in

Une grande campagne mémorielle vise à revaloriser l’histoire des musulmans en Ecosse

"Les musulmans ont eu un impact positif sur la société écossaise". Cette certitude acquise par Habib Malik, au fil de ses lectures passionnantes et des récits historiques ou anecdotiques transmis au sein de sa famille, de père en fils, a conduit le directeur du Napeirshall Formula qu’il est, en charge des intérêts communautaires au sein d’un groupe indépendant de conseil, à lancer une grande campagne mémorielle sur les réseaux sociaux visant à revaloriser la richesse des contributions musulmanes sur la terre du chardon.

Ce devoir de mémoire qui occupait toutes ses pensées depuis fort longtemps et auquel il s’attelle enfin pour le compte de la Fiducie du patrimoine islamique d’Ecosse présidée par Bashir Maan, le premier député musulman du Royaume-Uni à avoir été plébiscité par les urnes en 1970, a pris la forme d’une collecte d’informations inexplorées, émaillées de petites histoires qui ont fait la Grande Histoire, d’ouvrages et de photos rares, à laquelle tous les Ecossais, sans exclusive, sont conviés à participer.

Fédératrice, tout en étant tournée vers les jeunes musulmans qui pourront d’autant mieux se projeter dans l’avenir que la connaissance de ce glorieux passé, redorant le blason de leurs aînés, renforcera leur fierté d'appartenance à leur communauté d'origine et à l'Ecosse, cette belle opération invite la population à raviver de lointains souvenirs, à exhumer des greniers ou des caves des livres anciens d’une valeur testimoniale inestimable, bref à dépoussiérer les mémoires et les étagères afin de faire renaître de ses cendres l’histoire des musulmans au pays des châteaux et légendes.

"Ces souvenirs et ces histoires indicibles de nos parents et grands-parents doivent être enregistrées et archivées pour les générations actuelles et futures", clame Habib Malik, en insistant sur l’impérieuse nécessité de célébrer les apports méconnus des musulmans écossais, à l’heure où la méfiance et une suspicion accrues les entourent, sur fond d’une psychose du terrorisme qui a gagné ce territoire indépendantiste dans l’âme.

"Ce projet, louable à bien des égards, aspire à renforcer chez les jeunes générations le sentiment d’appartenance, à la fois à leur communauté et à leur pays, l’Ecosse", a renchéri la cheville ouvrière de la campagne, en précisant : "Actuellement, en Ecosse, on dénombre 85 000 musulmans issus de plus de 40 nationalités différentes. Les musulmans ne forment pas un groupe monolithique, contrairement aux idées reçues."

Conforté dans le bien-fondé de sa démarche par le succès du hashtag #MuslimsInScotland, et la précieuse mine d’informations qu’il représente désormais, Habib Malik a volontiers puisé dans ses propres souvenirs d’enfance, étreint par l’émotion en évoquant la figure paternelle, Mohammed Saddique, et son ascension exemplaire. "Quand mon père est arrivé au Royaume-Uni en 1961, depuis son Pakistan natal, il avait pas d'argent et a dû emprunter 1.700 roupies à un villageois. Il n’avait pratiquement pas de biens, juste quelques vêtements, et un flacon de thé que j’ai toujours en ma possession, sa valeur affective n’ayant pas de prix pour moi. Mon père, étape par étape, sans jamais rechigner à la tâche, a fini par entrer par la grande porte au Royaume-Uni en devenant le premier taxi  musulman du pays, avant de franchir un nouveau palier quelques années plus tard, en sa qualité de premier Asiatique à avoir ouvert une station de contrôle technique", a raconté ce fils aimant et admiratif, qui s'efforce de marcher dignement sur les pas de son père.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etats-Unis : le maire de Seattle favorable à la création de prêts islamiques

Alerte, revla l’Sarko !