in

« Une cantine pour tous » dénonce une interprétation dogmatique de la laïcité

Prototype qui fait aujourd’hui figure d’exemple, le modèle fédérateur de cantine scolaire mis en place par la Ville de Lyon semble difficile à imiter ailleurs.Si « Les sans-viande » au menu ont gagné leur pari dans la capitale du Rhône, ils sont inexportables à Gonesse, dans le Val-d’Oise, où la viande s’invite à tous les repas, et se mêle à tous les plats, même quand elle est non désirée, sur ordre du maire.

Un père de famille musulman, dont le fils est soumis à ce régime drastique, menace de porter plainte auprès de la Halde, tandis qu’à Montmagny, ce sont des familles juives et musulmanes qui s’unissent pour revendiquer des plats de substitution, ainsi que le relate Le Parisien.

Indigné, le collectif « Une cantine pour tous » dénonce cette interprétation dogmatique de la laïcité, et lance une pétition pour en finir avec l’obligation d’imposer la viande dans les assiettes, tout en interpellant sur la nécessité de proposer la meilleure alternative qui soit : les menus de substitution.

« La restauration scolaire repose sur le principe de la laïcité et donc, le respect de toutes les convictions personnelles, l’accessibilité, la mixité sociale, l’épanouissement de l’individu et sa santé, la socialisation et la solidarité. Au nom de ce principe, les conditions d’alimentation doivent être acceptables par tous ! » précise l’association.

Pour soutenir cette démarche, le blog de l’association ,

Pour souscrire à la pétition en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un français de “souche” contre l’ignorance islamophobe

Le 17 octobre 1961 vu par Éric Zemmour