in

Tunisie : des armes aux mains d’Européens saisies à la frontière libyenne

Abdelkarim Zbidi, le ministre tunisien de la Défense, a été catégorique mardi : des armes et munitions transportées par des Européens, dont des Français, ont été saisies à la frontière entre la Libye et la Tunisie.
A Paris, c’est un tout autre son de cloche qu’a aussitôt fait entendre le ministère des Affaires étrangères. Si les autorités françaises ont précisé que concernant les Français, les armes en question appartenaient au détachement de sécurité qui assure la protection de l’ambassadrice de France en Libye, elles ont revanche nié formellement leur saisie.
« Un premier groupe, composé de onze personnes munies de passeports diplomatiques et venant de Libye, a tenté d’entrer en Tunisie par la mer à bord de deux zodiacs. Il a été repéré par l’armée tunisienne et poursuivi jusqu’au large de Djerba (sud-est) », a indiqué publiquement le ministre tunisien, avant d’affirmer que les « armes et des munitions ont été saisies ». Il n’a rien dit sur ce qu’il est advenu de ces onze personnes, dont la nationalité n’a pas été divulguée.
Abdelkarim Zbidi, dont les propos ont été relayés par les médias tunisiens, a en outre révélé que d’autres armes et munitions avaient été saisies à la frontière terrestre tuniso-libyenne, auprès d’un groupe de treize Français « sous couverture diplomatique » et circulant à bord de six 4X4. Cette saisie aurait  eu lieu au poste-frontière de Ras Jédir, principal point de passage entre les deux pays.
Interrogé par l’AFP, le Quai d’Orsay a démenti tout lien entre le convoi des Français et les personnes en zodiac, évoquant un simple « contrôle de routine ». « Il n’y a pas eu de saisie d’armes. Les armes ont été inspectées, contrôlées et ensuite consignées avant d’être rapatriées en France », assure-t-on près des rives de la Seine.
Dans un communiqué, l’ambassade de France en Tunisie a fait observer que les personnels de l’ambassade de France pour la Libye effectuaient « régulièrement » des déplacements « entre Tunis et Tripoli ». « L’un d’eux s’est fait par la route ce dimanche. Ce déplacement a été organisé en concertation avec les autorités tunisiennes », a-t-elle souligné, avant de conclure : « Après le contrôle, le détachement a poursuivi sa route. » 

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Arabie Saoudite : une jeunesse dans la dynamique de la modernité

Les murs de trois mosquées rennaises défigurés par des tags islamophobes et racistes