in

Yassine Belattar mis en examen pour “menaces de mort” et “harcèlement moral”

Au terme d’une garde à vue de 48 heures, entamée mardi matin, l’humoriste Yassine Belattar a été mis en examen ce jeudi à Paris, notamment pour « menaces de mort » et « harcèlement moral » sur des personnes du monde du spectacle, a indiqué son avocate Safya Akorri.

Sous le coup d’une plainte déposée à son encontre par Bruno Gaccio, l’ex-auteur des « Guignols de l’info » et ancien proche collaborateur dans le cadre de « La grosse Emission » diffusée sur Comedie+, l’animateur de Radio Nova, promu « conseiller banlieue » de l’ère Macron, réfute les faits de harcèlement et une partie des menaces, toujours selon son avocate. Il a été laissé libre et placé sous contrôle judiciaire.

Yassine Belattar avait récemment croisé le fer avec Eric Zemmour sur CNews, mettant ce dernier face à ses responsabilités dans la propagation de la haine et de la théorie raciste du « Grand Remplacement », dont s’est nourri le terroriste Brenton Harrison Tarrant pour commettre l’innommable à Christchurch.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

2 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Ces deux amis du President croient qu’on est dans une repuplique bananiere,Benalla et Belattar deux energumenes,dont la tete a bien gonfle ces temps ci et se croient tout permis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Nouvelle-Zélande : les musulmans ne se sont jamais “sentis autant chez eux” que depuis le massacre de Christchurch

Algérie: après Bouteflika, Gaïd Salah et le système bientôt emportés par la vague populaire?