in

Un candidat du Parti Québécois démissionne après avoir publié une photo anti-islam sur Facebook

A vouloir être plus royaliste que le roi pour gravir les échelons en un éclair, Jean Carrière, au nom prédestiné pour un politicien aux dents longues, candidat du très souverainiste Parti Québécois, s’est vautré en beauté en déversant sa haine de l’islam sur sa page Facebook.

Si le but recherché était de passer de l’ombre à la lumière, le zélé candidat péquiste, fervent partisan de la charte de la laïcité qui crée moult remous dans la Belle Province, a indéniablement réussi son coup, à ce petit détail près que les projecteurs braqués sur lui l’ont éreinté, mettant un frein à son ambition dévorante.

Ayant compris que, dans le sérail de la basse politique, le dénigrement de l’islam était la voie royale vers la réussite, celui-ci n’a rien trouvé de mieux que de diffuser sur sa page Facebook une photo représentant une jeune femme blanche à moitié nue, faisant un doigt d’honneur à la religion honnie par excellence. Seulement voilà, le très carriériste Jean Carrière, qui croyait tout savoir des valeurs québécoises, a appris à ses dépens que le bon peuple était encore animé par de nobles valeurs humaines, loin de celles prônées par un nationalisme revanchard, et d’une belle capacité à s’indigner face à une islamophobie odieusement électoraliste.

La photo censée propulser au sommet le candidat du parti québécois l’a en réalité conduit à sa chute, ce dernier étant contraint de démissionner sous l’opprobre général. L'immense émoi provoqué sur la Toile par cette photo-montage décriée pour son intolérance religieuse, mais aussi pour son racisme anti-blanc et son sexisme, a en effet étouffé les rares compliments qui se sont glissés parmi le flot de critiques cinglantes.

Déchu de son investiture politique, l’apprenti sorcier Jean Carrière, qui a été affublé par la presse locale de jolis noms d’oiseaux, dont entre autres « le nègre de service », le « xénophobe », et « l’analphabète », n’a pas pour autant cru bon de présenter des excuses publiques, mais au contraire a joué les vierges effarouchées, jurant la main sur le cœur qu’il n’est absolument pas islamophobe, ni sexiste, ni inculte, ni pyromane… L’inconscience et la bêtise du personnage dépassent l’entendement, car tout en prétendant que cette histoire est un regrettable malentendu, ce dernier en remettait une couche sur l’islam en le diabolisant. Proprement ahurissant !

La Belle Province, qui se laisse griser par le vent mauvais soufflant depuis la France, réalise peut-être que sa bourrasque laïciste balaye tout sur son passage, la raison comme l'intelligence du coeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’Arabie saoudite censure 50 prénoms

Les féministes musulmanes du Royaume-Uni font irruption sur la scène publique