in

Une alpiniste marocaine à la conquête des toits du monde

Son sac sur le dos, son piolet bien en main et ses crampons aux pieds, aucune paroi rocheuse, même la plus étroite et abrupte, ne semble résister à la marocaine Boucra Baibanou, une alpiniste chevronnée, attirée comme un aimant par les cimes enneigées, d’où elle a pu récemment contempler la hauteur vertigineuse de son exploit.

Tout en haut de l’Aconcagua, le sommet argentin le plus élevé d’Amérique du Sud, la quadragénaire au mental de championne, qui part à l’assaut des massifs montagneux de légende pour entrer elle-même dans la légende, a pu enfin planter son drapeau au terme d’une ascension de 20 jours, entamée le 2 janvier dernier.

Jamais à bout de souffle sur des toits du monde à couper le souffle, Boucra Baibanou ne va pas s’arrêter en si bon chemin, et bien qu’ayant la tête dans les nuages, elle a les pieds bien sur terre pour parachever son but suprême : conquérir les 7 sommets les plus inaccessibles au monde, après le Kilimandjaro, le Mont Blanc, et le Mont ElBrouz en Europe qu’elle a déjà inscrits à son palmarès.

Nerf de la guerre, l’argent est indispensable pour monter des expéditions qui lui permettront de graver son empreinte dans l’histoire de la haute montagne, et avant même de défier les lois de la gravité dans des voies escarpées, la grimpeuse au moral en acier trempé doit relever un défi terrestre : trouver de généreux mécènes.

Déplorant l’indifférence à son égard de la fédération royale marocaine de ski et sports de montagne, comme le souligne le site Maroc Aujourd’hui, Bouchra Baibanou ne se laissera pas pour autant rebuter par cet obstacle très terre-à -terre, alors que l’appel des cimes l’emporte déjà vers de nouvelles hauteurs grisantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La sérénité de Clara Sabinne dont le fils est converti à l’islam (vidéo)

Les Philippines de toutes confessions revêtent le hijab pour la bonne cause