in

Un imam de Sydney enjoint les musulmans qui “rejettent les valeurs de l’Australie à quitter le pays”

Une semaine après le meurtre commis par un adolescent de 15 ans, Fahrad Jabar, contre un employé de la police, Curtis Cheng, 58 ans, aux cris de slogans hostiles à l’Australie, Neil el-Kadomi, l’imam de la mosquée de Sydney, située dans le quartier multiculturel de Parramatta et fréquentée par le jeune garçon, a tenu une conférence de presse très attendue, devant une forêt de micros tendus par des médias australiens tout ouïe.

Soupesant chacun de ses mots, l’imam, partagé entre la profonde émotion éprouvée devant la radicalisation destructrice d’un adolescent mué en assassin, avant de périr dans la fusillade avec les forces de l’ordre, et la colère inextinguible face à ceux qui l’ont embrigadé, armé et conduit à commettre l’irréparable, a enjoint ses coreligionnaires qui « rejettent les valeurs de l’Australie à quitter le pays ».

"Les extrémistes qui ne respectent pas les valeurs du pays doivent partir, nous n'avons pas besoin d'ordures dans notre communauté", s’est-il emporté, bouleversé et furieux à la fois, en insistant sur « la chance » de pouvoir vivre sur la terre du Bush. "Nous vivons en Australie, des gens sont prêts à mourir pour y venir en bateau . L'Australie vous apporte plein de bénéfices. Vous pouvez pratiquer votre religion librement", a-t-il clamé haut et fort en louant les bienfaits de l'éducation contre les dangers de dérives sans retour, tout en se désolant que le jeune Fahrad Jabar, victime d’un conditionnement funeste et "trop jeune pour comprendre ce qu'il faisait", n’ait pas survécu à son crime, car son témoignage crucial aurait pu permettre de remonter la trace de ceux qui ont fomenté cet attentat ciblé. L’adolescent avait été en effet aperçu entouré de plusieurs hommes le jour même de son passage à l’acte.

Un passage à l’acte criminel dont l’imam Neil el-Kadomi a rappelé avec force qu’il est formellement réprouvé par l’islam.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La mairie de Tremblay-en-France hisse le drapeau palestinien (vidéo)

Un policier, suspendu deux ans de ses fonctions, pour ses propos islamophobes sur Facebook