in

Un américain, converti à l’islam, condamné pour avoir menacé les auteurs de South Park

Jesse Curtis Morton, ou l’archétype du converti qui dessert l'islam bien plus qu'il ne le sert, à travers un dogmatisme aveugle et furieux dont la religion de paix, de tolérance et de miséricorde se serait bien passée.

Sous le nom de Younus Abdullah Muhammed,  ce New-Yorkais de 33 ans donnait libre cours à une haine pathologique, à mille lieues de la grandeur d'âme islamique, sur le site internet qu’il dirigeait, devenu une plateforme de l’incitation à la violence à l’encontre des mécréants, ennemis de l’islam.

Son dernier coup d’éclat a été son accès de fureur de trop, et c’est en prison qu’il pourra méditer son interprétation radicale et hautement répréhensible du message coranique, pendant les onze ans et demi qu’il purgera, après avoir menacé les auteurs de la série télévisée américaine "South Park", un dessin animé satirique, pour leur représentation du Prophète (saws), dans un épisode.

En février dernier, Jesse Morton avait d’ailleurs plaidé coupable, reconnaissant avoir embrasé les esprits en exhortant, sur son site, à commettre l’irréparable, à savoir des soulèvements violents contre les auteurs du dessin animé.

L’islam, dont la beauté et l’universalité du Texte sont déjà suffisamment dévoyées par la caste politico-médiatique occidentale, n’avait vraiment pas besoin de cette brebis galeuse dans ses rangs, un américain de « souche », qui a, hélas, confondu élan spirituel irrépressible et exécutoire à son fanatisme et ses frustrations intimes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qui sont les Frères musulmans ?

Niqab et voile augmentent le risque pour les femmes d’avoir une carence en vitamine D