in

Vers l’interdiction de l’appel à la prière en Inde?

Quelques jours après l’arrivée au pouvoir du nationaliste hindou Narendra Modi, la liberté de culte des musulmans d’Inde se trouve sérieusement menacée. Différentes organisations hindoues veulent, en effet, interdire l’utilisation de haut-parleurs lors de l’appel à la prière du Fajr (prière de l’aube).

Cette initiative a suscité de nombreuses réactions de la part des responsables de la communauté musulmane. Maulvi Shees  a  ainsi qualifié d’inacceptable  cette interdiction : « Comment pouvez-vous nous enlever notre droit fondamental à  suivre notre religion ? “. Asad Iqbal, un dirigeant du Maharashtra (État de l’ouest de l’Inde), a également réagi en précisant qu’au moment des fêtes hindoues : “les haut-parleurs retentissent bruyamment toute la nuit et pas une seule organisation musulmane ne s’est plainte à ce sujet. Il est inutile de soulever de telles questions qui créent un fossé entre les deux communautés.”

Une première manifestation exigeant l’interdiction de l’appel à la prière du matin a été organisée dans la ville de Manglore, par le parti hindou Rashtriya Andolan. Les manifestants ont déclaré que l’appel à la prière de l’aube dérangeait les individus d’autres confessions. Vijaylakshmi, un militant du parti hindou Sanatana Dharma,  a  souligné  “qu’aucune communauté ne doit abuser de la liberté religieuse et ainsi déranger les autres communautés. L’Inde a accordé la liberté à toutes les communautés de pratiquer leur religion, mais cette pratique ne devrait pas causer de désagréments aux autres.”Une pétition a même été lancée, afin d’interdire l’utilisation de haut-parleurs lors de l’adhan du fajr (prière de l’aube).

L’accession  au pouvoir de Narendra Modi, chef du parti Bharatiya Janata Party (BJP, Parti du peuple indien, formation nationaliste hindoue), constitue sans conteste un tournant pour l’Inde. Certains hindous pensent que les gouvernements antérieurs ont été trop conciliants avec les musulmans, à l’instar d’Ashutosh Jaiswal, membre de Bajrang Dal, une organisation hindoue qui estime que “les musulmans de ce pays doivent se rendre compte qu’ils sont en minorité.” Un autre leader hindou, Ishwar Singh a  affirmé ” La prière du matin nous dérange. Quelle est cette religion qui vous enseigne à causer du tort  aux autres ? Cela doit cesser. “

Mais ces atteintes à la liberté de culte des musulmans ne se limitent pas à l’adhan du fajr. Des groupes hindous classés à  droite, tels que Vishwa Hindu Parishad (VHP), Bajrang Dal et Shiv Sena, ont lancé une campagne dans le centre de l’Inde pour interdire les prières en extérieur. Ces évènements ravivent l’animosité entre les deux communautés religieuses. La population craint des débordements, comme ceux qui ont eu  lieu en 2002, au Gujarat, lorsque plus de 2000 musulmans furent massacrés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les musulmans britanniques scandalisés par des affiches caricaturant le Prophète (saws)

La grande marche contre l’islamophobie de Dallas