in

Une institutrice arrache une pancarte islamophobe plantée au milieu d’un rond-point

Pour Colette Bellaton, professeur des écoles à Ambérieu, une localité située dans l’Ain, les mots sont lourds de sens, et plus que jamais ils doivent être pesés et soupesés quand, comme elle, on s’adresse à un très jeune public de CE1 pour évoquer la tragédie d’ampleur nationale qui a pétrifié toutes les chaumières : l’attentat contre Charlie Hebdo.

Aussi, quand cette enseignante, très concernée par la libération d’une parole raciste, d’autant plus que Marine Le Pen a encouragé sans état d'âme les langues fielleuses à se délier le jour même du drame, a aperçu jeudi matin une pancarte plantée à un carrefour névralgique de sa ville sur laquelle était inscrite « Vive le FN. A mort les Arabes », son sang n’a fait qu’un tour.

Ni une ni deux, l’institutrice, profondément heurtée par cette incitation à la haine, est allée arracher ce panneau infâme et a pris la pose devant les objectifs du journal local Le Progrès pour mieux dénoncer la dangerosité des amalgames, qui sont autant de flèches empoisonnées décochées contre la stabilité de la démocratie et le vivre-ensemble.

Ce nouvel acte de vengeance islamophobe apporte une triste variante aux représailles qui, dès mercredi soir, ont pris pour cible des lieux de culte musulmans, notamment dans les départements de l’Aude, de la Sarthe et du Rhône.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vivre-ensemble. Quelle société pour demain?

Traque des frères Kouachi: une prise d’otages à Dammartin-en-Goële au nord-est de Paris (vidéo)