in

Une Canadienne, éprouvée par la mort de son fils “djihadiste”, crée Hayat Canada contre la radicalisation de la jeunesse

Depuis Calgary où elle n’a jamais cédé au désespoir, Christianne Boudreau tente de surmonter le deuil douloureux de son fils de 22 ans, parti trop tôt et les armes à la main sur un sentier de la guerre mortifère sous l’étendard de l’ISIS, transformant sa douleur indicible en une croisade salvatrice contre la radicalisation de la jeunesse canadienne.

Cette mère courage, qui ne fait pas mystère de l’adolescence troublée de son défunt garçon Damian, avait accepté sa conversion à l’islam mais sans jamais avoir rien su de son embrigadement dans des filières djihadistes. Elle ignorait alors qu’elle n’avait pas toutes les clés pour décoder le changement brutal qui s’était opéré en lui, assistant impuissante à son départ vers l’Egypte, comme il le lui avait assuré, en prétextant un voyage linguistique pour parfaire son arabe. Ce fils aimé, qui était en train de lui échapper à tout jamais, s’était bien gardé de lui révéler sa vraie destination et la seule et unique raison de son séjour à l’étranger : la Syrie, afin d’aller gonfler les rangs de l’ISIS.

Damian, devenu Mustafa al-Gharib, est tombé au front il y a dix mois de cela, à des milliers de kilomètres de chez lui et à l’insu de ses parents. L’annonce de sa mort sur un champ de bataille si éloigné du Canada, presque irréel, a fortement commotionné ses proches. Christianne Boudreau a, pour sa part, puisé au tréfonds d’elle-même la force de dépasser l’effroi et la sidération des premières semaines, accentués par la découverte d’une filière djihadiste en plein cœur de Calgary, pour lancer un grand programme pédagogique à destination des familles canadiennes en vue de prévenir, d’agir et de réagir contre le conditionnement et l’enrôlement d’une jeunesse particulièrement vulnérable et impressionnable.

"Quand on nous a expliqué que notre fils était parti en Syrie, les autorités canadiennes nous ont dit que les gens qui l'avaient radicalisé savaient qui nous étions, où nous habitions et qu'ils pourraient revenir pour se venger si nous parlions. C'est notre propre gouvernement qui nous a dit cela! Moi, je crois qu'au contraire, si tout le monde continue à se taire, ça va continuer!", clame-t-elle à tous les micros, en renchérissant : "J'ai connu une immense douleur, mais aussi la peur panique, le traumatisme, et une terrible solitude face à ce drame incommensurable. Aussi si je peux, aujourd'hui, contribuer à ne serait-ce que sauver une vie et une famille, je mettrai tout en œuvre pour le faire."

Inspirée par le succès de l’organisation allemande Hayat, créée par un ancien policier Berlinois pour désendoctriner les jeunes tentés par l’aventure djihadiste, après avoir appliqué cette même formule, à l’aube de l’an 2 000, aux néo-fascistes en herbe attirés par la résurgence du nazisme, Christianne Boudreau a fondé l’organisation Hayat Canada, qui se veut résolument fédératrice et créatrice de lien social, en évitant le piège des amalgames ou islamalgames dévastateurs. 

"Je voudrais que tous les Canadiens se réunissent sans distinction de race, culture, religion, situation économique ou familiale, à seule fin de renforcer la résilience dans nos communautés et au sein des familles", exhorte-t-elle avec une énergie communicative, chargée d'ondes positives, tout en annonçant le lancement imminent d’un site web et la future mise en place d’un service téléphonique dédié.

"Nous accompagnerons les familles éprouvées par la perte d’un être cher et qui sont confrontées à des circonstances dramatiques analogues à celles que j’ai vécues.  La vocation première de Hayat Canada sera de prodiguer des conseils aux parents et aux enfants, à travers un programme de sensibilisation et d'éducation des communautés et des jeunes grâce à des partenariats établis avec d'autres organisations", a expliqué cette mère qui a renoncé à sa vie antérieure pour se consacrer corps et âme à ce grand projet tourné vers les autres, afin que la fin tragique de son fils ne soit pas vaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Allal, le héros marocain surgit des inondations (vidéo)

Maroc: 10 mois de prison pour l’agresseur du rabbin