in

Les pays du Golfe exigent que Netflix retire des contenus jugés «contraires à l’islam»

Les pays du Golfe ont demandé à la plateforme de streaming Netflix de retirer de son catalogue dans la région des contenus jugés « contraires aux valeurs islamiques et sociétales », sans  donner plus de précisions, dans un communiqué conjoint, en date du 6 septembre, des gendarmes des télécommunications de l’Arabie saoudite et des cinq autres membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG). Le géant américain du streaming n‘a pas encore réagi.

(…)

Publicité
Publicité
Publicité

Les scènes des films incriminés n‘ont pas été spécifiées. Mais pour illustrer cette demande, un média étatique saoudien a diffusé des images d‘animation, floutées et tirées de la plateforme de vidéo en ligne, semblant montrer deux jeunes filles s‘embrasser.

Dans le Golfe, les relations entre personnes de même sexe sont criminalisées. Récemment, un film contenant une scène de baiser entre deux femmes a d‘ailleurs suscité la polémique. Le Bureau de régulation des médias aux Émirats arabes unis avait alors interdit la projection du film d‘animation Buzz l‘Éclair.

Publicité
Publicité
Publicité

RFI

5 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Les habitants du Golfe ne sont pas obligés de regarder Netflix.
    Ils feraient mieux de traiter leurs travailleurs immigrés de la même façon que les horribles pays occidentaux le font.
    Et il est vrai que l’islam ne condamne pas l’esclavage. Ca laisse des souvenirs plus ou moins “inconscients” dans les esprits arabo-musulmans. La tradition…
    Mais chut : tout doit rester secret !

  2. A défaut de pouvoir faire la même chose en France, les gens de foi pourraient contrôler l’usage de ces plates-formes par leurs enfants, sinon ils risquent d’avoir des surprises au moment de leur adolescence. Personne n’est dupe, les dessins animés transmettent des recommandations en matière de sexualité, dont Netflix, etc. Quant aux pays du Glof, ces dernières années des campagnes massives et organisées se mettent à promouvoir des nouvelles formes de sexualité, et il est tout à fait normal qu’il y ait des opposition. On ne peut pas tout prendre de l’occident.

    • Salam mon frère Mouhib. Oui, d’accord, mais cette posture, parce que ce n’est qu’une posture des pays du Golfe, si elle se traduisait concrètement sur ce support et d’autres, ne suffirait certainement pas à contrebattre d’autres grands maux impunis dans ces pays. Les vertus Islamiques ne sont pas que d’apparence et d’affichage, au lieu de secourir les gens de Filastine, du Pakistan et d’égypte, on épuise de grandes ressources dans des projets de falansters géants qui ne seront peut-être pas peuplés d’Arabo-Musulmans si jamais ils sont construits et où les règles Islamiques seront invisibles. Je voudrais me tromper, j’ai l’impression que le pays Musulman ou les gouvernants du pays Musulmans font ce qu’il faut pour une euthanasie générale de leurs peuples. L’accusation est grave, mais je la sens vraie, je ne la retires pas, espérons qu’Oumma publie.

      Croissant de lune.

      • CDL
        Je suis d’accord avec vous sur le résultat mais pas sur la cause.
        Les gouvernants musulmans sont de simples délégués au service des grandes puissances,
        Si j’étais à leur place, je ferai, peut être , la même chose,
        Je n’en sais rien, dieu merci, je n’ai pas de mauvais rôle dans la vie.

        Il y a longtemps en France, un enfant avait demandé à mon ami qui était son père, pourquoi, à propos d’un homme et une femme qui s’embrasser.
        Son père lui a dit que tout le monde fait ça, sauf que nous on le fait en privé. L’enfant avait compris sans problème.

        L’Enfant demandait pourquoi mais cette fois ci , pour deux hommes qui s’embrasser, mon ami n’avait pas de réponse que l’enfant peut comprendre, il m’a appelé en pleurant, un homme qui pleure.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Les règles israéliennes imposent aux visiteurs de Cisjordanie de déclarer… leur histoire d’amour !

Khabib Nurmagomedov, la légende du MMA, se ressource à La Mecque, lors de la Omra