in

Un professeur de religion islamique prie Dieu au lieu d’appeler l’ambulance

Psalmodier  les versets coraniques plutôt qu’appeler SOS médecin pour porter assistance à un étudiant succombant sous ses yeux à une crise d’épilepsie, telle fut la réaction, guère secourable et totalement déconnectée de la réalité, d'un  professeur de religion islamique du lycée de Bruxelles, l’Athénée royal Uccle, et qui lui coûte aujourd'hui son poste.

Limogé vendredi, ainsi que le rapporte le quotidien De Standaard et Het Nieuwsblad, ce licenciement en précède un autre, celui d’un deuxième professeur d’islam qui a mis en émoi  l’établissement scolaire de l'Athenée royal d'Anderlecht, après avoir menacé de faire exorciser les étudiants homosexuels par un imam. N'en jetez plus !

 Ces deux cas d’école fort préjudiciables, qui refroidiraient n’importe quel esprit le plus ouvert, en donnant du grain à moudre aux islamophobes de tout poil, ont suscité consternation et réflexion au sein des deux écoles concernées qui dépendent de l’enseignement flamand, mais également au plus haut niveau de l’Etat.

Raymonda Verdyck, administratrice déléguée de Go! Onderwijs, plaide pour que  : "les autorités et les directions d'école mènent une surveillance de qualité, y compris en ce qui concerne les matières philosophiques". De son côté, le ministre flamand de l'Enseignement Pascal Smet s’est engagé à augmenter le nombre d'inspecteurs de religion islamique, et à dispenser  une  formation académique sur la religion islamique dès 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Astérix contre un supermarché halal à Amiens !

Législatives : le premier grand test électoral de l’ère Hollande