plus souvent que répandre le sang et les larmes des pauvres et des innocents. Notre voie, en tant que soufi, a toujours été celle de la paix et de la fraternité.

Je dis, s’il y a une prière à faire, c’est celle-ci : Que Dieu guide nos pas, et nous rende plus tolérants, qu’Il ôte la haine de nos cœurs et qu’Il la remplace par l’amour. Qu’Il enlève la colère et la remplace par Sa sagesse, afin de nous rendre plus conscient de nous même et des autres et de nous permettre de partager ce don sacré que nous avons reçu, celui de la vie.

La voie que les maîtres soufis ont tracé et que leur adeptes suivent appelle à la sagesse afin que les hommes d’ici et d’ailleurs puissent partager ce don précieux, celui de la vie. Je vous invite en tant que croyant musulman à vivre et à vous engager dans cette voie du milieu "Et nous avons fait de vous une communauté du juste milieu" (S2.V143) qui ne dresse pas les hommes les uns contres les autres mais au contraire les appelle à la concorde.
Plus que jamais notre société a besoin de cette voie médiane, source de tolérance et de paix.

L’Islam, et les religions en général sont là pour éveiller la conscience du citoyen, afin que ce dernier joue un rôle actif et utile au service de tous, et non qu’il devienne un élément destructeur de lui même et des autres au nom d’une vérité qu’il prétend connaître car comme l’enseigne le Coran : "celui qui tue un homme, tue toute l’humanité" (S5.V32) et il n’y a pas de chose plus horrible que le meurtre d’un innocent .

Si nous devons vivre et partager une vérité, c’est bien celle par laquelle débute le Coran "Au nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux", et cette miséricorde s’exprime par l’amour de l’homme pour l’humanité, conformément au hadith du Prophète Mohamed (sur lui la grâce et la paix) : "nul d’entre vous n’est croyant s’il ne souhaite pas pour autrui ce qu’il désire pour lui même".

Soyons donc la Communauté de l’espérance et de la fraternité afin de témoigner et partager cet idéal supérieur pour lequel nous nous sommes engagés.

Quant aux évènements dramatiques qui font trembler l’humanité et vaciller les empires, voilà un hadith du Prophète (ssp) qui nous rappelle l’attitude du croyant : Abû Bakr a rapporté ces paroles de l’Envoyé de Dieu (ssp) : "Certes il y aura des troubles ! Certes il y aura des troubles ! Pendant ces troubles, celui qui est assis sera meilleur que celui qui est debout, celui qui est debout, meilleur que celui qui marche, celui qui marche meilleur que celui qui court pour y prendre part. Quand ils auront éclaté, que celui qui possède un troupeau de chameaux, s’occupe de ses chameaux, que celui qui possède un troupeau de moutons, s’occupe de ses moutons et que celui qui possède une terre s’occupe de sa terre !

Un homme lui demanda :

  •  Et ceux qui n’ont ni chameaux, ni chevaux ni terre, que feront ils ?

  •  Qu’ils prennent leur sabre et le casse contre une pierre, et qu’ils se préservent des troubles s’ils le peuvent ! Mon Dieu ai-je bien fait parvenir le message ? Mon Dieu ai-je bien fait parvenir le message ?
    Un autre demanda :

  •  Et si l’on me force à me ranger du côté d’un des belligérants et que l’un des combattants me frappe de son sabre ou que je sois tué d’une flèche ?

  •  Il devra répondre de son péché et du tien et il sera d’entre les gens du feu". (Muslim)
    Un hadith semblable, rapporté par Sa’ad ibn Abi Waqqas, contient ce rajout :O Envoyé de Dieu, s’il vient à entrer chez moi et lève son bras sur moi pour me tuer ?

  •  Sois comme le meilleur des fils d’Adam, répondit-t-il, puis il me lu le verset : " Si tu lèves la main sur moi pour me tuer, je ne ferai pas de même, car je crains Dieu, le Souverain des mondes !" (S5.V28 )
    Que le Miséricordieux préserve toute l’humanité des malheurs que l’homme est capable de faire subir à son prochain par haine et par ignorance.

    MESSAGE ADRESSE PAR LE CHEIKH KHALED BENTOUNES,
    PRESIDENT D’HONNEUR A L’OCCASION DE LA CELEBRATION DE LA PREMIERE DECENNIE DE L’ASSOCIATION DU CHEIKH AL’ALAWI POUR LA CULTURE ET L’EDUCATION SOUFIE.

  • Publicité

    commentaires